background preloader

Prison

Facebook Twitter

Prison : les 4 inégalités dont sont victimes les femmes. Par Marie de Fournas , Avec AFP En minorité donc discriminées.

Prison : les 4 inégalités dont sont victimes les femmes

Selon un rapport du contrôleur général des prisons, les femmes incarcérées seraient victimes de fortes discriminations dans l'exercice de leurs droits fondamentaux. Des injustices que l'on retrouverait dans les établissements pénitentiaires, mais aussi dans les commissariats, les centres de rétention et les établissements de santé.

"Les femmes privées de liberté n'ont pas les mêmes droits que les hommes. Le principe d'égalité n'est absolument pas réalisé dans les lieux d'enfermement et ce constat représente une atteinte aux droits fondamentaux de ces femmes", a résumé jeudi 18 février la contrôleure Adeline Hazan. La raison principale de cette discrimination vient du nombre réduit de femmes incarcérées. 1. Sur 188 établissements pénitentiaires, 56 accueillent des femmes. 2. Les mineures sont mélangées avec les majeures. Conditions de détention. L’origine sociale des détenus. 8 décembre 2003 - Un quart des détenus a quitté l’école avant d’avoir 16 ans, trois quarts avant 18 ans.

L’origine sociale des détenus

Un quart des détenus a quitté l’école avant d’avoir 16 ans, trois quarts avant 18 ans. Les indicateurs socio-démographiques (profession, âge de fin d’études) indiquent une sur-représentation des catégories sociales les plus démunies en prison. La probabilité d’être incarcéré diminue très nettement avec la longueur des études poursuivies : elle est dix fois plus faible pour les hommes ayant terminé leurs études après 25 ans que pour ceux qui les ont interrompues avant 18 ans. Parmi les hommes incarcérés de moins de trente ans, la moitié a fini ses études avant 18 ans, soit trois ans plus tôt que pour la population générale. Les professions intermédiaires et les cadres supérieurs sont nettement moins représentés en prison, à l’inverse des ouvriers et des artisans et commerçants.

Pour en savoir plus : L’histoire familiale des hommes détenus (Insee) Les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France ... Comme le souligne Mme Anne-Marie Marchetti dans un livre récent, " la notion de pauvreté semble incompatible avec le principe même de détention : les besoins des personnes incarcérées étant nécessairement assurés du fait même de leur incarcération.

Les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France ...

". La réalité est tout autre. L'argent est roi en prison et les inégalités qui caractérisent la société sont aggravées en milieu carcéral. Les indigents subissent une détention dans des conditions plus difficiles et font l'objet au mieux d'un ostracisme, au pire d'exploitations de toute sorte. 1. La cantine : un système baroque et inégalitaire Si on ne souffre plus de froid et de faim en prison, les conditions de détention offertes par l'administration pénitentiaire restent très rudimentaires. La réglementation des achats en cantine est fixée par les articles D. 343 à D. 346 du code de procédure pénale. La cantine rencontre un considérable succès auprès des détenus, qui, selon le professeur Jean-Jacques Dupeyroux, tourne même à " l'obsession ".

Six Mois Au Coeur D'une Prison Francaise. Ces-statistiques-ethniques-qui-font-tousser-france-et-que-pourtant-tant-gens-... Atlantico : Le fait de connaître la composition sociologique d'un groupe s'assimile-t-il forcément à un fichage ethnique hostile à certaines populations ?

ces-statistiques-ethniques-qui-font-tousser-france-et-que-pourtant-tant-gens-...

Michèle Tribalat : On compte dans beaucoup d’endroits selon des caractéristiques ethno-religieuses, ne serait-ce que dans les cantines des écoles primaires des mairies qui proposent des repas de substitution au porc quand il y en a au menu. Dans ce cas, cela ressemble à du fichage car ce sont alors des listes d’enfants qui sont dressées et à qui l’on attribue un plateau-repas sans porc. Dans le cas des élèves de Béziers, c’est la justice qui dira si la mairie a constitué un fichier papier ou un fichier informatique.

Ce qui serait effectivement condamnable. Sans fichier, les chiffres donnés par le maire de Béziers sur un plateau de télévision ne sont, à mon avis, pas du ressort de la loi Informatique et libertés. Dans le milieu hospitalier Dans le milieu carcéral Dans les entreprises atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne.