background preloader

Ebola

Facebook Twitter

Ébola l'importance de garantir la sécurité du personnel infirmier. Sur France 5, Le monde en face fait un focus sur Ebola. Ebola : une cellule d'adaptation prochainement mise en place. Une cellule d'anticipation va être mise en place en vue d'envisager différents scénarios possibles d'évolution de l'épidémie due au virus Ebola, afin de prévoir les évolutions nécessaires de la réponse à cette épidémie, a annoncé le 30 octobre 2014 le directeur général de la santé (DGS), Benoît Vallet, lors du point presse hebdomadaire sur Ebola.

Sans dire précisément quand cette cellule d'anticipation serait opérationnelle, il a indiqué qu'elle serait liée au Haut conseil de la santé publique (HCSP). L'objectif est de réfléchir sur l'adaptation du système sanitaire français en fonction de l'évolution de la situation en Afrique. Contrôles dans les ports Benoît Vallet a indiqué qu'il n'y avait pas eu de nouveau cas suspect en France depuis la semaine dernière. On est toujours à 18 cas qualifiés de possibles, qui ont tous été écartés, depuis le début de l'épidémie. Il a noté que le nombre d'appels à la plateforme téléphonique (environ 3 000 au total depuis sa mise en place) tend à diminuer. Ebola : l'Eprus a acheté 11 000 tenues pour les soignants en France. L'Etablissement de préparation aux urgences sanitaires (Eprus) a acheté "plus de 11 000" tenues de protection destinées aux personnels soignants amenés à prendre en charge des patients infectés par le virus Ebola en France, a indiqué le 6 novembre 2014 le directeur général de l'organisme, Marc Meunier, lors du point presse hebdomadaire sur Ebola au ministère de la santé.

Pour le moment, environ 2 300 tenues de protection ont été réparties dans les 12 établissements de référence susceptibles de prendre en charge les patients Ebola et dans la centaine d'établissements sièges de Samu-Smur, a-t-il précisé. Les 9 000 autres sont stockées. L'Eprus a également acquis deux caissons destinés à transporter des malades sur de longues distances, en avion, hélicoptère ou ambulance, ainsi que 22 housses de transport, un matériel semi-rigide plus léger qu'un caisson et destiné plutôt au transport de patients sur de courtes distances ; il y en a notamment un par établissement de référence.

Ebola. Un médecin atteint par le virus Ebola à New York. Une quatrième personne est atteinte par le virus Ebola aux Etats-Unis. Le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé, jeudi 23 octobre au soir, qu'un médecin récemment revenu d'Afrique avait contracté le virus, confirmant une information du New York Times. Le Dr Craig Spencer, 33 ans, avait été hospitalisé en urgence à l'hôpital Bellevue de Manhattan plus tôt dans la journée, avec une forte fièvre et des douleurs abdominales. Des examens approfondis avaient été décidés au regard de « ses récents voyages, des symptômes et de son travail passé». Les résultats des premiers examens ont confirmé le diagnostic mais ne sont encore que préliminaires, et devront encore être confirmés par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Le médecin était rentré depuis peu de Guinée, où il a travaillé pour Médecin sans frontières et avait traité des malades souffrant du virus, selon le New York Post.

Voir l'infographie : Comment Ebola s'attaque à l'organisme. Transmission, symptômes, traitements: comprendre le virus Ebola. L'Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d'alarme. Devant l'ampleur prise par l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui frappe l'Afrique de l'Ouest, elle a décrété «une urgence de santé publique de portée mondiale». Près de 1000 malades en sont morts depuis le début de l'année et plus de 1700 cas présumés ont été détectés. Quand le virus est-il apparu? La découverte du virus remonte à 1976, date de la première épidémie enregistrée au Zaïre, l'actuelle République démocratique du Congo, dans une zone proche de la rivière Ebola, dont la maladie a tiré son nom. Il avait alors touché 318 personnes et en avait tué 280. Quels sont les pays concernés? Ebola revient de manière épisodique et à intervalles irréguliers.

Quels sont les symptômes de la maladie? Les symptômes de l'infection par Ebola sont impressionnants: hémorragies internes et externes, saignements des muqueuses, vomissements et diarrhées souvent accompagnés de sang. Comment le virus se transmet-il? Fièvre hémorragique Ebola, fièvre de Marburg: définition. Ebola : François Hollande annonce des contrôles maritimes. Un premier cas d'Ebola au Mali. Ebola (maladie à virus Ebola) L'actualité du virus Ebola en temps réel. Crédits : Charting the Path of the Deadly Ebola Virus in Central Africa. PLoS Biol 3/11/2005 Sur cette page, suivez l'actualité de la nouvelle épidémie du virus Ebola, apparue en Guinée en février 2014. Cette page est mise à jour dès que l'actualité l'exige. Pour suivre le développement en temps réel de l'épidémie du virus Ebola, vous pouvez aussi suivre le compte Twitter que nous avons créé à cet effet. Suivre l'actualité du virus Ebola sur Twitter : Au cours du mois de février 2014, une nouvelle épidémie du virus Ebola (image ci-dessus) a vu le jour dans le sud de la Guinée. 19 janvier 2015 : • L'épidémie du virus Ebola, apparue en Guinée en février 2014, serait entrée dans une phase de reflux. 15 janvier 2015 : • Des dizaines de milliers de personnes vont être vaccinées en Afrique de l'Ouest avec deux vaccins développés l'un par Merck, l'autre par GSK.

>> En lire plus sur Le Figaro : "Ebola : deux vaccins testés à grande échelle". • L'épidémie Ebola en recul ? 7 janvier 2015 : Extrait : Ebola : guérison des deux infirmières au Texas. La fillette atteinte d'Ebola au Mali est morte. L'Etat de New York durcit ses mesures anti-Ebola. Les voyageurs qui auront été en contact avec des malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest devront obligatoirement se soumettre à une mise en quarantaine dans les Etats américains de New York et du New Jersey. Cette décision des gouverneurs des Etats est intervenue, vendredi 24 octobre, au lendemain de l'annonce de la contamination d'un médecin de 33 ans, à New York. Ce dernier était récemment rentré d'une mission avec Médecins sans frontières en Guinée, l'un des trois pays les plus touchés par le virus. « Une mise en quarantaine volontaire n'est pas suffisante », a affirmé vendredi le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, pour justifier cette mesure. « C'est un problème de santé publique trop grave », a-t-il ajouté lors une conférence de presse.

Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a, lui, cité l'exemple d'une femme arrivée vendredi après avoir soigné des malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest qui allait faire l'objet d'« un ordre de mise en quarantaine » de vingt et un jours. Après le cas premier d'Ebola au Mali, la Mauritanie en alerte. Ebola : un test de diagnostic en 15 minutes mis au point en France. Ebola : l'OMS déclare la fin de l'épidémie au Nigeria. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi la fin officielle de l'épidémie d'Ebola au Nigeria. Cette annonce intervient quelques jours après avoir décrété la fin du virus au Sénégal. "L'épidémie (d'Ebola) a été stoppée au Nigeria. Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé", a déclaré le représentant de l'OMS au Nigeria, Rui Gama Vaz, lors d'une conférence de presse à Abuja. L'apparition d'un premier cas à Lagos le 20 juillet avait laissé craindre les pires scénarios catastrophe dans la mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, aux infrastructures médicales en piteux état.

Le pays avait même décrété l'état d'urgence au mois d'août. 20 victimes Pourtant, grâce à une réaction rapide et efficace des autorités, l'épidémie a été contenue rapidement et n'a fait "que" 20 victimes, dont huit sont mortes, dans ce pays de plus de 170 millions d'habitants, le plus peuplé d'Afrique. Le Sénégal, auparavant Le Nigeria reste vulnérable. Le virus Ebola : Toute l'actualité sur Le Monde.fr. L’un des deux vaccins attendus contre Ebola ne sera pas disponible avant 2016. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Paul Benkimoun Les vaccins développés dans l’urgence contre le virus Ebola parviendront-ils à temps pour immuniser les soignants et les populations les plus exposés et enrayer enfin l’épidémie qui sévit depuis mars 2014 en Afrique de l’Ouest, avec plus de 4 500 morts ? La question est posée après les déclarations du responsable de la recherche vaccinale de la firme pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), qui reconnaît des retards à lancer ce programme et n’envisage pas que son vaccin puisse être disponible avant 2016.

Lire aussi : Ebola ou la guerre sans tête GSK travaille sur l’un des deux candidats vaccins contre le virus de la fièvre Ebola identifiés comme prometteurs par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Baptisé cAd3-ZEBOV, il utilise un adénovirus de chimpanzé, inoffensif pour l’homme, dans lequel a été inséré un gène non infectieux du virus Ebola afin d’éduquer le système immunitaire à reconnaître et à détruire ce dernier. Épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest débute en Guinée en décembre 2013[2], mais n'est déclarée qu'en mars 2014[3], avant de s'étendre au Liberia, à la Sierra Leone et au Nigeria. L'épidémie, causée par la souche Zaïre du virus, est la plus meurtrière depuis la découverte des premiers cas en 1976[4]. Le patient zéro serait un enfant décédé en décembre 2013 dans le village reculé de Méliandou, près de Gueckédou dans le sud-est de la Guinée[2] ou bien alors une guérisseuse enterrée à Sokoma en Sierra Leone.

C'est la première fois que le virus est détecté hors d'Afrique centrale depuis sa découverte en 1976[5]. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie pourrait entraîner plus de 20 000 cas de contaminations[6]. Développement[modifier | modifier le code] Premières contaminations[modifier | modifier le code] Puis vint le tour d'une infirmière (S5) et de la sage-femme (S6) du village, le 2 février.

Maladie à virus Ebola. Virus Ebola : la France prend des mesures de prévention. La fièvre hémorragique à virus Ébola est l’une des maladies virales les plus graves connues chez l’homme. Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage dans les populations par transmission interhumaine : par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets ou des animaux infectés. Il n’existe aujourd’hui aucun traitement ni vaccin et la prise en charge repose principalement sur un traitement symptomatique.

Ce virus touche aujourd’hui particulièrement les populations en Afrique . La Guinée est actuellement en proie à une épidémie de fièvre hémorragique virale qui a tué 84 personnes sur 134 cas enregistrés depuis janvier, selon un dernier bilan officiel. Par ailleurs , le gouvernement malien a annoncé ce jeudi 3 avril avoir détecté « trois cas suspects » de fièvre hémorragique, qui ont été placés en isolement en attendant les résultats de tests au virus d’Ebola. Épidémie d’Ebola en Afrique : les mesures des autorités sanitaires - Ministèr... Actualisé le 3 octobre 2014 En savoir plus sur la maladie à virus Ebola En savoir plus sur l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest En savoir plus sur les recommandations aux voyageurs français dans les pays touchés En savoir plus sur les informations transmises aux professionnels de santé Dès l’identification d’un premier cas d’Ebola en Guinée le 23 mars 2014 par un laboratoire français, un message d’alerte a été adressé par les autorités sanitaires françaises au Comité de sécurité sanitaire (HCS) et à la Commission européenne.

Depuis cette date, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes surveille la situation épidémiologique des pays d’Afrique où sévit la maladie à virus Ebola, en lien avec les acteurs sanitaires nationaux (Haut Conseil de la santé publique, Institut de veille sanitaire, etc.), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’European Centre for Disease Control (ECDC). Dispositif sanitaire national Dispositif de surveillance épidémiologique. 1250 infographie. Vaccins, sérums, transfusions... La science en guerre contre Ebola - Le Nouvel Observateur.

Il y a urgence. Avec 3.439 morts de la fièvre Ebola selon le dernier bilan de l’OMS, impossible d'attendre de longues années avant la mise sur le marché de médicaments. Dès le mois d'août, l'instance sanitaire a fait tomber une barrière en approuvant l'utilisation de remèdes expérimentaux, avant de marteler un message d'alerte devant une conférence d'experts réunie à Genève début septembre. Le point sur les pistes lancées pour venir à bout de la pandémie.

Les vaccins Comment expliquer qu'il n'existe toujours pas de vaccin préventif ? Il n'y a aucun obstacle théorique pour en développer, contrairement au sida. Il a fallu que les Etats-Unis et le Canada financent les labos pour qu'ils se lancent dans la course. Celui du géant britannique GSK, développé avec les Instituts américains de la Santé, fait figure de favori, après avoir montré de bons résultats sur des macaques.

Les traitements Les autres pistes Nettoyer le sang : c'est de loin l'hypothèse la plus improbable. La recherche d'un vaccin contre Ebola, une priorité récente. VIDÉO - Deux vaccins et plusieurs traitements sont à l'étude pour traiter cette pathologie apparue en 1976. Deux grands laboratoires et des entreprises de biotechnologie y travaillent mais rien n'est encore acquis. Alors que le virus Ebola est connu depuis 1976, la recherche a été timide et longue à se mettre vraiment en place. Un manque d'intérêt dû en grande partie au fait que la maladie est cantonnée aux pays pauvres et qu'elle n'a fait jusqu'à cette année que des apparitions sporadiques affectant un nombre limité de personnes.

Mais la donne a changé depuis mars. . • Y aura-t-il bientôt un vaccin? Deux projets de vaccins sont en cours, à des stades précoces de la recherche. . • D'autres traitements sont-ils à l'étude? Huit traitements, tels que les sérums (produits à base de sang) ou les antiviraux, seraient par ailleurs à l'étude, à des stades de développement variés.

Maladie à virus Ebola. Actualités Depuis le début de l’année 2014, des cas de maladie à virus Ebola ont été rapportés dans quatre pays d’Afrique : Guinée, Libéria, Sierra Léone et Nigeria. Les autorités sanitaires de ces pays, en lien avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’ensemble des partenaires, sont mobilisées pour prévenir l’expansion du virus à d’autres pays. Selon l’évaluation de risque de l’European Centre for Disease Control (ECDC), le risque d’importation du virus Ebola par le biais des voyageurs au sein de l’Union Européenne est très faible mais ne peut être totalement exclu. L’OMS n’a pas, à ce jour, émis de restrictions de voyage à destination de ces pays. Les voyageurs à destination ou de retour de ces pays peuvent trouver des informations sur les recommandations sanitaires dans le présent dossier ainsi que des informations « voyageurs » sur le site du ministère des Affaires étrangères Il existe cinq espèces de virus Ébola : Bundibugyo, Côte d’Ivoire, Reston, Soudan et Zaïre.

Lutte contre l’épidémie Ebola. CARTE. Tous les cas d'Ebola répertoriés dans le monde. EBOLA - La fièvre hémorragique Ebola a officiellement fait plus de 4500 morts dans sept pays, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 12 octobre. Découvrez ci-dessous la carte des pays touchés par le virus. L'OMS distingue deux groupes: le premier est composé des trois pays les plus atteints (Liberia, Sierra Leone et Guinée), en rouge sur la carte. Le second compte le Nigeria et le Sénégal (en orange sur la carte), qui ne sont officiellement plus touchés par l'épidémie, ainsi que les Etats-Unis et l'Espagne. Quatre cas de contamination ont été enregistrés sur leur sol de ces deux pays (points noirs). L'aide soignante espagnole, première contaminée hors d'Afrique au monde, n'est plus porteuse du virus, selon un test rendu public dimanche soir. Les points rouges représentent les malades infectés en Afrique avant d'être rapatriés et soignés en Europe ou en Amérique. » Découvrez ci-dessous tous les cas d'Ebola répertoriés dans le monde :