background preloader

AGRICULTURE PAYSANNE

Facebook Twitter

L’effarante passivité de la majorité sur le drame des éleveurs. Le ministère de l'Agriculture s'engage à exclure les semences de ferme de la loi sur la contrefaçon. L’exception agricole sera inscrite dans la Loi contrefaçon. Changer l'agriculture, avec Pierre Rabhi et Bruno Parmentier (Nourrir l'Humanité - Semeurs d'espoirs)

Les paysans africains rejettent les lois sur les semences de l'industrie et l'offensive menée sur les semences paysannes et la souveraineté alimentaire. (Harare, 14 Novembre 2013) Lors de la réunion africaine sur les semences qui a eu lieu à Harare au Zimbabwe, les 12 et 14 novembre dernier, les discussions ont porté sur la menace croissante que les investissements externes représentent pour l’agriculture africaine.

Les paysans africains rejettent les lois sur les semences de l'industrie et l'offensive menée sur les semences paysannes et la souveraineté alimentaire

Il s’agit des compagnies semencières internationales et de leurs efforts continus pour exploiter la terre et les ressources africaines pour alimenter les autres parties du globe. Pac : total gâchis. Les citoyens en avaient rêvé, mais François Hollande l’a défait, au grand bonheur de la Fnsea.

Pac : total gâchis

Le 2 octobre, en annonçant comment sera appliquée en France la prochaine Politique agricole commune (Pac) entre 2015 et 2020, le président français n’a même pas eu le courage d’aller au bout des rares ouvertures permises par les institutions européennes. Les grosses exploitations gardent leurs privilèges, la réduction de leurs aides – pouvant toujours être perçues sans plafonnement – ne dépassera pas 30 % en 2019. L’aide aux premiers hectares qui pouvait être de 30% du budget du premier pilier est limité à 20 %, un minimum qui n’aidera pas vraiment les petites structures. Le président a esquivé la question de la réorientation des pratiques agricoles pour préserver l’environnement et lutter contre le réchauffement climatique.

Adieu l’agro-écologie tant vantée par son ministre de l’agriculture, reléguée à la marge, au greenwashing ! Plus qu’une occasion manquée : un véritable gâchis. Agroécologie : « Faire entrer l’agriculture française dans le troisième millénaire » (rapport Guillou) (+VIDEO) « Nous sommes sûrs de travailler dans le cahier des charges du troisième millénaire », a déclaré Marion Guillou (1), l'ancienne présidente de l'Inra, le 11 juin 2013 à l'occasion de la présentation, au ministre de l'Agriculture, de ses propositions « pour faire de la France le leader européen de l'agroécologie », comme l'a souhaité Stéphane Le Foll quand il lui a confié cette mission il y a six mois.

Agroécologie : « Faire entrer l’agriculture française dans le troisième millénaire » (rapport Guillou) (+VIDEO)

Le travail a mobilisé des chercheurs de l'Inra, des fonctionnaires du ministère de l'Agriculture, les instituts techniques ou encore une vingtaine de réseaux afin de mettre au jour des pratiques innovantes (bio, durable, raisonné, de conservation, d'agroforesterie...). « L'objectif est de créer une dynamique sur le terrain et de la diffuser. Une dynamique collective qui intègre une dimension environnementale dès la conception du modèle. C'est une construction a priori et pas des normes a posteriori, a déclaré Stéphane Le Foll en préambule. La loi d'avenir discutée au Parlement en 2014. La PAC pour les nuls. La PAC, qu’est-ce que c’est au juste ?

La PAC pour les nuls

La politique agricole commune (PAC), créée en 1957, à la sortie de la deuxième guerre mondiale, pour assurer une alimentation suffisante, à un prix accessible pour tous les européens et un revenu aux paysans. Elle a rempli son rôle jusqu’au début des années 80 grâce à la protection des marchés européens et en garantissant un prix d’achat aux producteurs. Une autre PAC est possible pour une alimentation de qualité, un environnement sain et des paysans nombreux. Communiqué de presse : Procès des cotisations forcées de la FNSEA : Un réquisitoire implacable. Le procès des cotisations forcées au profit des sections spécialisées de la FNSEA*, a débuté ce lundi 12 novembre à Toulouse et s'est achevé mardi 13 novembre par les plaidoiries de la défense.

Communiqué de presse : Procès des cotisations forcées de la FNSEA : Un réquisitoire implacable

Les réquisitions du parquet sont particulièrement exemplaires envers les prévenus. En effet, le procureur de la république considère que les faits, discrimination et recel de discrimination, sont caractérisés. La défense principale des prévenus est que les sommes collectées ne servent qu'à faire "le bien pour les paysans". Heureusement, qu'en plus l'objectif n'était pas de faire le mal ! Une campagne citoyenne pour l’agriculture paysanne. Les 31 mai et 1er juin à Paris, la Confédération paysanne a lancé sa campagne « Envie de paysans! » autour d’un marché et d’une ferme installés sur la place Stalingrad.

Clou de la manifestation, une conférence-débat à laquelle participait José Bové, sur les dernières discussions de la Pac et sa prochaine application en France. La campagne de la Confédération paysanne, « Envie de paysans ! » est lancée. Elle devrait durer près d’un an, sur le thème de la Pac, et a pour but d’obtenir de vraies améliorations dans l’application au niveau français de la nouvelle politique agricole européenne qui devrait être opérationnelle au 1er janvier 2015. Aujourd’hui, la Pac est dans le tunnel du « trilogue ». Mais on le sait déjà : le texte aujourd’hui est très loin de la demande citoyenne exprimée à Bruxelles lors d’une consultation puis d’une conférence citoyenne en 2010. Pour autant, la discussion n’a pas manqué d’intérêt. C’est toute la portée d’une campagne comme « Envie de paysans !