background preloader

Terrorisme et Lit J

Facebook Twitter

Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes en Ile-de-France. Comment organiser le dialogue avec les élèves le lundi 16 novembre ?

Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes en Ile-de-France

En solidarité avec les victimes et leurs familles, le Président de la République a demandé qu'une minute de silence soit organisée le lundi 16 novembre 2015. Il appartient au directeur d'école et au chef d'établissement d'organiser un temps de regroupement des élèves dans les classes ou la cour de l'école et de l'établissement pour ce moment de recueillement individuel et collectif dans cette journée.

Dans les deux cas, chaque enseignant doit encadrer sa classe durant ce temps de recueillement, dont la forme doit prendre en compte l'âge des élèves. Ce temps de recueillement sera précédé d'un échange d'au moins une heure entre les élèves et les enseignants dans chaque classe. Ce dialogue est un travail pédagogique indispensable pour soutenir les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs émotions et la compréhension complète de ces événements violents. #Educattentats. Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes en Ile-de-France. Les attentats du 13 novembre 2015 expliqués par la presse jeunesse : des choix éditoriaux au garde-à-vous.

Comment parler des attentats avec les enfants ?

Les attentats du 13 novembre 2015 expliqués par la presse jeunesse : des choix éditoriaux au garde-à-vous

Une question difficile à laquelle ont dû se confronter parents, proches et personnels éducatifs dans les jours qui ont suivi. Les professionnels de la presse jeunesse ont alors proposé des supports au contenu parfois…. très discutable. Nous avons étudié la première édition post-attentats de six médias s’adressant aux enfants, sur une tranche d’âge de 6 à 14 ans : Rentrée scolaire: la lutte contre le terrorisme est d'abord un projet politique.

Pour l’instant, le port du casque n’est pas encore obligatoire, l’armement des enseignants non plus mais les dernières mesures prises par Cazeneuve, ministre de l’Education nationale et présentées par sa directrice de la communication, Najat Vallaud-Belkacem, sont une étape supplémentaire dans ce qui apparaît comme le seul projet politique du gouvernement : le projet de la peur.

Rentrée scolaire: la lutte contre le terrorisme est d'abord un projet politique

La circulaire conjointe de l’Intérieur et de l’EN en date du 29 juillet dernier, manifestement rédigée dans la panique et la précipitation de l’attentat de Nice, le confirme : puisque le gouvernement s’interdit obstinément toute réflexion sur les causes profondes du terrorisme au prétexte qu’ « expliquer, c’est excuser », il ne reste plus qu’à travailler l’opinion publique pour la faire arriver aux mêmes conclusions. Avec, en arrière-plan, ce vieux principe d’un régime à la dérive : faire peur pour faire obéir. Surveiller plutôt que protéger C'est le gouvernement qui fait peur.

En parler à l'école. Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après un attentat. Comment organiser le dialogue avec les élèves ?

Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après un attentat

Il appartient au directeur d'école et au chef d'établissement d'organiser un temps de regroupement des élèves dans les classes ou la cour de l'école et de l'établissement pour un moment de recueillement individuel et collectif dans cette journée. Dans les deux cas, chaque enseignant doit encadrer sa classe durant ce temps de recueillement, dont la forme doit prendre en compte l'âge des élèves. Des ressources pour parler des attentats et du terrorisme en classe. Le modeste but de cet article est de fournir aux enseignants une banque d’outils et de ressources dans lesquels ils pourrons piocher ou se documenter pour les aider à aborder l’actualité tragique du 13 novembre 2015.

Des ressources pour parler des attentats et du terrorisme en classe

Contrairement à ce que peuvent en dire certains, c’est un exercice difficile auquel nous ne sommes pas préparés... Le terrorisme dans la littérature jeunesse. Les livres pour enfants et adolescents sont souvent un moyen d’aborder des sujets délicats avec eux, autour d’une histoire fictive mettant en scène un personnage auquel ils peuvent s’identifier, tout en gardant un certain recul.

Le terrorisme dans la littérature jeunesse

Des sujets comme la mort d’un proche, le divorce des parents ou la violence à l’école sont souvent rencontrés par les enfants dans leur vie quotidienne, et le livre peut-être un moyen de leur donner des clés pour comprendre ces sujets difficiles. Après l’attentat du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center aux États-Unis, les plans vigipirates en un mot et la médiatisation autour du terrorisme se sont amplifiés, mettant à la vue des enfants et adolescents des images dures parfois difficiles à comprendre. Mais d’abord, qu’est-ce que le terrorisme ? Comment les auteurs abordent-ils ce sujet dans leurs livres ? Par quel point de vue ? I) Le 11 septembre 2001 Nine Eleven de Jean-Jacques Greif à l’Ecole des Loisirs Victime d’amalgame Qui es-tu papa ?