background preloader

Le livre numérique ne remplace pas le livre papier

Facebook Twitter

Depuis quelques années on peut voir augmenter la part du livre numérique, pourtant on constate que les lecteurs qui se tournent vers le numérique ne sont pas les mêmes lecteurs que ceux qui ont pour habitude de lire les livres papiers.


Le livre numérique semble être un complément pour les lecteurs amoureux du papier et il parvient à attirer un nouveau public. L'évolution du livre numérique en France. Le lecteur, acteur du livre numérique. Date : Le jeudi 28 mai 2015 > Journée d’étude le 28 mai 2015 de 9h à 16h30 à l’ésam Caen/Cherbourg (14)

Le lecteur, acteur du livre numérique

Le profil type du lecteur de livres numériques. Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur. Dossier16/12/2013« I miss my pre-internet brain » (Mon cerveau d’avant Internet me manque) : avec cette phrase inscrite sur fond rose, l’artiste Douglas Coupland montre à quel point le web a changé notre façon de chercher des informations, de les comprendre et de les mémoriser.

Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur

De toute l’histoire de l’humanité, nous n’avons jamais eu autant d’informations disponibles à la lecture qu’aujourd’hui. Pour faire face à ce raz-de-marée, notre cerveau serait en train de changer, d’évoluer et de créer une nouvelle forme de lecture adaptée au milieu numérique. Si la lecture profonde sur écran nous demande davantage de travail cognitif, de nombreuses études ont montré qu’un lecteur lambda se révèle beaucoup moins attentif quand il lit des informations sur Internet.

Seuls 28% des mots présents sur une page web seraient déchiffrés, tandis que la vitesse de lecture (près de 500 mots à la minute) serait paradoxalement plus rapide que la moyenne alors qu’elle devrait être justement plus lente. Les lecteurs et le livre numérique en France : les usages progressent.

En France, il est devenu traditionnel de dire que le livre numérique ne décolle pas.

Les lecteurs et le livre numérique en France : les usages progressent

On perçoit bien qu'il existe un certain enthousiasme, mais il est difficile de convaincre, quand les tarifs de vente sont aussi rebutants. Pour la 5e année, le Baromètre SOFIA/SNE/SGDL présente les usages en vigueur, constatés à travers une enquête OpinionWay. Dans le cadre des 14es Assises du numérique, auteurs et éditeurs font le point. John Blyberg, CC BY 2.0 Pour cette nouvelle étude, les chiffres sont dans le vert : 18 % de la population a lu un livre numérique, une tendance qui s'accorde avec le taux d'équipement constaté en tablettes et « dans une moindre mesure, en liseuses ».

Cependant, les lecteurs passés au numérique restent multisupports : 62 % ont lu un ouvrage papier au cours du mois passé, et ils se servent, à 39 %, des tablettes, 36 %, d'ordinateurs portables et 24 % de liseuses. Il est certain que les éditeurs 100 % numérique doivent sourire en lisant cela. Le numérique et le lecteur, retour du nomade. Le lecteur face au numérique. Dans le cadre du programme Littérature de Mons 2015, le collectif kom.post et le Pilen organisent, non pas une conférence ou un rassemblement de spécialistes, mais une forme de « conversation » augmentée et performative, une « Fabrique du commun » réunissant les savoirs et les approches de tout un chacun(e) autour de la question : Que fait le lecteur face au numérique ?

Le lecteur face au numérique

Il s'agit de repartir de cette expérience, toujours singulière et éminemment commune, de la lecture, de sa sensualité et de sa saveur, grâce à laquelle chacun(e) d'entre nous détient un savoir. Michael Dahan : "Le lecteur numérique est un gros consommateur de livres" Le Salon du livre s'est ouvert au public à partir de ce 20 au 23 mars 2015, au Parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris.

Michael Dahan : "Le lecteur numérique est un gros consommateur de livres"

Selon Michael Dahan, fondateur de Bookeen, un livre 2.0 téléchargeable sur une tablette ou une liseuse. Pour lui, le livre numérique est un marché naissant en France mais il est déjà en très forte croissance. Il représente à peu près 3% du chiffre d'affaires global de ce qui se fait en numérique et c'est en hausse de près de 40% par rapport à 2014. Avec la croissance rapide du marché des liseuses et des tablettes en France, les livres numériques visent surtout les gros lecteurs.

Qui sont les lecteurs numériques et quelles sont leurs habitudes de lecture. Ce 8 juin se déroulait à Madrid le 3e rendez-vous international des distributeurs de contenus numériques, l’occasion de revenir sur le tendances actuelles du marché, notamment en matière d’habitudes de lecture avec la table ronde « Qui sont les lecteurs numériques et quelles sont leurs habitudes de lecture ?

Qui sont les lecteurs numériques et quelles sont leurs habitudes de lecture

». Lettres Numériques y était. Rappelez-vous, nous vous rapportions en mars dernier quelques résultats d’études sur le profil-type du lecteur numérique (à relire ici) : celui-ci est difficile à déterminer car il existe actuellement beaucoup de profils de lecteurs différents. Il est toutefois possible de dégager certaines tendances qui peuvent aider éditeurs et distributeurs à mieux cibler leur public. C’était là l’objectif de la table ronde organisée dans le cadre de la rencontre des distributeurs de contenus numériques. Portrait du lecteur au temps du numérique. Que mange le lecteur en hiver, littérairement parlant ?

Portrait du lecteur au temps du numérique

Comment choisit-il ses livres ? Et où les achète-t-il ? Afin d’esquisser quelques réponses, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) a commandé l’étude Le lecteur francophone au Canada à l’ère du numérique. Les résultats ont été dévoilés jeudi au Salon du livre de Montréal, à la Journée des professionnels. Le lecteur, comprend-on rapidement à la lecture de cette étude qualitative, est une bête aux habitudes si variées qu’il est difficile de les traquer comme d’en tracer le portrait-robot. Ressort, surligné, l’importance du prix des livres, un incitatif majeur à l’achat comme au choix du lieu de l’acquisition. « La première dimension [dans l’occasion d’achat] concerne le prix, en neuf comme en usagé, et ce, pour plus des deux tiers des personnes rencontrées, lit-on.

Et pour cette raison, entre autres, les bibliothèques sont chères aux lecteurs.