background preloader

Intelligence artificielle

Facebook Twitter

Le Pentagone met au point un prototype d'interface cerveau-machine ne nécessitant pas de percer de trou dans la tête du sujet. Un projet financé par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), l’agence de recherche du Pentagone, vise la mise au point d’une interface cerveau-machine (ICM) qui pourrait permettre à un individu de transmettre des données de son esprit à un périphérique externe et vice versa.

Le Pentagone met au point un prototype d'interface cerveau-machine ne nécessitant pas de percer de trou dans la tête du sujet

Cela permettrait par exemple à un soldat de contrôler un drone avec sa pensée. Une interface cerveau-machine ou interface neuronale directe désigne un système de communication directe entre un cerveau et un dispositif externe (un ordinateur, un système électronique, etc.). Ces systèmes peuvent être conçus pour assister, améliorer ou réparer des fonctions humaines de cognition ou d'action défaillantes. Ils permettent en effet à un individu d’effectuer des tâches sans passer par l’action des nerfs périphériques et des muscles. Ce type de dispositif permet de contrôler par la pensée un ordinateur, une prothèse ou tout autre système automatisé, sans solliciter ses bras, mains ou jambes.

Le Pentagone met au point un prototype d'interface cerveau-machine ne nécessitant pas de percer de trou dans la tête du sujet. Un mini-implant high-tech analyse en temps réel le sang et signale via un smartphone l'approche d'une attaque cardiaque. Menée par Giovanni de Micheli et Sandro Carrara, une équipe de chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse a mis sur pied ce dispositif.

Un mini-implant high-tech analyse en temps réel le sang et signale via un smartphone l'approche d'une attaque cardiaque

L’implant médical, qui est actuellement le plus petit du monde, sert à la surveillance des produits chimiques essentiels dans le sang. Le dispositif mesurerait 14 mm et possèderait la capacité de détecter cinq protéines ou acides organiques simultanément. Notamment des protéines comme la troponine (complexe de protéines qui permet de déterminer un infarctus du myocarde).

En plus, le dispositif permettrait également d’observer les niveaux de glucose, de lactate et d'ATP, offrant des données précieuses pour la surveillance physiologique pendant une activité quelconque ou lorsque l’utilisateur développe une maladie comme le diabète. Suède : 150 employés d'une entreprise se sont fait implanter des puces électroniques, qui les transforment en terminaux de communication NFC. Dans les laboratoires de Neuralink d’Elon Musk, l’on développe actuellement des ordinateurs à implanter dans le cerveau.

Suède : 150 employés d'une entreprise se sont fait implanter des puces électroniques, qui les transforment en terminaux de communication NFC

Chez la start-up suédoise Epicenter, on a plutôt de quoi conforter Elon Musk dans ses projets futuristes. En effet, dans les locaux d’Epicenter, portes, imprimantes, etc. sont actionnées d’un geste de la main par un employé. Il leur est même aussi possible d’ordonner l’achat d’une friandise simplement d’un geste de la main. Des Français inventent une prometteuse synapse artificielle : une révolution dans le deep learning ? - Sciencesetavenir.fr. INTELLIGENCE ARTIFICIELLE.

Des Français inventent une prometteuse synapse artificielle : une révolution dans le deep learning ? - Sciencesetavenir.fr

L'apprentissage profond (deep learning) à partir de réseaux de neurones artificiels cristallise bien des espoirs : le champ ouvre depuis quelques années la voie à de nombreuses percées, y compris scientifiques. Ces réseaux neuronaux convolutifs souffrent cependant d'un inconvénient majeur : ils sont très coûteux en temps et en énergie, et doivent le plus souvent faire appel à des techniques d'apprentissage dites "supervisées", c'est-à-dire que les données à traiter doivent d'abord être classées par similarité. De quoi démultiplier la longueur du traitement, bien loin de l'optimum d'efficience atteint par nos systèmes biologiques... Un état de l'art qui pourrait bien radicalement changer suite à la découverte d'une équipe française (CNRS, Thales, Universités de Bordeaux, Paris-Sud et Evry) qui vient d'inventer une synapse artificielle, d'inspiration biologique, capable d'apprendre de façon autonome.

SYNAPSE. Eliezer Yudkowsky: Scruter la Singularité (Hache/essais) La version courte : Si les vitesses de calcul doublent tous les deux ans, qu’arrive-t-il quand des IA informatisées font la recherche ?

Eliezer Yudkowsky: Scruter la Singularité (Hache/essais)

La vitesse de calcul double tous les deux ans. La vitesse de calcul double tous les deux ans de travail. Max More : Principes extropiens 3.0 (Hache/essais) Introduction L’extropianisme est un transhumanisme.

Max More : Principes extropiens 3.0 (Hache/essais)

Les Principes extropiens définissent une version ou « marque » particulière de pensée transhumaniste. Comme les humanistes, les transhumanistes privilégient la raison, le progrès et les valeurs centrées sur notre bien-être plutôt que sur une autorité religieuse externe. Les transhumanistes étendent l’humanisme en mettant en question les limites humaines par les moyens de la science et de la technologie, combinés avec la pensée critique et créative. Google recrute Ray Kurzweil, un gourou du transhumanisme.

Pour qui s'intéresse au transhumanisme, l'entrée de Raymond Kurzweil dans l'équipe de Google n'est pas une surprise.

Google recrute Ray Kurzweil, un gourou du transhumanisme

Larry Page, l'un des deux fondateurs de Google, sponsorise depuis des années la Singularity University fondée par Raymond Kurzweil et Peter Diamandis. À tort ou à raison, les gourous de la singularité technologiques sont en train de devenir de plus en plus influents. Avec Neuralink, Elon Musk veut fusionner humains et machines. Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, vient de lancer une nouvelle entreprise baptisée Neuralink.

Avec Neuralink, Elon Musk veut fusionner humains et machines

Son ambition : créer une interface neuronale qui puisse, dans un premier temps, soigner des maladies telles que l'épilepsie et qui, à terme, permettrait au cerveau de communiquer directement avec un ordinateur afin de décupler nos performances intellectuelles. Après l'espace (SpaceX), les voitures électriques (Tesla) et le train subsonique (Hyperloop), Elon Musk veut maintenant s'intéresser au cerveau. La belle histoire de l'IA adolescente de Microsoft devenue nazie en moins de 24h - Motherboard.

S'il existe un paradis des penseurs de SF, il est à peu près certain qu'Isaac Asimov a assisté à ça en bouffant du popcorn avec délectation, en nous hurlant de temps en temps que c'était pas faute d'avoir essayé de nous prévenir avec ses bouquins d'anticipation.

La belle histoire de l'IA adolescente de Microsoft devenue nazie en moins de 24h - Motherboard

Entre le 23 et le 24 mars 2016, une intelligence artificielle aura enfin eu droit à un speed dating avec l'Humanité connectée. Venue au monde dans les locaux de Microsoft en toute candeur, introduite à Twitter en grande pompe, elle en a été virée en 24 heures, transformée en immonde troll raciste, xénophobe et misanthrope. Rousseau avait raison : l'Homme naît bon, la société le corrompt. Ce qu'il ne savait pas, c'est que le postulat fonctionne aussi bien avec la machine.

Surtout lorsque c'est 4Chan qui se charge de son éducation. Intelligence artificielle : le deep learning battu par l'humain (ouf) La revanche de l'humain !

Intelligence artificielle : le deep learning battu par l'humain (ouf)

En mars 2016, le programme d'intelligence artificielle (IA) AlphaGo, de DeepMind, une filiale de Google, avait battu le champion coréen de jeu de go Lee Sedol. Un nouvel affrontement vient redorer le blason de notre matière grise : au Japon, le joueur professionnel Cho Chikun a battu un autre logiciel, conçu dans l'archipel et baptisé Deep Zen Go. Le programme d'IA a remporté une manche contre deux pour l'humain, dans une bataille neuronale qui s'est achevée le 23 novembre 2013. Bataille neuronale certes, car le programme en question fonctionne selon le principe du deep learning, ou apprentissage profond. L'intelligence artificielle (IA) sera-t-elle l'assistance juridique du futur ? JUSTICE. Exit l'assistant(e) juridique qui potasse les textes de lois pour l'avocat ou le juge ?

Ces tâches chronophages promettent peut-être d'être assurées à l'avenir... par des intelligences artificielles. Exemple récent : l'un des plus grands cabinets américains, BakerHostetler, s'est équipé courant 2016 du programme ROSS basé sur la technologie IBM Watson, afin d'assister ses avocats. Comment l'intelligence artificielle transforme-t-elle la pratique contemporaine du droit ? Des intelligences artificielles lisent désormais sur les lèvres. DeepMind, qui appartient à Google, a développé un programme informatique capable de lire sur les lèvres de façon plus efficace que les humains. C’est une nouvelle réussite pour Google DeepMind, l’entreprise d’intelligence artificielle londonienne rachetée par Alphabet. En début de semaine, ses chercheurs ont annoncé, avec des scientifiques de l’université d’Oxford, avoir développé un programme capable de lire sur les lèvres plus efficacement que les professionnels humains. Dans un article de recherche, ils expliquent que cette technologie d’intelligence artificielle réussit à lire sur les lèvres 46,8 % du temps, alors qu’un professionnel ayant dix ans d’expérience, soumis au même test, y parvient 12,4 % du temps. 5 000 heures de vidéo.