background preloader

Hacker

Facebook Twitter

La Ville de Bruxelles lance son premier Hackathon. Bruxelles L'échevin de la Ville de Bruxelles en charge de l'Informatique, Mohamed Ouriaghli (PS), a annoncé, lundi, la tenue du premier Hackathon sur le territoire de la commune.

La Ville de Bruxelles lance son premier Hackathon

Celui-ci se déroulera les 17 et 18 octobre prochains. Cet événement est organisé avec l'opérateur informatique Gial, en partenariat avec Global Entreprise et Transforma Bxl. Une trentaine de développeurs aguerris ou non se rencontreront pour faire de la programmation informatique collaborative à partir entre autres des données de la plateforme open data de la Ville de Bruxelles, accessible sur le lien suivant: Les participants peuvent avoir des profils variés, à savoir informaticien, designer comme créateur.

Les inscriptions, limitées à 40, se font à partir du site Les idées d'application ou de services en ligne seront par la suite développées en prototypes opérationnels. Un jury décernera des prix pour la meilleure idée, le meilleur prototype et l'application croisant le plus de données. Lantern, le logiciel qui veut éradiquer la censure d'Internet. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger Si vous vous trouviez en Chine, vous ne pourriez pas lire cet article.

Lantern, le logiciel qui veut éradiquer la censure d'Internet

LeMonde.fr est en effet bloqué par la censure chinoise, et sans outils techniques spécifiques, impossible d'y accéder. C'est ce type de blocage que Lantern veut rendre obsolète. Ce petit logiciel, lancé sur un ordinateur situé dans un pays qui ne s'adonne pas à la censure, sert de relais aux internautes censurés pour accéder aux sites bloqués dans leurs pays. Il existe déjà des solutions pour contourner la censure mais « elles ont toutes eu beaucoup de difficultés à rester constamment disponibles et non bloquées », explique au Monde le créateur de Lantern, Adam Fisk.

Cet Américain travaille sur ce projet depuis l'été 2010. . « J'ai pris conscience que l'achitecture du logiciel sur laquelle on travaillait pouvait être une solution à la censure, qui commençait alors à devenir un vrai problème. » Une architecture décentralisée L'accès, pas l'anonymat C'est pour cela que M. Le pirate, cet être si prévisible. Une étude du comportement des utilisateurs de BitTorrent, menée sur quatre ans, révèle des agissements très répétitifs.

Le pirate, cet être si prévisible

La vraie surprise, c'est qu'elle dresse un profil des économies de certains pays à travers le type de fichiers piratés. Dis-moi ce que tu pirates, je te dirai qui tu es. C'est l'une des conclusions que l'on peut tirer de l'étude menée par des chercheurs de l'université de Rovira i Virgili, à Tarragone, en Espagne, par l'équipe de Jordi Duch. Ils ont observé pendant quatre ans le comportement des utilisateurs de BitTorrent, un protocole de communication peer-to-peer, qui permet aux internautes de partager directement les fichiers sans passer par un serveur central. Et donc de télécharger gratuitement – et illégalement – musique, séries, films et jeux vidéo.

Comment ? Un comportement routinier Après quatre ans de recueil des données, les chercheurs sont passés à l'analyse. Documentaire: les hackers, «gardiens du nouveau monde» post-Snowden. Art Hack Day expose le grand bluff technologique. Le Art Hack Day s’organisait pour la première fois à Paris.

Art Hack Day expose le grand bluff technologique

Du 28 au 30 août, une cinquantaine d’artistes et hackeurs ont investi les différents étages de l’école d’art et de design Parsons Paris, avec pour objectif de réaliser en 48 heures de nouveaux projets artistiques montrés dans la foulée, lors d’une exposition temporaire. Le thème choisi était «Disnovate», une exploration critique de la rhétorique et des mécanismes de l’innovation. Format né à New York, le Art Hack Day vise à rapprocher les communautés de hackeurs et d’artistes, et à «surmonter le fossé entre art, technologie et entreprenariat». L’événement s’inspire des concours de développeurs (hackatons et autres Game Jam), avec cette même foi dans le potentiel émancipateur des technologies. Lors du Art Hack Day, à Parsons Paris (© vinciane verguethen) Les artistes et hackeurs invités, mêlés aux étudiants de Parsons, partagent une vision plus mitigée de ce discours positiviste d’innovation permanente.