background preloader

Discussions et controverses

Facebook Twitter

Sitographie. Addiction au numérique : peut-on vivre déconnecté ? Par Vincent Parizot , Sophie Aurenche Il est parfois difficile de se détacher de la spirale infernale du numérique.

Bonjour, Tant mieux si l'article sert a tous et pour tout ! Oui, je suis tout à fait d'accord, ce n'est ni la connexion ni l'outil qui pose problème mais bien l'utilisation que l'on en fait d'autant qu'effectivement se déconnecter parait presque surréaliste dans le monde actuel ..... vaste sujet ;) bonne continuation – marie_groupe3_psy

En 2014, 28 millions de Français possédaient un smartphone et neuf millions avaient une tablette tactile.

Addiction au numérique : peut-on vivre déconnecté ?

De plus, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter comptaient jusqu'à 32 millions d'inscrits. L'addiction au numérique frappe alors de nombreuses personnes. Celles-ci peuvent consulter leur smartphone 100 fois par jour et se précipiter à la moindre alerte ou notification. Le documentaire Digital Detox s'est inspiré de cette dépendance. Michel Lejoyeux, un professeur de psychiatrie et d'addictologie à l'université Paris 7, estime que le problème n'est pas de savoir s'il est possible de vivre déconnecté ou non.

Quand la technologie devient l’architecte de notre intimité. Par Hubert Guillaud le 19/01/11 | 7 commentaires | 4,325 lectures | Impression.

Quand la technologie devient l’architecte de notre intimité

Nous ne serons plus jamais déconnectés… Par Hubert Guillaud le 04/09/12 | 18 commentaires | 14,606 lectures | Impression Jenna Wortham (@jennydeluxe) pour le New York Times a commis un de ces papiers faciles sur les vertus de la déconnexion à l’heure d’un monde toujours plus connecté.

Nous ne serons plus jamais déconnectés…

Alors qu’elle se rendait à la piscine, elle a été invitée à déposer son téléphone et a pu profiter pleinement de sa journée, sans avoir à consulter avec anxiété ses comptes Facebook et Twitter pour regarder ce que ses amis faisaient. La peur de manquer quelque chose (Fomo, pour Fear of Missing Out) que décrivait Caterina Fake, cofondatrice de Flickr, s’évaporait quelques instants. Notre connexion permanente aux médias sociaux nous rend plus attentifs à ce que l’on rate et vous donne le faux sentiment de participer à ce que font les autres par leur intermédiaire, estime Caterina. Mais ce n’est pas une peur, c’est un plaisir, lui répondait l’entrepreneur Anil Dash en évoquant la joie de manquer quelque chose (Jomo pour Joy of Missing Out).

Internet nous rend-il seul ? Non ! « Nous vivons dans un isolement qui aurait été inimaginable pour nos ancêtres, et pourtant nous n’avons jamais été plus accessibles » via les technologies de la communication et les médias sociaux, estime l’écrivain Stephen Marche pour The Atlantic.

Internet nous rend-il seul ? Non !

La montée de la solitude ? Selon lui, nos médias sociaux interfèrent avec nos amitiés réelles. La cyberdépendance - Santé et Sécurité. La santé au travail, la pénibilité et la souffrance en entreprise S'informer sur la prévention, la protection des ouvriers et employés contre les accidents du travail et les risques professionnels Dernière mise à jour le : 09/03/2015 Vous êtes ici : Santé et Sécurité >> La cyberdépendance N°13 - Septembre / Octobre 2007.

La cyberdépendance - Santé et Sécurité

La cyberdépendance: mythe ou réalité ? E.

La cyberdépendance: mythe ou réalité ?

Comment on devient "accroché" à Internet En examinant les étapes à travers lesquelles se développe cette réaction, on peut mieux en identifier les pièges et les tournants cruciaux. Les recherches sur la cyberdépendance. B.

Les recherches sur la cyberdépendance

La recherche de David Greenfield Pour juger de la valeur des conclusions de cette recherche, il faut examiner la méthode utilisée. Plus particulièrement, il est important de considérer le nombre de sujets étudiés, la façon dont ils ont été choisis, les questions qui ont été posées et la façon dont on a traité les réponses obtenues. Relativiser la cyberdépendance. « Les jeux vidéo… Si l’excès de jeux vidéo peut être préjudiciable au développement d’un adolescent, une pratique ludique peut au contraire développer certaines de ses aptitudes.

Relativiser la cyberdépendance

Tout dépend du jeu. L'impact des nouvelles technologies sur le cerveau. Enseigner avec le numérique. Les accros aux réseaux sociaux sont-ils malades ? "Est-ce que vous sortez tout nu ?

Les accros aux réseaux sociaux sont-ils malades ?

Non ! Souffrez-vous pour autant d'une addiction aux vêtements ? Non ! Débat sur la cyberdépendance (Page 1) / Café Ubuntu. J'ai toujours trouvé que la cyberdépendance était un problème sûr-évalué... on lui donne des proportion qu'il n'a pas.

débat sur la cyberdépendance (Page 1) / Café Ubuntu

Il faut faire attention quand même, il ne faut pas confondre addiction et passion.Déjà, la cyberdépendance c'est un peu spécial, mais on la reconnaît comme dépendance car même si elle n'a pas les même effets physiques, elle en a les symptômes. Et maintenant, on commence à se croire ou à croire les gens cyberdépendant tout simplement parce qu'ils passent du temps devant leur machine. Lettre ouverte aux parents déconnectés. Chers parents déconnectés, Oui, vous, les parents réticents, vous que je croise régulièrement dans des débats auxquels je suis invitée ou dans les mails que vous m’envoyez, chers parents qui êtes parfois à la limite de l’agressivité dès qu’il s’agit d’écrans, j’aimerais tenter de répondre à quelques-unes de vos interrogations, celles qui reviennent régulièrement et qui semblent vous perturber. D’abord, oui, certains d’entre vous sont très virulents dans ce qui s’apparente davantage à une croisade anti-écrans qu’à des questionnements légitimes.

À ceux-là, que répondre ? Pas grand chose. On peut effectivement choisir de vivre sans écran, comme on peut choisir de vivre sans électricité, chacun ses préoccupations. L'impact des nouvelles technologies dans la société actuelle - OWL, LMS, iLES. Avec tous les moyens technologiques découverts et inventés ces dix dernières années et notre dépendance à ceux-ci, sommes-nous capables de nous en passer aujourd’hui ? 1 : Souvenirs souvenirs. Souvenez-vous il y a une quinzaine d’années quand il n’y avait ni téléphones portables ni internet. Certains, étant nés dans cette époque de technologie, sont à dix mille lieue de s’imaginer la vie sans toutes ces choses, les autres eux, qui ont connu, vu et vécu petit à petit cette progression de la technologie, sont les premiers à avoir oublié et remplacé leurs habitudes d’avant cela par ces nouvelles inventions.

Peut-on prendre le risque d’enseigner et d’éduquer avec le numérique. Bruno Devauchelle en bref Bruno Devauchelle est formateur-chercheur au Centre d’études pédagogiques pour l’expérimentation et le conseil de Lyon . Après avoir travaillé en lycée professionnel comme professeur de Lettres-Histoire, il a choisi de devenir formateur et s’est spécialisé dans le domaine des TIC en éducation et en formation . Docteur en sciences de l’éducation, il mène des activités de formation auprès des équipes éducatives et participe à des recherches en tant que membre de l’unité EA Techne (Technologies numériques pour l’éducation) de l’université de Poitiers.

Il est également membre fondateur et président de l’association CIIP, en charge de la revue en ligne Le Café pédagogique. Auteur de « Comment le numérique transforme les lieux de savoirs. Blog: brunodevauchelle.com/blog. Cyberdépendance : un enjeu en ligne de mire.