background preloader

La place de la jeunesse dans la société

Facebook Twitter

La jeunesse dans la société de demain

Six façons bien différentes de voir la jeunesse. Mis en ligne le lundi 26 février 2007.

Six façons bien différentes de voir la jeunesse

Les politiques locales de la jeunesse se forgent dans les représentations que les adultes ont des jeunes. Decryptage. Le dossier du numéro 475 de la revue Territoires est consacré aux politiques locales de jeunesse. Parmi les contributions, celle de Jean-Claude Richez [1] qui estime qu’il y a six façons différentes de voir la jeunesse. Historiquement, il faut attendre la deuxième partie du 20e siècle pour voir apparaître une préoccupation en matière de politique jeunesse. Dans les années 30, avec le Front populaire, le temps des loisirs se développe, avec la nécessité d’encadrer la jeunesse. Sous le gouvernement de Vichy, l’État va élaborer des projets liés aux problématiques de la jeunesse en développant l’agrément des associations. La IVe République délègue les problématiques de jeunesse aux associations, comme les Francas, les MJC ou Léo Lagrange, qui sont alors très puissantes.

Avec la Ve République, l’État reprend le contrôle, à travers deux axes. Cartographie européenne des modèles sociaux de jeunesse. Pour les besoins de sa recherche, l’auteure a interviewé 135 jeunes adultes de milieux sociaux différenciés, âgés de 18 à 30 ans, ayant grandi au Danemark, au Royaume-Uni, en Espagne et en France (2001-2002). S’agissant de sa dimension quantitative, les données exploitées proviennent des 6 premières vagues du Panel Européen des Ménages (1994-1999), enquête longitudinale coordonnée par Eurostat. Voici ses conclusions, déclinées par configuration nationale : 1. La configuration nordique : des trajectoires de jeunesse longues et exploratoires Les trajectoires... une indépendance par rapport aux parents précoce (âge moyen au départ du domicile parental = 20 ans) ; une longue période intermédiaire, que l’on peut résumer d’un seul mot-clé, celui de "mobilité" : mobilité entre différents statuts familiaux (allers-retours entre vie solitaire et union libre), d’une part, et mobilité entre différents statuts socio-professionnels (allers-retours entre études et emploi à temps plein), d’autre part.

Cécile Van de Velde, sociologue à l’EHESS : «L’aspiration des jeunes adultes français à l’indépendance n’est absolument pas comblée» Propos recueillis par Emmanuel Vaillant | Publié le , mis à jour le Vous avez montré que l’entrée dans la vie adulte ne revêt pas les mêmes traits partout en Europe.

Cécile Van de Velde, sociologue à l’EHESS : «L’aspiration des jeunes adultes français à l’indépendance n’est absolument pas comblée»

Dans cette période de crise, les différences d’un pays à l’autre ont-elles tendance à s’accentuer ? Les situations sont très contrastées, avec d’abord un marché de l’emploi des jeunes qui est particulièrement dégradée en Europe du Sud par rapport au Nord. D’autre part, les dispositifs en faveur des jeunes adultes restent très différenciés. Dans les pays méditerranéens, Espagne en tête, les politiques publiques ne sont pas censées assurer leur indépendance. Qu’en est-il du modèle français ? Chez les jeunes français, il y une aspiration à l’indépendance qui n’est absolument pas comblée, ni par le marché du travail, dont l’accès est très incertain, ni par les politiques publiques qui maintiennent les jeunes sous tutelle familiale.

En quoi ce modèle pourrait-il changer ? Quel autre dispositif pourrait être importé en France ? CERAS : Age adulte : un nouveau modèle ? Devenir adulte en Europe. Grâce à une comparaison des trajectoires d’entrée dans la vie adulte dans différents pays européens, Cécile Van de Velde renouvelle en profondeur le champ de la sociologie de la jeunesse.

Devenir adulte en Europe

Cécile Van de Velde, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, « Le Lien social », février 2008. Agora 40 - agora45VanDeVelde.pdf. Comparaison France-Danemark. « Se trouver » ou le temps long de la jeunesse au Danemark - INJEP_VandeVelde.pdf. L'observatoire de la jeunesse INJEP. Conseil économique, social et environnemental, 4/12/2012 - Premières rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse Premier rapport biennal de l’INJEP en tant qu’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, Inégalités entre jeunes sur fond de crise pointe la fragilisation accrue de la jeunesse et le creusement des inégalités au sein de cette population.

L'observatoire de la jeunesse INJEP

Francine Labadie est chargée d’études et de recherche et chef de projet Observatoire à l’INJEP. Spécialiste des politiques de jeunesse et tout particulièrement des questions d’autonomie et de culture, elle a réalisé et participé à la rédaction de nombreux rapports et études dont le rapport Charvet « Jeunesse, le devoir d’avenir » (2001), « Pour une autonomie responsable et solidaire : rapport au Premier ministre » (2002), « Culture et medias 2030 : Prospective de politique culturelle (2011) ».

Francine Labadie a coordonné le rapport Inégalités entre jeunes sur fond de crise. Les jeunes d’aujourd’hui :quelle sociétépour demain ? Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Krémer L'autoportrait est sombre.

Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre

Amenés à définir leur génération, ce sont les mots « sacrifiée » ou « perdue » qui leur viennent le plus souvent à l'esprit. A l'automne 2013, les jeunes de 18 à 34 ans étaient conviés par France Télévisions à répondre à un long questionnaire en ligne sur eux-mêmes et leur génération. 210 000 se sont pris au jeu de cette opération « Génération quoi ? ».