background preloader

AGRICULTURE BIO

Facebook Twitter

Le nouveau label bio européen pourrait tolérer la présence d’OGM et de pesticides – EurActiv.fr. Les eurodéputés ont voté pour l’abandon de la décertification de produits de l’agriculture biologique contaminés par des OGM ou des pesticides, les cas de fraudes volontaires ne représentant que 0,5% des cas. Un article de notre partenaire le Journal de l’Environnement. La commission Agriculture du Parlement européen a adopté, lundi 8 février, une proposition de révision du cahier des charges de l’agriculture biologique ouvrant la porte à un assouplissement de cette certification, qui inquiète les uns et soulage les autres.

Cet avis fait suite à la proposition de règlement de la Commission européenne visant au contraire à renforcer les règles encadrant l’alimentation biologique, un marché en pleine croissance. >>Lire : L’agriculture bio pourrait bien nourrir la planète Or, ce renforcement des exigences d’obtention du label AB est loin de faire consensus. Système de vérification >>Lire : L’agriculture bio menacée par la future législation européenne La fin de la mixité Mesures de précaution. La bio Piratée. Le Troupeau aveugle de John Brunner (publié en 1972) est le chef d'oeuvre de l'écologie-fiction. C'était pour l'époque un ouvrage d'un pessimisme terrifiant, le plus dramatique de tout ce genre littéraire quant à ses descriptions poignantes de la pollution et de la destruction de l'environnement. 1972 est également l'année de publication de “L'Angoisse de l'an 2000” de Roger Heim, et de la création de la revue “la Gueule Ouverte”, “le Journal qui annonce la fin du monde”.

Le titre anglais du “Troupeau Aveugle”, “The Sheep look up”, est emprunté au vers 125 du poème Lycidas de John Milton: «Les brebis affamées lèvent la tête (et ne sont point nourries)». Dans ce roman d'écologie-fiction, l'humanité se meurt soit de faim, soit de cancers provoqués par la pollution alimentaire et environnementale. John Brunner n'a pas vu venir, il est vrai, la pollution nucléaire généralisée et les délires des chimères génétiques: les cerises empoisonnées sur le gâteau toxique, excusons-le du peu. Notes. La Bio Piratée, second épisode : Lima/Danival chez Hain Celestial | Le Blog de l'Association Kokopelli.

La société Hain Pure Food est créée en 1926 en Californie. Elle est rachetée en 1981 par Ogden Corporation (actuellement Covanta Energy Corporation qui est spécialisée dans le recyclage des déchets industriels et la production d’électricité). Elle est ensuite rachetée en 1986 par IC Industries (actuellement Whitman Corp, le sous-traitant de Pepsi qui acheta Pepsi Americas en 2000). Hain Pure Food est finalement racheté en 1994 par Irwin David Simon, le propriétaire de Kineret Acquisition Corp (spécialités alimentaires) qui emprunte alors l’argent à Argosy Group LP (une compagnie de software). Fin 1994, le groupe prend le nom de Hain Food Group. En 1996, George Soros, le milliardaire prédateur psychopathe, rachète 16% des actions de la compagnie. Pour mémoire, George Soros est à la direction du CFR, le Council for Foreign Relations (Note 1), il est l’un des membres du Groupe Bilderberg et il finance la clique militariste d’Avaaz – et bien d’autres ignominies.

Agriculture biodynamique. Accès rapide - Définition- Autres définitions- Vidéos Définition L'agriculture biodynamique prend la nature dans son ensemble afin de produire des aliments sans entamer la capacité des générations à réaliser le même objectif voire même à améliorer cette capacité. Le sol devient le composant le plus important dans ce type d'agriculture, en effet c'est de lui que toute la vie sur terre est dépendante, à vrai dire même que du seul premier mètre de terre. Ce premier mètre de terre riche en humus a mis des milliers d'années pour avoir une activité microbiologique aussi importante et une microfaune aussi abondante. Ces micro-organismes travaillent sans relâche pour produire la matière organique dont les plantes ont besoin pour se développer, il est donc important d'en prendre soin.

Les bases de l'agriculture biodynamique sont fondées sur une conférence de Rudolf Steiner (1861-1925) aux agriculteurs européens en Allemagne durant le mois de juin 1924. Autres définitions L'agriculture biologique. Le « coup de massue » du gouvernement contre l'agriculture bio. La bio Piratée — Kokopelli. Marc Dufumier: "Avec le bio, la ferme France sera plus riche"

Est-ce le fruit d'une alimentation de qualité? A 68 ans, Marc Dufumier a le sourire et la forme d'un jeune homme. Ingénieur agronome et professeur émérite d'AgroParisTech, ce scientifique engagé et reconnu, a publié 50 Idées reçues sur l'agriculture et l'alimentation (Allary éditions). Des dizaines de millions de personnes souffrent encore de malnutrition dans le monde, alors que l'agriculture produit plus qu'il ne faut pour nourrir la planète.

Comment expliquer ce paradoxe? Deux chiffres. Un être humain a besoin de 200 kilos de céréales par an pour se nourrir correctement, c'est-à-dire sans carence en vitamines ou en oligo-éléments. La production mondiale est actuellement de l'ordre de 330 kilos par personne. Dans ces conditions, la France a-t-elle encore besoin de son élevage et de son agriculture? Oui. Vous n'allez tout de même pas nous vanter les mérites de l'oignon de Roscoff ou des lentilles vertes du Puy... Mais si ! 40 % de perte? Tout dépend du mode de calcul économique. OGM et interdictions nationales : Monsanto &Co ont réussi leur coup ! Corporate Europe Observatory - 27 mai 2014 La proposition permettant aux Etats-membres d’interdire certains OGM particuliers, présente dans son dispositif, une énorme faille favorable aux géants des biotechnologies. Le mercredi 28 mai, les pays de l’Union européenne ont voté en faveur du texte de la proposition. Ironiquement, ce texte pourrait s’avérer être favorable à Monsanto.

La décision finale pourrait être prise au Conseil de l’Environnement en juin. Comment a-t-on pu passer d’une proposition d’interdictions nationales à une dérogation favorable à Monsanto ? Le pénible vote de l’Union européenne relatif au maïs GM de Pioneer en février dernier a créé le sentiment qu’il était urgent de modifier la façon dont les OGM sont approuvés. Alors que 19 pays votaient contre et seulement 5 pour, la Commission a toujours l’intention de donner le feu vert au maïs GM de Pioneer.

Lors du Conseil de juin, une décision doit être prise sur les interdictions nationales. "L'agriculture biologique peut nourrir le monde". L’agriculture biologique pourrait alimenter neuf milliards d’êtres humains et être plus productive que notre agriculture conventionnelle. C’est l’idée iconoclaste défendue par Jacques Caplat. Il est agronome, ancien conseiller agricole, fils d’agriculteur et auteur d’un ouvrage intitulé L’Agriculture biologique pour nourrir l’humanité (Actes Sud). Il y démonte les idées reçues sur l’agriculture biologique et rappelle que notre agriculture occidentale contemporaine n’est pas le seul modèle possible.

Reporterre – Voici peu, nous révélions qu’un collectif de scientifiques conteste le grand rapport de l’INRA (Institution national de recherche agronomique) sur l’agriculture biologique. Qu’est-ce que cela vous inspire-t-il ? Jacques Caplat - Cette affaire témoigne du retard de l’INRA en matière de bio. L’INRA est une institution encore bloquée. Mais cela va encore plus loin. La direction de l’INRA dit investir dans la recherche sur l’agriculture bio. . . . - Culture de riz en Inde - Notes : « On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare » Jacques Caplat est agronome et géographe. L’idée que les rendements en bio sont plus faibles qu’en conventionnel est récurrente… Si l’on considère que l’agriculture bio, c’est faire la même chose qu’en conventionnel moins la chimie, alors oui, c’est certain.

Mais ça n’est pas ça du tout ! Que faut-il comparer, alors ? Le système conventionnel s’est construit sur l’idée qu’on peut augmenter les rendements en sélectionnant les semences. On les isole et on regarde comment on peut les faire produire au maximum dans un contexte artificiel. Ce concept fonctionne de façon optimale avec un mélange de cultures sur une même parcelle.

Vous soutenez que l’agriculture bio est le seul système viable dans les pays tropicaux… Le système conventionnel ne marche qu’en milieu tempéré. Que disent les études scientifiques sur cette question ? L’université anglaise de l’Essex a réalisé en 2006 une synthèse sur 57 pays et 37 millions d’hectares. Cette transition est-elle possible ? Elle ne va pas changer la donne. Updated-Organic2014.pdf (Objet application/pdf) Les trusts agro-alimentaires sont en train d'avaler le bio. Les grandes entreprises agro-alimentaires des Etats-Unis achètent de plus en plus de petits producteurs de produits d’agriculture bio, révèle une étude. La concentration des entreprises de la chaîne alimentaire a été largement cachée aux consommateurs. Les choses changent, grâce à des outils infograhiques comme celui de Philip Howard, publié pour la première fois en 2003. Mis à jour le 13 février, le tableau donne un aperçu de la structure de l’industrie alimentaire biologique, montrant les acquisitions et les alliances des cent plus importants fabricants de produits alimentaires en Amérique du Nord.

Le tableau permet aux consommateurs de voir en un coup d’oeil quelles entreprises dominent le marché du bio aux Etats-Unis. Les principaux changements depuis la dernière version, en mai 2013, montrent l’acquisition en décembre 2013 par WhiteWave de la firme Earthbound Farm, le plus grand fournisseur de produits biologiques de la nation, pour 600 millions de dollars. L’agriculture biologique est dénigrée par l’Inra selon 119 chercheurs. L'Inra, dans un communiqué publié le 17 février, précise qu'elle ne retire pas son rapport et propose d'engager un dialogue avec ses contradicteurs. Il a fallu deux mois pour que la controverse éclate sur la place publique. Le 20 décembre 2013, 63 chercheurs ont envoyé une lettre (voir ci-dessous) au PDG de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), François Houllier, pour critiquer vertement une étude publiée par le prestigieux institut sur l’agriculture biologique. Une copie adressée au ministre Révélée par le site Internet Reporterre, la missive de 11 pages, très argumentée, serait aujourd’hui paraphée par 119 chercheurs désireux toutefois de rester anonymes. « Figurent 39 directeurs et chargés de recherche à l’Inra, 13 chercheurs du CNRS, 11 du Cirad », un institut de recherche répondant aux enjeux internationaux de l’agriculture, souligne l’un d’eux, contacté par « La Croix ».

Une copie a également été adressée au ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll. Rapport Agricultures hautes performances. D’ici dix ans, la ferme France aura profondément évolué. Grâce à de nombreuses initiatives, la transition est déjà en route. La course à la production poursuivie par l’agriculture française depuis les années 1950 - sa productivité a été multipliée par 10 depuis - est en voie d’évoluer vers la multi-performance. Comme partout dans le monde, le modèle agricole développé après-guerre en France rencontre un certain nombre de limites, notamment dans ses atteintes à la biodiversité et à l’environnement, mais également en termes de plafonnement des rendements agricoles ou encore d’émergence de phénomènes de résistances aux pesticides chez certains ravageurs.

Son évolution vers des modes de production plus durables et tout aussi productifs est indispensable. Comment rendre l’agriculture biologique plus productive et plus compétitive ? Comment rendre l’agriculture biologique française plus productive et plus compétitive ? Les quatre recommandations qui découlent de l’étude : C'est une première : l'INRA souhaite officiellement la disparition de l'agriculture biologique - NPA 32. C’est une première : l’INRA souhaite officiellement la disparition de l’agriculture biologique L’INRA veut la fin du bio Dans ce message adressé ce début novembre à tous les agents de l’Etablissement, la branche INRA de SUD-RE alerte sur le contenu d’un rapport rendu public par l’Institut à la mi-octobre.

Une interpellation de la Direction à la veille du colloque de Tours (13 et 14 novembre) consacré aux recherches menées par l’INRA sur l’agriculture biologique. En juillet 2012 l’INRA a remporté un appel d’offre du Commissariat général à la stratégie et à la prospective (à l’époque Centre d’Analyse Stratégique et successeur du Commissariat Général du Plan) qui coordonne les réflexions pour le Premier ministre.

. - comment rendre l’agriculture biologique plus productive et plus compétitive ? - comment organiser la transition de l’agriculture conventionnelle vers une agriculture plus durable ? Enfin, les recommandations finales sont stupéfiantes En 2000 en préface du livre blanc, B. Les aliments qu'il vaut mieux acheter bio | Caroline Young. On a l'impression que le mouvement en faveur de l'alimentation biologique est devenue populaire ces vingt dernières années, mais en réalité, c'est un concept bien plus ancien.

Avant la Seconde Guerre mondiale, tout le monde mangeait des fruits et des légumes biologiques, parce que toutes les récoltes étaient biologiques. C'est ensuite que de nombreux agriculteurs ont commencé à faire pousser les récoltes de façon "standard" -soit en les arrosant de nouveaux pesticides synthétiques et chimiques pour diminuer les mauvaises herbes, les insectes et les rongeurs. Désormais, beaucoup d'entre nous entrent avec circonspection dans la section des produits frais, puisqu'on nous propose des fruits et légumes ayant été cultivés de deux façons différentes. Quelle différence entre les aliments biologiques et les aliments conventionnels ? 1) Les pommes de terre Parmi les aliments qu'il faut acheter estampillés bio, les pommes de terre sont un must. 2) La viande de boeuf 3) Le lait 4) Les pommes Close.

Non, le bio n’est pas une utopie ! Démonstration en 8 points. Des produits bio issus d'une coopérative alimentaire (B. COUTIER/SIPA) Nous avons lu avec stupeur l’article "Utopie bio" dans votre numéro du 1er novembre. Nous n’attendions pas du "Nouvel Observateur" un article à ce point rempli de contre-vérités, et qui ne cite comme sources bibliographiques que les écrits des adversaires notoires du bio que sont Gil Rivière-Wekstein – qui est membre de l’Afja (Association Française des Journalistes Agricoles), organisme qui a pour membre associé Bayer, ou encore le lobby des pesticides, l’UIPP –, Léon Guéguen – un adversaire déclaré de l’agriculture biologique depuis des décennies – et Gérard Pascal – favorable aux OGM et très critique de l’agriculture biologique.

Ils font tous les deux partie de l’AFIS, l’Association française pour l’information scientifique, souvent prompte à défendre les pesticides et les OGM. Il nous semble important de souligner que ces chercheurs sont donc pro-OGM et pesticides. 1- Les fraudes 2- Le blé bio d’Ukraine ? 4. 8. Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ? C’est une question qui revient régulièrement : combien de paysans devrait-on avoir à proximité de nos villes ou communes, si l’ensemble des citoyens décidait de relocaliser leur alimentation, en plus de passer au tout bio ?

L’association Terre de Liens nous apporte des éléments de réponse. On parle régulièrement des bons conseils à appliquer pour adopter un rythme de vie sain, afin d’optimiser son propre bien-être et garantir une bonne santé pour la planète. Les vraies bonnes idées sont intéressantes surtout lorsqu'elles se concrétisent. Avant de voir chaque Français se rendre directement à la ferme pour y cueillir ses légumes et discuter avec l’agriculteur, il faut connaitre les conséquences que peuvent avoir la mise en place d'une agriculture bio généralisée et une relocalisation de l’alimentation. L’association Terre de Liens Normandie a lancé un outil sur internet qui évalue le nombre de producteurs nécessaires pour que les français puissent consommer à la fois bio et local. Criminalité : L’ère des bio-mafias. Labels Bio et labels plus ou moins Bio. Hulot remet à Le Foll 85.000 signatures en faveur d'une agriculture plus verte.

Labels Bio grandes surfaces : tromperie sans modération. Etalement urbain : l'Observatoire sur la consommation des terres agricoles enfin installé. Agriculture bio : le Figaro répand la peur et l’incertitude. Reponse d'une lectrice suite a l'article du Nouvel Observateur "Utopie du bio" Les pesticides : une pollution planétaire. Sans herbicide, la récolte est plus belle. Programme_Ambition_bio_2017_cle09281b.pdf (Objet application/pdf)