background preloader

Cyberdépendance,dépendance aux appareils mobiles et au jeu vidéo

Facebook Twitter

Votre téléphone vous rend-il idiot. Les jeux vidéo sont-ils bons pour le cerveau ? Les jeux vidéo ont la réputation d’être violents et débilitants. Pourtant, de récentes études montrent qu’ils améliorent des capacités cognitives différentes selon le type de jeu. Les risques pour la santé restent très limités et peuvent facilement être évités. Depuis la sortie de Pong en 1972, les jeux vidéo n’ont cessé de s’améliorer et de se diversifier.

Certains font partie de notre patrimoine culturel, comme Space Invaders, Pac-Man ou Tetris. Avec les jeux vidéo d’aujourd’hui, il est possible d’incarner tour à tour un sportif, un psychanalyste, une mère de famille, un pilote de chasse, un chirurgien, un soldat… Leurs décors peuvent nous immerger dans des lieux contemporains, historiques ou mythiques, dans une représentation métaphorique du cerveau ou dans des univers oniriques délirants. Stimulants pour le cerveau Depuis les récentes découvertes sur la plasticité cérébrale, on sait que l’environnement peut modifier les connexions synaptiques du cerveau.

Le risque réduit d’épilepsie. Cyberaddiction. La cyberdépendance, une maladie qui setraite- Les éclaireurs. Ce magazine, à la fois ludique et rigoureux, traite de consommation et de santé, des sujets qui préoccupent nos contemporains. Sophie-Andrée Blondin et ses collaborateurs, présents durant toute l'émission, déboulonnent les mythes qui ont souvent cours dans ces domaines. Des experts sont invités en studio pour faire part de leur expérience ou de leur opinion sur un thème donné. Des capsules d'information alimentent la discussion. Des chroniqueurs se greffent à l'occasion pour parler de différents champs d'expertise : finances personnelles, voyage, droit du consommateur, science, etc.

Toutes les semaines, il y a un coup de sonde autour du monde afin d'y faire des trouvailles, que ce soit un objet ou une tendance dans la société. Les auditeurs sont invités à participer à la discussion grâce aux réseaux sociaux. Animation : Sophie-Andrée Blondin Chroniques :Véronick Raymond, comédienne et communicatriceDre Karine Bériault, omnipraticienneJacques Nantel, expert en marketingSylvain B. Les préoccupations et les impacts associés à l'utilisation d'internet... La Cyberdépendance: Cas de l’addiction au réseau social Facebook. Résumé La démocratisation de l’internet et la forte pénétration des réseaux sociaux dans la vie de tous les jours des internautes a montré un comportement d’addiction au réseau social Facebook.

Malgré l’importance de ce phénomène, très peu de recherches en marketing se sont intéressées à son étude. La présente recherche a pour objectif de mesurer l’addiction des internautes aux réseaux sociaux et d’en déterminer les antécédents. La revue de la littérature relative à l’internet a mis en relief que l’estime de soi et la personnalité sont des antécédents psychologiques de l’addiction. L’enquête par questionnaire que nous avons menée sur Facebook auprès d’un échantillon de convenance de 252 internautes a révélé que trois dimensions sur cinq de la personnalité à savoir l’ouverture aux expériences, l’agréabilité et le névrosisme, sont en relation faible avec la cyberdépendance au réseau social Facebook. Keywords Cyberdépendance; Internet; Addiction; Facebook 1. 2. 2.1. 2.1.1. La cyberdépendance: quand Internet prend les commandes- Université Laval.

Lundi, 16h 30: Mathieu est devant son ordinateur. Il joue depuis dimanche après-midi à son jeu en ligne préféré. Il n’a ni déjeuné ni dîné et il est en train de manquer son cours. Ses notes ont beaucoup diminué dernièrement et ses colocataires ont remarqué qu’il ne sort presque plus de sa chambre. Lorsqu’il le fait, il est maussade, irritable, fait ce qu’il a à faire et se hâte d’y retourner.

Hier soir, sa copine Sophie l’a invité à une fête, mais il a décliné l’invitation en prétextant qu’il avait un travail important à remettre aujourd’hui. Elle et lui se voient de moins en moins ces temps-ci et ils se disputent souvent au sujet du manque de disponibilité de Mathieu.Nathalie habite avec son copain Frédéric depuis 1 an environ, mais elle est insatisfaite de leur relation. Introduction Depuis une vingtaine d’années, Internet a révolutionné la façon de communiquer et la manière de travailler.

Qu’est-ce que la cyberdépendance? Types de cyberdépendance Symptômes et conséquences Conclusion. Définition cyberaddiction/cyberdépendance - Stop-Jeu.ch. Actuellement, les qualificatifs les plus souvent utilisés pour définir un usage problématique des jeux vidéo ou d’Internet sont ceux de « cyberaddiction » ou de « cyberdépendance ». Le « cyber » de cyberaddiction et cyberdépendance fait référence aux différents usages possibles d’Internet (voir FAQ relative). Quant aux concepts d’addiction et de dépendance, qui sont souvent utilisés comme des synonymes, ils définissent en fait des caractéristiques cliniques quelque peu différentes.

Stricto sensu, on parle de dépendance lorsqu’une personne présente deux types de symptômes : des symptômes de sevrage, à savoir une irritabilité ou de la nervosité lors de l’arrêt de la substance ou du comportement en cause, et des symptômes de tolérance, c’est-à-dire le besoin d’augmenter les doses de substance ou de comportement en cause, pour atteindre un état émotionnel satisfaisant. Quand l'utilisation d'Internet devient un problème. Internet Addiction: A Brief Summary of Research and Practice. Adolescent technology use profiles of distinct groups and associated risky behaviors.

La cyberdépendance. Cyberdépendance: accros aux technos - La psychologie du cyberdépendant. La psychologie du cyberdépendant «Au début, elle envoyait même des textos la nuit, raconte sa mère, Nathalie Dion. Maintenant, quand elle va se coucher, elle doit laisser son cellulaire en dehors de sa chambre.» Selon Marie-Anne Sergerie, psychologue spécialisée en cyberdépendance, une utilisation intensive de textos n’est pas nécessairement nuisible. «Ce n’est pas un problème en soi de vouloir communiquer avec les autres, dit-elle. Est-ce si différent des ados qui passaient leur temps au téléphone voilà 15 ou 20 ans ? C’est quand ça prend toute la place et que c’est la seule façon de communiquer que ça devient problématique.»

D’après Mme Sergerie, on peut faire un parallèle entre la technologie et la nourriture: «Tout le monde mange, mais certains ont plus de mal à se contrôler que d’autres!» Qu’est-ce que la cyberdépendance ? Partout dans le monde, le problème semble prendre de l’ampleur. ReSTART a été le premier établissement du genre à ouvrir ses portes aux États-Unis, l’été dernier. Cyberdépendance :: Jeunes et médias. Les jeunes passent beaucoup de temps sur la Toile : deux heures en moyenne par jour (étude JAMES 2014). Les réseaux sociaux en particulier ont un grand pouvoir d’attraction sur les enfants et les adolescents. Les jeux vidéo aussi fascinent et sont, du coup, fréquemment pratiqués, car ils permettent de satisfaire leur goût de l’aventure et leur besoin de reconnaissance et de succès. Mais la consommation excessive d’Internet et de jeux vidéo peut rendre dépendant.

Et là, les jeunes constituent un groupe à risque. Les adolescents timides, dépressifs ou ayant peu d’estime de soi courent de plus grands risques de développer une cyberdépendance. Les problèmes émotionnels semblent plus faciles à surmonter en jouant, en surfant et en tchattant. De manière générale, les internautes masculins sont davantage touchés par la cyberdépendance, mais le nombre d’utilisatrices concernées tend à augmenter.

Des ados angoissés à l'idée d'être loin de leur téléphone. Un texte de Édith Drouin Il n'est pas rare qu'un adulte ou un adolescent demande de consulter rapidement son téléphone avant une session avec la travailleuse sociale, Michelle Weglarz. Les adultes, comme les adolescents, je remarque, ont ce sentiment qu'ils doivent être branchés à leur téléphone et sont souvent anxieux à l'idée de ne pas pouvoir l'utiliser. Elle explique que l'appareil est utilisé pour communiquer, mais aussi souvent pour échapper au stress du quotidien. Certains jeunes s'en servent également pour éviter de faire face à des troubles comme la dépression, l'anxiété et le manque d'estime de soi. Panique, tristesse et exclusion À l'école publique Talbot Trail de Windsor, il n'est pas rare de voir des élèves utiliser des tablettes ou des téléphones en classe.

L'établissement a une politique en place qui permet aux jeunes d'apporter leurs appareils personnels à l'école. Leur professeur Mike Fink n'a rien contre le fait d'utiliser des appareils électroniques en classe. Lecon_le_jeu_en_ligne_jeunes. Canada: les enfants et adolescents dorment avec un cellulaire. L'obsession de la communication en temps réel n'épargne personne pas même les jeunes de 9 à 16 ans au Canada. Preuve: plus du tiers de ces enfants et adolescents qui possèdent leur propre cellulaire avouent en effet passer la nuit avec leur appareil pour être sûrs de ne pas manquer un appel, y compris durant leur sommeil. Cette proportion atteint 50 % chez les élèves de 16 ans, mais tombe à 20 % à l'autre bout de la tranche d'âge, chez ceux de 9 ans, indique une nouvelle étude menée par le Centre canadien d'éducation aux médias et de littératie numérique sur la vie en ligne des jeunes Canadiens.

Rendue publique mercredi, l'enquête comportementale, baptisé Habilo Medias, a été menée l'an dernier auprès de 5436 élèves scolarisés de la 4e à la 11e année. Elle offre un portrait parfois surprenant, mais surtout éloquent d'une mutation qui semble façonner durablement le comportement des générations montantes au pays. Et comment! Des images et des jeux Dépendant, mais conscient de l'être.