background preloader

Marinaerichelieu

Facebook Twitter

Economie de partage, sociale ou collaborative : attention à la confusion. Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage » Pour ce théoricien de l’économie collaborative, seul le vrai « pair-à-pair » et la culture d’un « bien commun » constituent une réponse à la crise écologique et de civilisation de l’Occident.

Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage »

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Claire Legros (Propos recueillis par) Ancien chef d’entreprise, Michel Bauwens étudie depuis une dizaine d’années l’économie collaborative et ses réseaux qui s’organisent pour créer des outils partagés et mutualiser les savoirs et le travail. Sans nom 1. Économie collaborative : alternative, ou mutation du capitalisme ? du 24 juillet 2015 - France Inter. Est-ce la fin de l'économie traditionnelle, du marché tel qu'on le connaît ?

Économie collaborative : alternative, ou mutation du capitalisme ? du 24 juillet 2015 - France Inter

L'économiste Jeremy Rifkin le prophétisait depuis quelques années : « Au crépuscule de l'ère capitaliste, un nouveau modèle économique émerge » . Les technologies numériques, la crise économique, la remise en cause des intermédiaires sont le terreau d'un modèle, qui se construit en opposition au marché traditionnel. AirBnb se présente comme une solution alternative aux hôtels, Uber aux taxis, Blablacar au train.

Ces start-up donnent la primauté à l'usage plutôt qu'à la propriété, en mettant en connexion des milliers d'individus pour du covoiturage, des locations d'appartements et toutes sortes de services de particulier à particulier. Mais économie collaborative n'est pas économie coopérative. Quelle confiance peut-on placer dans l'économie du partage ? Vos questions dès 18h au 01 45 24 70 00 et dès maintenant sur le site de l'émission et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, #telsonne. Transport, alimentation, services : jusqu’où ira l’économie collaborative. Ubériser... c'est l'un des nouveaux mots les plus remarqués de l'édition 2017 du Petit Robert, parue en mai.

Transport, alimentation, services : jusqu’où ira l’économie collaborative

Son sens ? «Déstabiliser et transformer un secteur avec un modèle économique innovant, tirant parti des nouvelles technologies.» Malgré le débat sémantique (lire la fin de l'article), le terme est devenu synonyme d'économie collaborative. Uber, la désormais célèbre société de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), incarne aussi la soudaineté avec laquelle ce nouveau système émerge de tous côtés. «Dans un tiers des demandes d'investissement que l'on me propose, le business model est fondé sur l'ubérisation», raconte Marc Simoncini, le créateur de Meetic devenu serial investisseur.

Un chauffeur de VTC Uber. ©Uber De fait, les chiffres donnent le tournis : d'après les consultants du groupe d'audit Deloitte, la taille de ce marché double tous les douze à dix-huit mois. > Vidéo. ©OuiStock À lire aussi : Airbnb, Le Bon Coin, BlaBlaCar... comment s'en servir pour doper ses revenus. Quel est le vrai visage de l'économie collaborative ? Les chiffres clés de l'économie collaborative. Aujourd’hui plus de 90 000 startups composent le marché mondial de la consommation collaborative [1].

Les chiffres clés de l'économie collaborative

En 2013, on estime à 20 milliards d’euros le chiffre d’affaires du secteur et à 302 milliards d’euros d’ici 2025, ce qui représente un taux de croissance annuel moyen de + 36,4 % et une multiplication du marché par plus de 20 en 10 ans [2]. Par ailleurs, 89% de la population française déclare avoir déjà réalisé au moins une fois une pratique de consommation collaborative [3]. Lire aussi : Entreprises de l’économie collaborative : vous devrez désormais transmettre à vos usagers le montant de leurs revenus annuels L’achat ou la vente de biens entre particuliers via des plateformes en ligne concernait en 2013 52 % de la population [4] , et 32 % des Français indiquent recourir à des pratiques de mobilité collaborative dont 21 % pour le covoiturage[5].

Sources : 1. 2. 3. 4. 5. La France et les États-Unis champions de l'économie collaborative. Plus de 270 plateformes d'économie collaboratives opèrent dans l'Hexagone, qui représente à lui seul 23% du marché mondial dans ce domaine.

La France et les États-Unis champions de l'économie collaborative

Lorsque l'on parle d'économie collaborative, on pense aux mastodontes américains comme Airbnb. Mais la France aussi arrive à se démarquer! À l'exemple de Blablacar ou du site Leboncoin, plus de 270 plateformes collaboratives se développent dans l'Hexagone. Parmi elles, les trois quarts sont françaises. Le marché de la consommation collaborative dans le monde est estimé à 15 milliards de dollars en 2015.

Les Français adhèrent de plus en plus à l'économie du partage. SONDAGE - Près d'un quart des personnes interrogées ont déjà eu recours à l'un de ces services comme Uber, BlaBlaCar ou Airbnb.

Les Français adhèrent de plus en plus à l'économie du partage

Uber, BlaBlaCar, Airbnb... l'économie du partage est plébiscitée par les Français. Selon l'EcoScope, le baromètre mensuel réalisé par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 22 % des Français interrogés utilisent déjà l'un de ces services. Un résultat remarquable, alors que la plupart des acteurs de cette économie n'ont que quelques années d'activité dans le pays.

La France est déjà le deuxième marché mondial d'Airbnb, le géant américain de location temporaire entre particuliers. Paris est aussi la deuxième ville en Europe pour Uber.