background preloader

Liberté Indépendance de la presse

Facebook Twitter

“Informer n’est pas un délit” : 5 façons d'intimider les journalistes sans en avoir l'air. Projet de loi, pression économique, tout est bon pour museler la presse.

“Informer n’est pas un délit” : 5 façons d'intimider les journalistes sans en avoir l'air

Sortir la moindre affaire est de plus en plus difficile. Seize reporters contre-attaquent dans leur livre collectif “Informer n’est pas un délit”. Et révèlent les grandes techniques de la censure. Ils sont seize. Informer N'est Pas Un Delit. Informer n'est pas un délit. Réal. lycéens - Prezi - Renvoyé Spécial. Un Refuge pour Journalistes Exilés.

Rencontres - LIBERTE D'EXPRESSION - journaliste : L’opération Renvoyé Spécial. L’opération « Renvoyé spécial » n’est pas une tournée de conférenciers habitués à répéter mot pour mot un discours calibré dans un espace public.

Rencontres - LIBERTE D'EXPRESSION - journaliste : L’opération Renvoyé Spécial

Il s’agit d’un témoignage d’un/e journaliste réfugié/e, demandeur d’asile devant des lycéens sur la liberté d’expression dans les médias.Il semble parfaitement déraisonnable de vouloir « surutiliser » et épuiser le/la journaliste pour trois voire quatre classes dans la même journée suivie parfois d’un débat dans un autre lieu.N’oubliez pas que certains d’entre eux ont été confrontés à des violences psychologiques et/ou physiques extrêmes et restent fragiles. La qualité des échanges doit toujours primer sur sa médiatisation. Comme l’ont prouvé les saisons précédentes, au-delà de 35 élèves, l’échange perd de sa qualité. Informer en Ethiopie, troisième pire pays d’Afrique pour les journalistes. Selon Addis-Abeba, plus de 11 600 journalistes et blogueurs ont été arrêtés.

Informer en Ethiopie, troisième pire pays d’Afrique pour les journalistes

La répression s’est intensifiée depuis l’instauration de l’état d’urgence en octobre. « Etre militant en Ethiopie, c’est comme dormir sur une branche d’arbre : tu ne peux pas fermer l’œil parce que tu sais que tu peux tomber à tout moment. » C’est ce que Befeqadu Hailu confiait au Monde Afrique deux jours avant son arrestation, le 11 novembre.