background preloader

Loonatournay

Facebook Twitter

Google. Cinéma américain. Le cinéma américain est le cinéma réalisé aux États-Unis. Il est considéré comme étant celui qui a le plus profondément façonné le cinéma au cours de son premier siècle d'existence, tant au niveau des contenus et des techniques qu'au niveau économique et culturel. Son cœur se situe à Hollywood, un quartier de Los Angeles, où est produite la majeure partie des programmes audiovisuels américains, télévisuels compris. Par métonymie, le mot « Hollywood » peut désigner l'ensemble de l'industrie audiovisuelle américaine, ou du moins les studios importants. Mais le cinéma américain est également une industrie puissante et très structurée, dans laquelle le financement et la mercatique sont toujours aux premiers rangs des critères de décision.

Histoire[modifier | modifier le code] Une salle de cinéma à New York (1917) De l'invention du cinéma aux premiers films parlants (1891-1930)[modifier | modifier le code] En 1927, les grandes compagnies fondent l'Académie des arts et des sciences du cinéma. Festival du cinéma américain de Deauville 2016. Résultats de recherche pour « le cinema americain » 9/09/2016 – Le Grand Rex se met au parfum – Paris | Marketing Olfactif et Diffusion d'Odeurs. C’est un parfum floral aquatique frais qui désormais accueille les visiteurs du mythique cinéma parisien. HBES diffuse cette fragrance addictive qui débute par un cortège d’agrumes. Le Grand Rex est une salle de cinéma parisienne située au no 1, boulevard Poissonnière dans le 2earrondissement, sur les grands boulevards. Impact of The Oscars Nominations - Data visualization by Krisztina Szűcs. L'actualité des salles de cinéma. Cinéma : les premiers drive-in souhaitaient la bienvenue aux familles bruyantes.

Comment fonctionne Hollywood. Quand les frontières entre cinéma et télévision s'estompent. Quand le cinéma quitte la salle. PIXAR. Lebonplanlemission - Dailymotion. Le Cadrage _ Les Leçons de Cinéma. Story-board de cinéma : des esquisses pour un film. Cinéma. Les différentes stratégies de diversification :: TPE Disney. Disney, un capitalisme culturel des divertissements mondiaux. La structuration globale de la firme Disney Source : A.Bohas, op. cit. La société de production Disney s’est établie en Californie en octobre 1923, quelques années après la constitution des grandes compagnies hollywoodiennes. Arrivée tardivement, elle est restée à part dans le secteur cinématographique car, en se concentrant sur les dessins animés et les films destinés aux enfants, elle ne s’érige pas en major au sens classique, c’est-à-dire en une société disposant de moyens de production, de distribution et d’exploitation cinématographiques.

Tandis qu’elle n’a jamais détenu de salles de cinéma, ses réseaux de distribution nationale puis internationale se sont développés bien plus tard, respectivement dans les années 1950 et 1990. Ses créations et ses biens dérivés précèdent nettement les structures de distribution ; en revanche ces dernières se sont avérées nécessaires pour capitaliser ses succès et maximiser les gains économiques ainsi générés. . [8] . [9]. Source : A.Bohas, op. cit. La stratégie de Disney - Solutions Keyboard. Un demi-siècle après la mort de son fondateur, la nonagénaire, The Walt Disney Company (¨Disney¨), demeure toujours aussi vigoureuse qu’à ses débuts.

Référence incontestée dans le secteur du divertissement, cette entreprise a gravé dans notre mémoire de contes impérissables. S’adapter ou crever ? Disney opte pour la première option en se réinventant continuellement, gage de sa pérennité. Comment cette entreprise, une marchande de rêves, adulée tant par les petits que les grands, a-t-elle pu franchir près d’un siècle avec autant de succès ? Innovante et inspirante, Disney continue de se propulser au sommet des entreprises performantes avec sa stratégie de diversification et de convergence. Un créateur visionnaire – Walter Elias « Walt » Disney a fondé son entreprise en 1923. ¨Vous pouvez créer le plus merveilleux des mondes. Disney nourrit l’ambition d’être la référence dans la narration d’histoires (¨storytelling¨). “We create happiness.”– Vision du service à la clientèle de Disney. L’empire Disney contre-attaque | Dans l'écran. Une signature qui vaut cher. Peut-être même plus cher que ça. Tout le monde en a parlé : le grisonnant barde galactique George Lucas rend les sabres laser et son insigne de jedi pour cèder (contre la modique somme de quatre milliards de dollars) sa société de production Lucasfilm, célèbre pour avoir mis en route des bolides indissociables de l’Histoire du Cinéma tels que la saga interstellaire Star Wars ou Les aventures d’Indiana Jones, l’intrépide archéologue tueur de nazis.

On ne cite plus les recettes faramineuses de chacun de ces films en salle, tant les chiffres sont vertigineux. L’acquéreur, nous le connaissons bien aussi : The Walt Disney Company (qui comme son nom l’indique, ressemble aujoud’hui à une entreprise rouleau-compresseur plus qu’à un studio de cinéma en bonne et due forme) a racheté Lucasfilm et planche sur un nouvel épisode de Star Wars pour 2015, avec J. J. Abrams aux commandes. Walt Disney (qui a zappé le fait que Mickey n’a que quatre doigts) La relève Eisner. Millenium - L'empire Disney - Walt Disney Company, Marvel, Star Wars, Pixar... - Libération.fr. Qu’ont en commun Donald Duck, Dark Vador, les Muppets, Wolverine, Ratatouille, les Desperate Housewives, Indiana Jones, des parcs d’attractions, des paquebots, des avions de ligne, des équipes sportives, un opérateur de téléphonie mobile ou une ligne de vêtement ? The Walt Disney Company les réunit tous au sein de l’immense empire qui porte le nom du fondateur des studios mythiques.

Une entreprise tentaculaire qui génèrera 42 milliards de dollars de résultats en 2012 et qui regroupe des studios d’animations, des parcs à thème, des studios de cinéma, des établissements financiers, une réserve naturelle, de nombreux médias, pléthore d’autres choses, et qui a une assise culturelle et économique majeure, en faisant le premier groupe de divertissement au monde.

Un logo et une souris qu’on ne présente plus On ne choisit pas sa famille, et voir Magneto aux côtés de Minnie Mouse et Chewbacca n’avait rien d’évident à la base. Disney est devenu une grande famille au fil des années Disney imperator : Stratégie. Diversification. Plus de 63 000 mots et 28 000 noms propres 2 000 photos, dessins, cartes Les célèbres pages roses Une aide aux jeux de lettres Le jeu du dictionnaire pour s’amuser à retrouver la bonne définition d’un mot. 9 000 citations d’auteurs français et étrangers 6 000 articles pratiques pour déjouer les pièges de la langue Télécharger sur l'AppStore pour 9,99 € Cette application est universelle, une fois achetée, vous pouvez l'installer sur votre iPhone, iPod Touch ou iPad sans frais supplémentaires pour une interface adaptée à chaque appareil. Cette application s’installe complètement et ne nécessite aucune connexion Internet (sauf pour les sons). Apple, le logo Apple, iPad, iPhone, iPod, iTunes sont des marques d’Apple Inc., déposées aux États­Unis et dans d’autres pays.

Gérer la créativité : les leçons de Pixar et de Disney Animation. Innovation Le 29/06/2015 Ed Catmull est le co-fondateur et le président, depuis désormais un certain temps, de Pixar Animation Studios. Entre sa création en 1986 et l’immense succès en 1995 de son premier long métrage, Toy Story, l’entreprise a dû se battre pendant 10 ans. Lorsque Walt Disney a racheté Pixar en 2006, Ed Catmull a été promu président de Walt Disney Animation Studios et de Pixar. Dans son livre Creativity, Inc., ce dernier explique comment gérer une entreprise créative. Sujet qu’il avait déjà exploré en 2008, dans un article pour la Harvard Business Review intitulé : « How Pixar Fosters Collective Creativity ».

David A. Ed Catmull : Hier, nous avons organisé une conférence avec 250 techniciens de différentes divisions de Disney. L’infrastructure matérielle de base continue à évoluer, les logiciels continuent à changer. David A. Ed Catmull : Chaque film que l’on a conçu a généré des difficultés considérables. David A. Ed Catmull : Il y a une très bonne raison. David A. Disneyland Paris plombé par les royalties versées à Walt Disney. Le parc d'attractions verse des royalties mirobolantes à sa maison mère et son action a perdu 99% de sa valeur en 25 ans. Si vous êtes déjà allé à Disneyland Paris, vous connaissez forcément la musique du Monde des Poupées, une des attractions phares du parc de Marne-la-Vallée.

Sauf que le disque est rayé. Voilà des années que Disneyland Paris accumule les pertes : 858 millions rien qu'en 2016. La faute disent les dirigeants à la crise, à la météo, aux grèves, aux attentats, bref aux aléas du tourisme. La justice a notamment été saisie par un fonds d'investissement, qui fait partie des petits actionnaires du parc. Lire la suite sur RTL. CoursAllianceS ance1. Cet illustrateur recrée les photos de profils des internautes en version Pixar : et vous pouvez avoir le vôtre aussi ! ParClément P. il y a 1 jour Lance Phan est un illustrateur qui pratique un art auquel chaque internaute peut participer… en lui envoyant un cliché de lui. Le concept est simple : l’artiste s’inspire des photos de profils affichées sur les réseaux sociaux pour en imaginer une copie en image de synthèse, dans une patte graphique rappelant ceux des films d’animation comme Pixar.

Pourtant, si aujourd’hui Lance Phan rencontre le succès, tout n’a pas toujours été facile pour lui... En effet, en 2014, quand il demande à une lectrice du site DeviantArt de « cartooniser » sa photo et que son travail a été jugé comme « pas terrible » par la suite, il a décidé de tout effacer et d’arrêter son projet, frustré de ne pas obtenir le résultat souhaité… Ce n’est donc que deux ans plus tard, après avoir acquis de solides bases sur l’anatomie humaine, qu’il tente de nouveau l’expérience. @LancePhan. ToyzMag.com » Rachat de Lucasfilm par Disney : l’analyse de ToyzMag. Une fois les effets d’annonce passés, ce dont toute la presse s’est fait l’écho, ToyzMag se penche sur le rachat de Lucasfilm par Disney. Une réflexion menée à quatre mains et deux cerveaux par Blaster et Fansolo. C’était le 30 octobre dernier, les sites d’information généralistes et les sites de fans s’animaient pour une nouvelle époustouflante : The Walt Disney Company a racheté Lucasfilm pour la bagatelle de 4,05 milliards de dollars !

Mais qu’a réellement acheté Disney ? Selon The Wrap, le deal de 4,05 milliards de dollars ne couvrirait pas toutes les dépenses inhérentes au rachat des droits déjà détenus par certains studios (comme c’est le cas pour Marvel : Sony continue d’exploiter des films Spider-Man en dépit du rachat de Marvel par Disney qui a dû débourser 115 millions de dollars pour racheter à la Paramount les droits de distribution des films The Avengers et Iron Man3) et surtout ne serait pas la corne d’abondance que certains analystes ont naïvement perçu.

Il était une fois Walt Disney Company... Pixar vous offre son logiciel pour réaliser vos propres films d'animation. Si vous avez toujours rêvé de rivaliser avec Pixar et de créer votre propre dessin animé, les studios à la lampe vous offrent gracieusement le logiciel qui leur permet de réaliser leurs films. Interface du logiciel RenderMan Avis aux créatifs en herbe et aux amateurs de films d’animation. Pixar vient de mettre à disposition en téléchargement gratuit son logiciel RenderMan qu’il utilise pour la majorité de ses créations. Créé dans les années 80 par le studio lui-même, ce moteur de rendu d’images en 3D est crédité aux génériques de nombreux films tels que Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter et plus récemment Avengers. Et l’un des premiers longs métrages a en avoir bénéficié est Star Trek 2 : La colère de Khan en 1984.

En 2001, le logiciel a même remporté un Oscar “pour [ses] avancées significatives dans le domaine de l’animation”. En effet, les images qu’il permet de réaliser sont assez exceptionnelles. Tu l'as peut-être déjà remarqué, c'est maintenant officiel: tous les films Pixar sont liés, voici la preuve en vidéo. Le papier interactif développé par le Disney Research Lab. L’équipe de recherche du Disney Research Lab a développé une gamme de papier interactif permettant de nouvelles expériences dans le domaine des livres pop-up, de l’origami ou tout autre objet à base de papier.

Le Disney Research Lab utilise la technologie RFID (radio frequency identification), un système qui permet de mémoriser des données à distance via des "radios-étiquettes", par exemple des étiquettes autoadhésives. Comme on le voit dans les vidéos publiées par le laboratoire, les pistes conductrices peuvent être directement imprimées sur du papier ou être dessinées à la main. Ces dispositifs offrent un vaste champ de possibilité pour les designers dans la réalisation de nouvelles interfaces gestuelles.

Le papier permet de répondre aux commandes gestuelles et devient un moyen de se connecter au monde numérique. Disney Research est un réseau de laboratoires de recherche soutenant Walt Disney Company. Le projet du papier interactif a été présenté par le laboratoire en mai dernier. The Walt Disney Company. Le studio produit alors des films avec acteurs, des émissions pour la télévision et construit son premier parc à thème. Après la mort de Walt en 1966, puis celle de son frère en 1971, la société fait face à un certain marasme essentiellement dans ses productions. Au début des années 1980, lors d'une tentative d'OPA à son encontre, la société est contrainte de changer son actionnariat et d'élire un nouveau PDG, Michael Eisner.

Ce dernier lance, à partir du milieu des années 1980, de nombreux projets qui permettent à l'entreprise de devenir rentable à la fin de la décennie en capitalisant sur ses productions telles que Disney Channel, Disney Store ou les développements des parcs à thèmes. Historique[modifier | modifier le code] Histoire de la Walt Disney Company Encart publicitaire de Walt Disney vers 1921. 1923-1966 : période Walt Disney[modifier | modifier le code] 1923-1937 : courts métrages[modifier | modifier le code] 1937-1954 : premiers longs métrages[modifier | modifier le code]

Walt Disney vole au secours de Disneyland Paris. Pour remédier aux difficultés financières rencontrées par le parc de loisirs parisien, la maison mère a l’intention de reprendre le contrôle sur sa filiale, en rachetant notamment les parts des petits actionnaires. A terme, Disneyland Paris pourrait être retiré de la Bourse. The Walt Disney Company veut reprendre la main sur les comptes de Disneyland Paris. En dépit de nombreuses restructurations financières ces dernières années, le parc de loisirs parisien n’a en effet pas réussi à éponger sa dette. Autre signal négatif, la fréquentation et le chiffre d’affaires du parc ont marqué le pas, souffrant notamment des conséquences des attentats de 2015. Si le chiffre d’affaires du premier trimestre 2017, publié le 10 février, s’affiche en progression (+3%, à 345 millions d’euros), celle-ci est surtout liée à une hausse des volumes, venant compenser les quatre jours de fermeture décidés lors des attentats du 13 novembre, qui avaient impactés l’exercice précédent.

Des pertes record.