background preloader

Sites, Auteurs, Textes SIC

Facebook Twitter

Différence entre un projet CDI et une politique documentaire. Réponse:

Différence entre un projet CDI et une politique documentaire

Broadcast Yourself. Hypertexte. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hypertexte

Un hypertexte est un document ou un ensemble de documents contenant des unités d'information liées entre elles par des hyperliens. Ce système permet à l'utilisateur d'aller directement à l'unité qui l'intéresse, à son gré, d'une façon non linéaire. Le terme, créé en 1965 par Ted Nelson, désignait, dans les premières années, un champ de recherche d'orientation littéraire fonctionnant sur un système fermé. En parallèle, les grandes industries commencent à définir un langage de balisage standardisé (GML / SGML) afin de gérer leurs documents sur un ordinateur central. C'est cette technologie que retiendra Tim Berners-Lee pour relier entre elles les ressources de l'Internet dans le World Wide Web.

Faire attention à l'attention. Le blues du Net, par Bernard Stiegler. Bernard Stiegler (à gauche) et Jean-Hugues Barthélémy (à droite),colloque Gilbert Simondon, Cerisy-la-Salle, juillet 2013, cliché Dom Lacroix Le philosophe Bernard Stiegler définit la révolution numérique autour de la notion de publication et de ses significations sociétales.

Le blues du Net, par Bernard Stiegler

L’Internet et le Web sont porteurs de potentialités inouïes, pas encore mesurées. Mais ce processus a fait l’objet d’une capture par de grandes compagnies des États-Unis qui mettent en péril nos sociétés. Bernard Stiegler convoque les mythes grecs, et leur historien Jean-Pierre Vernant, pour clarifier les enjeux de l’affaire Snowden. (Séquence vidéo 1) Nous aimerions connaître votre vision de ce que l’on appelle la révolution numérique. Bernard Stiegler : La révolution numérique a commencé véritablement il y a à peu près une vingtaine d’années, lorsque les États-Unis ont rendu l’Internet accessible au monde à travers le Web.

LES COURANTS FONDATEURS DES SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION. Pour gloser sur la figure mythique la plus formidable que l’Occident ait créé, on peut dire que l’homme, grâce au feu, est devenu un géant technologique mais qu’il demeure un nain politique.

LES COURANTS FONDATEURS DES SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Les hommes dominent la nature mais ils n’ont pas encore appris à vivre ensemble et à communiquer. Tout se passe donc comme si après Prométhée (qui nous a offert le feu) nous étions encore en attente de ce dieu qui symbolise l’échange, le commerce et la communication : les Grecs l’appelaient Hermès, les Romains Mercure. En termes plus savants, on peut dire avec Habermas que l’humanité moderne a développé une rationalité stratégique (dans son rapport à la nature) au détriment d’une rationalité communicationnelle (qui concerne les rapports des hommes entre eux).

On mesure ainsi l’importance considérable du rôle que les Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) ont à jouer à l’orée du XXIe siècle. – S.I.Lex – – Carnet de veille et de réflexion d'un juriste et bibliothécaire. Critique des Actus/ Analyse Culture de l’Information Didactique et Education aux médias.

De nouveau en collège, je tâtonne dans la mise en oeuvre d’un enseignement dont je souhaite qu’il soit modulaire.

Critique des Actus/ Analyse Culture de l’Information Didactique et Education aux médias

Mais je reviendrai ultérieurement sur le module de cours en information-documentation que j’ai donné cette année aux élèves de sixième. D’ici là, je vous propose, dans ce billet, la préparation des séances 5 et 6, formalisées… Après plusieurs mois sans publication, mea culpa mea maxima culpa, mais il est vrai que j’ai changé d’établissement pour passer d’un contexte de lycée à celui d’un collège, je trouve enfin la faveur d’un instant pour Cactus acide. Les Infostratèges.

« Apprendre l'art du filtrage » dans le secondaire, intervention d'Alexandre Serres. Ce vendredi 24 mai, le Café pédagogique a publié un compte rendu des interventions, ateliers et posters qui ont animé la conférence sur les Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information, les 21 et 22 mai 2013 à l’Ifé de Lyon.

« Apprendre l'art du filtrage » dans le secondaire, intervention d'Alexandre Serres.

Un travail de qualité, s’il n’était l’omission de la communication d’Alexandre Serres. Noam Chomsky, Le bien commun. 1Le bien commun regroupe une série d’entretiens réalisés par le journaliste américain David Barsamian avec Noam Chomsky.

Noam Chomsky, Le bien commun

Ils traitent essentiellement de l’approche politique et critique de Chomsky à travers les différents écrits qu’il a publiés et les conférences qu’il a données. Ainsi, nous retrouvons dans cet ouvrage les questions principales qui irriguent la pensée de l’auteur : l’économie capitaliste est-elle synonyme de liberté ? Les États-Unis - et plus largement les pays se caractérisant par une économie de marché - sont-ils réellement des démocraties comme cela est prétendu de manière systématique ? Comment se fabrique l’opinion publique ? Quel est le rôle des médias ? Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su. Les architectes de l'information face à l'oligopole du Web. 1Le dernier ouvrage de Jean-Michel Salaün, professeur à l’Ecole normale supérieure (ENS) de Lyon, anciennement directeur de l’Ecole de bibliothéconomie et des sciences de l’information à l’université de Montréal (2005-2010), est divisé en cinq grandes parties et présente une approche originale, dans la mesure où le réseau des réseaux, Internet ou le Web, est analysé comme un document.

Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su. Les architectes de l'information face à l'oligopole du Web

En effet, Jean-Michel Salaün se base sur les travaux de la théorie du document1 qui nous intéressent au premier chef en tant que professeur documentaliste. Les documents sont tellement omniprésents dans nos vies que nous ne les voyons plus… Dans le premier chapitre consacré à la bibliothèque, Jean-Michel Salaün la considère comme un média à l’instar de la radio, la télévision, la presse et l’édition. 3 Paul Otlet, Traité de documentation : le livre sur le livre. Théorie et pratique, Editiones Mundan (...) Dominique Wolton, « Les jeux vidéo : quand jouer, c'est communiquer », Hermès, n° 62, 2012.

1Difficile de rendre compte, de manière détaillée, de tous les articles publiés dans ce riche numéro consacré aux jeux vidéo, tant ils sont nombreux, tant leurs auteurs sont issus d’horizons et de disciplines divers (chercheurs, créateurs et éditeurs de jeux vidéo, philosophes, sociologues, ethnologues, spécialistes en sciences de l’information et de la communication, économistes, informaticiens, etc.) et abordent ce thème par des entrées différentes. 2Ce numéro s’articule en deux parties : la première rassemble un ensemble d’articles consacrés aux « discours ethno-sociaux » sur les jeux : il s’agit alors d’examiner les jeux comme un média de communication et un dispositif d’apprentissage, mais aussi de revenir sur les controverses liées aux usages (joueurs intensifs) et aux développements de certains d’entre eux.

Dominique Wolton, « Les jeux vidéo : quand jouer, c'est communiquer », Hermès, n° 62, 2012

Hervé Le Crosnier, Valérie Schafer (dir.), La Neutralité d'internet. Un enjeu de communication. 1Publié dans la collection des Essentiels d'Hermès (CNRS éditions), La neutralité de l'Internet est un ouvrage qui répond à une question simple : quelles sont les bases du débat sur la neutralité d'Internet ?

Hervé Le Crosnier, Valérie Schafer (dir.), La Neutralité d'internet. Un enjeu de communication

Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier répondent à cette question en moins de 200 pages tout en établissant un panorama exhaustif des différentes réalités concernées par ce débat. À l’instar des collections 128 ou Que sais-je ? Jean-Michel Salaün, Clément Arsenault, Introduction aux sciences de l'information. 1A l'heure du web 2.0, des blogues, des wikis, Jean-Michel Salaün et Clément Arsenault effectuent dans ce « grand manuel » de la collection Repères à la Découverte, un travail salutaire de (re)définition de ce que sont aujourd'hui les « informations », les « documents », les « connaissances ». Ils proposent un parcours cohérent et didactique depuis la description des acteurs (les professionnels de l'information et les utilisateurs), la présentation des contextes (institutions et missions) jusqu'aux techniques de traitement, de recherche et de diffusion de l'information. Destiné aux étudiants en master professionnel, ce manuel vise non pas à fournir les fondements théoriques des sciences de l'information, mais bien plus privilégie une approche pragmatique avec un texte orienté vers la présentation de savoirs et pratiques concrets.

Olivier Ertzscheid, Qu’est-ce que l’identité numérique ? Identité numérique et e-réputation. 1 1Cet ouvrage, très court, est le fruit d’une journée de formation sur l’identité numérique et a été, entre autres, organisée par des étudiantes de l’IUT de La Roche-sur-Yon. L’auteur, Olivier Ertzscheid, est Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication et spécialiste des enjeux politiques, économiques et sociétaux d’Internet. L’ouvrage est également en libre accès sur le site des éditions openpress et s’inscrit dans la collection « L’encyclopédie numérique » qui entend aborder, pour le grand public, un ensemble de thématiques1. L’ouvrage Qu’est-ce que l’identité numérique ? Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ? 1 Selon Casilli, on peut faire remonter son origine à une conférence qui s’est tenue en 2009 : The In (...) 2 Les contributions de cet ouvrage sont issues d’un des ateliers de recherche méthodologique organisé (...) 1Dans cet opuscule, Dominique Cardon et Antonio Casilli, deux sociologues spécialistes du numérique, nous présentent un champ, un phénomène relativement nouveaux1 : le digital labor/labour.

Dominique Pasquier, Valérie Beaudoin, Tomas Legon, « Moi je lui donne 5/5 ». Paradoxes de la critique amateur en ligne. 1Comme le souligne très justement le sociologue Alexandre Mallard dans sa préface, alors que les applications et les sites web qui permettent aux utilisateurs d’écrire et de partager leurs critiques sont de plus en plus nombreux, et ce dans toutes sortes de domaines (hôtels, restaurants, bars, cinéma, séries TV, etc.), « on voit mal comment on pourrait mettre en doute l’efficacité des médias sociaux dans l’exercice d’une critique raisonnée sur les choix de consommation » (p. 7). Pourtant c’est ce que font ici les auteurs, d’une manière extrêmement convaincante, en présentant les résultats d’une recherche, menée en 2011 et financée par le ministère français de la culture, qui questionne l’influence des critiques mises en ligne par des amateurs sur le choix d’aller voir un film au cinéma. 1 Les auteurs évoquent notamment l’analyse critique de l’« idéologie de la participation et de la cré (...)

Olivier Le Deuff, La documentation dans le numérique. 1 Moatti, Alexandre, « Le numérique, adjectif substantivé », Le Débat, n° 170, mai-août 2012. 2 Nous renvoyons à la cartographie des métiers proposé par l’Association des professionnels de l’info (...) 3 Le Deuff Olivier, La formation aux cultures numérique. Une nouvelle pédagogie pour une culture de l (...) Bernard Stiegler: «L’accélération de l’innovation court-circuite tout ce qui contribue à l’élaboration de la civilisation» «Disruptif». Pour une théorie du document : entretien avec André Tricot. Propos recueilli par Jonathan David. Des modèles et des concepts en question pour une didactique de l’Information-Documentation et proposition d’une matrice curriculaire dynamique. Olivier Ertzscheid : « Aucune technologie sociale n’est neutre » – Le Comptoir. Auteur de plusieurs travaux sur l’identité numérique et la publication en ligne, Olivier Ertzscheid est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes.

Il contribue à populariser les débats contemporains autour du numérique et des nouvelles technologies en utilisant les réseaux sociaux ou par l’intermédiaire de son blog, Affordance. La chambre des adolescent(e)s : espace intermédiaire et temps transitionnel. 1Objet des sciences sociales, la chambre prend sa consistance sociologique par l’approche que privilégie le chercheur. Cultures juvéniles et bibliothèques publiques. La chambre des adolescent(e)s : espace intermédiaire et temps transitionnel. LCD 065 0040. EDC 044 0079. CULE 095 0001. Une enquête inédite.

Les loisirs sont une affaire sérieuse, comme en témoignent les résultats des enquêtes portant sur les pratiques culturelles. La socialisation culturelle sexuée des enfants au sein de la famille. Des stéréotypes de sexe décrits dans Du côté des petites filles (Belotti 1973) aux travaux portant sur les pratiques de loisirs sportifs (Menesson 2006) ou culturels (Livingstone 1999 ; Pasquier 1999 ; Détrez 2003 ; Muller 2005 ; Octobre 2005 ; Glévarec 2010), les analyses ont mis en évidence le rôle des conditionnements sociaux dans la formation d’attitudes et de représentations de sexe et ont montré que nombre d’entre eux prennent leur source dans l’enfance (Tavan 2003).

La diversification des formes de la transmission culturelle : quelques éléments de réflexion à partir d'une enquête longitudinale sur les pratiques culturelles des adolescents. Du féminin et du masculin. Matthieu fait partie des enfants présentant des trajectoires culturelles très favorables : exception faite de la lecture, domaine dans lequel Matthieu reconduit la distance parentale, Matthieu est investi dans les loisirs culturels domestiques et de sorties car il tire partie d’un ensemble d’incitations sur diverses scènes sociales, en donnant des gages par ailleurs de son « bon » ancrage de genre via le sport : il fréquente les musées et les concerts, tout en étant familier des parcs d’attraction, il est fortement investi dans les consommations audiovisuelles (notamment musique et radio) tout en développant un intérêt croissant pour le multimédia, et il est durablement investi dans une pratique amateur et dans le sport. Présentation. Le genre, la culture et l'enfance.

Le thème de ce numéro de Réseaux est novateur à plusieurs titres : le genre, la culture et l’enfance sont en effet trois champs de recherche qui se sont développés le plus souvent de manière indépendante. Leur rencontre, bilatérale le plus souvent, est récente : on peut ainsi citer le colloque Enfance et cultures, tenu en décembre 2010 qui réunissait sociologies des deux champs [1][1] www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr ou encore le numéro de la revue Les Cahiers du genre consacré aux « objets de l’enfance » (Cahiers du genre, 49/2010), parmi lesquels les objets culturels tenaient une place importante. L'enfance des loisirs. Socialisation et pratiques culturelles des frères et sœurs. Les enfants du numérique : mutations culturelles et mutations sociales. Misère de la division du travail sociologique : le cas des pratiques culturelles adolescentes. Lien social et Politiques n43 2000, p. 33-40  Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques.

La culture de la chambre. Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique. Hervé Glevarec Les trois âges de la culture de la chambre. Pierre Bruno Chronique culture jeune Pratiques culturelles et « classes » sociales les sociologies des pratiques culturelles juvéniles. Pierre Bruno Jeunesse et classes sociales regards rétrospectifs. Les « pratiques numériques », entre écrit et sociabilité. LES USAGES ADOLESCENTS DES TIC, ENTRE AUTONOMIE ET.