background preloader

QG4 Le produit a-t-il un prix ?

Facebook Twitter

L’impact d’Internet sur les prix des offreurs : les nouvelles conditions et méthodes de fixation des prix. Les chiffres publiés par la FEVAD [1] (Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance) témoignent d’un dynamisme pour le secteur qui ne se dément pas : progression des ventes sur les 6 premiers mois de l’année de +20 % par rapport au 1er semestre 2010. Cette progression résulte d’une augmentation encore forte du nombre d’offreurs : plus de 20 000 nouveaux sites en un an soit plus de 100 000 en 2012. En 2009, Internet représente 6 % des ventes de détail, ce qui correspond à une progression des ventes équivalentes à celles des hypermarchés à leurs débuts. La croissance des achats sur Internet est plus dynamique que celle de la population internaute : le nombre d’acheteurs en ligne a été multiplié par 5 entre 2002 et 2010 soit deux fois plus que la population internaute.

Aujourd’hui plus de 30 millions d’internautes achètent en ligne soit un français sur deux résidant en France. Les évolutions technologiques et les équipements font aussi progresser les usages d’Internet. 1. 1.1. 2. SNCF Un prix peut en cacher un autre QDG4. La guerre des prix aura-t-elle lieu dans les IAA ?

Sensibilité-prix

Les déterminants du prix. Si c’est gratuit, c’est vous le produit : la vidéo qui décrypte comment vos données enrichissent certaines entreprises. Prenez garde, on utilise contre votre gré vos informations personnelles sur Internet sans que vous le sachiez !

Si c’est gratuit, c’est vous le produit : la vidéo qui décrypte comment vos données enrichissent certaines entreprises

Découvrez comment les entreprises de l’Internet monétisent vos données personnelles à travers cette vidéo ludique et complète. Les réseaux sociaux, les moteurs de recherche et les journaux en ligne sont autant de services gratuits que vous consommez tous les jours sur Internet. Cependant, si vous ne dépensez pas un sous, vous participez sans le savoir à la rémunération de ces sites : c’est ce que cette vidéo appelle le principe de monétisation du web.

Ainsi, si Facebook, Twitter, Mixcloud ou encore Google sont libres d’accès, leurs sources de revenus résident dans la publicité. Omniprésente, cette dernière peut apparaître sous des formats divers et variés tels que les bannières, les pop-ups, les mailings et bien d’autres : vous êtes donc gavés de force à la pub et cette dernière gagne de l’argent grâce à vous.

Politique tarifaire/politique de prix

L'avalanche du gratuit. Donne, le consommateur te le rendra : de l’économie à l’ère d’Internet, telle semble être la nouvelle loi.

L'avalanche du gratuit

Les success stories du numérique sont en effet fondées sur la gratuité pour l’usager : Facebook, Twitter, et surtout Google. La capitalisation boursière de ce dernier a récemment dépassé celle de Microsoft. Son logiciel libre Android équipe 75 % des smartphones vendus dans le monde, son moteur de recherche est devenu l’ami public n° 1 en offrant à la terre entière l’accès libre, légal ou non, à tout : musique, livres et vidéos. Abécédaire de Gilles Deleuze, Gangnam Style ou gags de chats : Youtube (filiale de Google) débite de la culture à gogo(s). Quand il ne fournit pas lui-même les contenus, l’internaute et son temps de cerveau disponible sont monnayés aux annonceurs. La gratuité financée par la pub, TF1 ou les radios privées le font depuis une paye.

Et ce n’est qu’un début, prophétise Chris Anderson, dans son livre Free ! L’empire de la rareté contre-attaque « Barbares du Net » Retour en force du facteur prix - Métier enquête - Etudes. L'augmentation du niveau de vie, l'accessibilité à de nouveaux services (téléphonie mobile, écrans plasma, nouvelles technologies, par exemple) ont considérablement modifié les besoins des consommateurs.

Retour en force du facteur prix - Métier enquête - Etudes

De nouveaux arbitrages se font, souvent à l'avantage des loisirs et au détriment des dépenses en produits alimentaires qui diminuent. “L'apparition de nouveaux modèles économiques de “bas coût” et les nouvelles offres d'illimité et de gratuit ont considérablement modifié les repères des consommateurs”, constatent Pascale Hebel et Nicolas Fauconnier dans le Cahier de Recherche du Crédoc consacré à “La nouvelle sensibilité des consommateurs aux prix”(1). Parallèlement, la montée des MDD, des premiers prix et du hard discount souligne la baisse de la reconnaissance de la qualité des marques. Le consommateur face au prix Qui dit nouveaux comportements, dit besoin de les connaître. Du trade-off au forecast.