Le dessin de presse et la caricature

Facebook Twitter

Rechercher des dessins de presse et des caricatures, connaître leur contexte historique. Voici quelques sites pour favoriser leur utilisation en classe, et la formation à la lecture de l'image

EIRIS : Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l'Image Satirique. Plantu.net : le site officiel du dessinateur de presse et éditorialiste Plantu                  Journaux satiriques et caricatures de la guerre franco-prussienne (1870-1871) et de la Commune de Paris – Version numérisée. Le legs de Nikolaus Trübner (1817-1884), libraire londonien dont l’activité s’étend à l’international, permit à la bibliothèque universitaire de Heidelberg de faire l’acquisition, en 1885, d’une collection de journaux satiriques et de caricatures françaises.

Journaux satiriques et caricatures de la guerre franco-prussienne (1870-1871) et de la Commune de Paris – Version numérisée

Il s’agit, entre autres, de journaux parisiens particulièrement rares, parmi lesquelles L’Éclipse, Le Grelot, Le Sifflet, La Scie et Le Fils du Père Duchêne. De célèbres caricaturistes et dessinateurs, tels qu’André Gill, Albert Humbert, Faustin Betbeder, Henri Demare et Alfred Le Petit, ont participé à l’illustration de ces feuilles. Le fonds légué par Trübner possède également neuf volumes de grand format, composés d’environ 2 000 caricatures publiées sous la forme de tracts.

Ces lithographies, intitulées Collection de caricatures et de charges pour servir à l’histoire de la guerre et de la révolution de 1870-1871, sont complétées par des commentaires humoristiques – voire sarcastiques –, sur les circonstances des événements. Daumier. Cartoons - l'actualité vue par les dessinateurs de presse.

La tournée du trophée de la Coupe du monde, que les Brésiliens avaient remportée lors du Mondial 2002, a été émaillée de divers incidents.

Cartoons - l'actualité vue par les dessinateurs de presse

Le 27 mai, à Brasilia, une manifestation contre les conséquences de l'organisation de la Coupe du monde au Brésil a dégénéré en affrontements entre la police et les manifestants, composés notamment de nombreux indigènes. Ainsi, les pierres, les arcs et les flèches se sont opposés aux tirs de Flash-Ball et aux gaz lacrymogènes de la police montée, tout cela donnant d'impressionnantes photographies. Après avoir simulé le procès de la Fifa, les manifestants avaient décidé d'aller remettre la sentence – le remboursement de l'argent engagé dans les Coupes du monde 2010 et 2014 – au stade Garrincha de Brasilia.

Les 3 000 manifestants ont alors été encerclés par la police, et c'est en voulant forcer le passage que les échauffourrées ont commencé. Un Indien a été blessé ainsi qu'un policier, dont la jambe a été transpercée par une flèche.