Métiers de l'information

Facebook Twitter
Compétences-clés en infodoc
Networking : Anne Discart Web Information Specialist
KJB de signets graphiques's Tumblelog

La veille est un métier, pas une compétence…

Petit rapport d’étonnement sur un débat vieux comme la veille, mais qui mérite encore quelques réflexions : la veille est un métier à part entière, pas une simple compétence de plus… Débat ravivé selon moi par le développement du web et de ses outils tous plus performants les uns que les autres ; mais qui sans méthodologie ne sont plus si performant que ça… Cet étonnement par de divers constats, échanges et lectures… Tout d’abord, un très bon billet écrit par Marie sur l’œil au Carré, et intitulé La veille, son métier et ses idées reçues. Car sans le détailler, Marie postule que la veille est un métier… Nous pourrions déjà débattre de cette question, mais ici, aujourd’hui, c’est parti pris, donc oui : la veille est un métier. Alors qu’est-ce qui peut bien (me) faire douter que cette vision métier de la veille et de la recherche d’informations n’est pas accepter de la même manière par tout le monde (en tout cas les personnes qui ont recours à de la veille) ?! La veille est un métier, pas une compétence…
Jeune hyperconnecté et asocial Personne passionnée. Dans la bouche de ceux qui l’utilisent, le terme «geek» marque souvent un retrait voire une rupture avec les usages et les usagers du numérique. Poudre aux yeux ? Bourdonnement du web visant à faire (beaucoup) de bruit sur peu de temps.

La veille, son métier et ses idées reçues

La veille, son métier et ses idées reçues
Tellement vrai : le nouveau knowledge worker | Demain la veille
(Profession) > Les métiers de l'intelligence stratégique
Les 3 qualités du veilleur. Bonus : les documentalistes et la veille
Pourquoi embaucher un documentaliste, un chargé de KM ou un veilleur en sept arguments sonnants et trébuchants Pourquoi embaucher un documentaliste, un chargé de KM ou un veilleur en sept arguments sonnants et trébuchants Bonjour Emmanuel Le sous-titre de ton article reprend deux raisons essentielles (le professionnel, qui fait gagner du temps) mais j’ajouterais au 7 motifs déjà relevés par toi : un veilleur en interne est plus réactif et s’adapte plus vite aux besoins de l’entreprise, qu’un service externalisé. un veilleur en interne préserve la confidentialité.
Résultat de l’enquête TROOVER sur l’emploi et l’intelligence économique Résultat de l’enquête TROOVER sur l’emploi et l’intelligence économique (Enfin !) Pour sa quatrième édition, l’enquête TROOVER sur l’emploi et l’intelligence économique définit le profil-type du consultant en intelligence économique en poste suivant : - un homme (66 %)- de 25 à 35 ans (51 %)- diplômé d’un mastère en intelligence économique (36 %)- d’une formation générale bac +5 (62 %)- de 2 à 5 ans d’expérience (23 %)- en cdi (67 %)- gagnant entre 30.000 à 35.000 Euros par an (18 %)- en premier poste (34 %)- travaillant dans une société anonyme (49 %)- de plus de 250 personnes (40 %)- qui n’est pas un cabinet en IE (74 %) Il ressort cette année que le secteur de l’intelligence économique en France reste plutôt masculin, jeune, assez diplômé et composé de salariés en emplois stables. Les entreprises d’accueil sont plutôt de grandes structures. La principale évolution du secteur révélée dans cette étude est l’augmentation des salaires.
Métiers de l’IE - Portail de l'intelligence économique
IE dans l’entreprise - Portail de l'intelligence économique
Consultant en Intelligence Economique et Stratégique
L'intelligence économique et le chomage L'intelligence économique et le chomage Après différents billets sur l'emploi et l'intelligence économique écrits ici et là sur ce blog et une étude régulière sur l'emploi et l'intelligence économique réalisée tous les ans (dont, d'ailleurs, les résultats de la dernière sortiront le 1er décembre avec un peu de retard pour lequel je prie les futurs lecteurs de bien vouloir m'excuser !), je voudrais évoquer aujourd'hui l'intelligence économique et le non-emploi. L'émission Envoyé spécial de jeudi dernier sur France 2 évoquait le chômage chez les jeunes en prenant pour exemple des jeunes diplômés d'un Master 2 de l’Université de Lyon 3 en intelligence économique.
Les activités liées à la gestion et au management de l'information se développent au coeur d'un écosystème complexe mais stimulant. Différents acteurs cohabitent en effet et font évoluer les périmètres de légitimité sur l'ensemble de la fonction information. Plus que jamais les professionnels spécialistes du sujet "information" sont amenés à travailler avec d'autres sur des activités à la fois très spécialisées (en termes de savoir-faire techniques et méthodologiques) et très transversales.La carte ci-après a pour objectif de fournir une représentation de ces métiers et de leurs liens. Le référentiel Pour mieux connaître les métiers, leurs missions et les compétences nécessaires à leur exercice: Les métiers de la gestion de l'information Les métiers de la gestion de l'information
Web 2.0 | Métiers et #Amalgames
Travailler dans une bib