background preloader

Veille scientifique

Facebook Twitter

Le puzzle des plaques tectoniques enfin résolu. Pourquoi la surface terrestre est-elle découpée en seulement quelques grandes plaques tectoniques, et plusieurs dizaines de petites ?

Le puzzle des plaques tectoniques enfin résolu

Une équipe comprenant deux géologues du CNRS a pu répondre à cette question grâce à un modèle de simulation 3D de la Terre. La surface de la Terre, la lithosphère, est un véritable puzzle géant formé de 53 plaques tectoniques. Leur agencement, très particulier, intrigue depuis longtemps les géologues : en effet, il existe seulement sept grandes plaques (plaques américaine, pacifique, eurasiatique, africaine, australienne et antarctique), qui couvrent 95 % de la surface terrestre, et 46 plus petites (Caraïbes, Philippines,…). Comment se sont-elles formées ? Il existe seulement 7 grandes plaques tectoniques, qui couvrent 95 % de la surface terrestre, et 46 plus petites. Les Japonais veulent être les premiers à percer le manteau terrestre. L'Homme est déjà allé dans l'espace, sur la Lune, et même au fond des océans.

Les Japonais veulent être les premiers à percer le manteau terrestre

Pourtant, il n'a jamais réussi à atteindre le manteau terrestre, cette couche de la Terre entre le noyau et la croûte terrestre. Les Russes ont bien essayé, entre 1970 et 1994, mais ont dû s'arrêter à 12 261 mètres de profondeur, juste avant le fameux manteau, établissant tout de même le record du monde du trou le plus profond. Atteindre cette fameuse terra incognita aurait pourtant de nombreux intérêts scientifiques et permettrait sans doute de mieux comprendre comment la Terre s'est formée, sa composition, ses tremblements. Raisons pour lesquelles des scientifiques l'Agence japonaise pour la science et la technologie maritime et terrestre (Jamstec) ont décidé de renouveler le challenge, annonce Japan News. Une mission d'autant plus importante que le Japon est sujet à quasiment tous les risques naturels existants, et surtout les tremblements de Terre.

Comment les démocraties peuvent dériver vers les crimes de masse. Synesthésie : un très étrange calendrier dans le cerveau. @ Pixabay Nous sommes en mars 2017.

Synesthésie : un très étrange calendrier dans le cerveau

Le cas clinique que je vais relater a été publié dans la revue Neurocase en novembre 2016. Peut-être venez-vous à la lecture de ces premiers mots de vous représenter mentalement, de façon extrêmement fugace, une sorte de calendrier pour rapidement comprendre que l’article scientifique en question est paru il y a quatre mois. Gérald Tenenbaum : «L’invention du zéro est un pas de géant dans l’histoire de la pensée humaine» L'océan, un monde à découvrir.

Sciences physiques

Einstein et Heisenberg : Dieu joue-t-il aux dés ? Si Einstein est incontestablement le plus grand physicien du siècle, il s’opposa néanmoins à la communauté scientifique internationale au sujet de la physique quantique.

Einstein et Heisenberg : Dieu joue-t-il aux dés ?

Son refus de ce que l’on a appelé l’interprétation de Copenhague de la dite physique le confina dans un superbe isolement dont il ne sortit jamais. Dans son livre La Partie et le Tout, Werner Heisenberg raconte sa vie de physicien et relate en détail les nombreuses conversations scientifiques qu’il soutint pendant près d’une vingtaine d’années avec les plus grands physiciens de son temps.

Parmi eux, bien sûr, Einstein, qui participa aux premiers développements de la physique quantique mais combattit ensuite l’interprétation qu’en donnèrent Bohr et Heisenberg. Einstein est et restera un réaliste. Pour lui, la science décrit la réalité telle qu’elle est et pas seulement telle qu’on l’observe.

Astronomie

Médecine. Vidéo : des nanomoteurs contrôlés à l'intérieur des cellules. Des chercheurs américains viennent de mettre au point une technique de contrôle de nanomoteurs à l'aide de champs acoutisques et magnétiques.

Vidéo : des nanomoteurs contrôlés à l'intérieur des cellules

Des lentilles de contact à vision thermique grâce à un capteur en graphène. Le premier détecteur de lumière fonctionnant à température ambiante et capable de capter la totalité du spectre infrarouge vient d'être créé.

Des lentilles de contact à vision thermique grâce à un capteur en graphène

Il pourra entre autres être utilisé pour fabriquer des lentilles de contact à vision thermique. La philosophie en poche » Nietzsche, la fin de vie et la médicalisation. « Un peu de poison de temps à autre, cela donne des rêves agréables ; beaucoup de poison pour finir, afin d’avoir une mort agréable », c’est ainsi que Nietzsche anticipe le « Dernier Homme », celui qui « rapetisse toute chose » (Ainsi parlait Zarathoustra, Prologue, §5).

la philosophie en poche » Nietzsche, la fin de vie et la médicalisation

Nous y sommes. La nouvelle loi relative à la fin de vie prévoit cette ultime médicalisation qu’est la demande d’une sédation profonde et continue jusqu’au décès. La loi n’invente rien mais encadre une pratique médicale qui fait déjà partie de l’arsenal de dernier recours en soins palliatifs. A-t-on jamais vu marcher la molécule du bonheur ? Massivement partagée sur les réseaux sociaux, l’image de cette molécule du bonheur est en réalité souvent mal interprétée.

A-t-on jamais vu marcher la molécule du bonheur ?

Précisions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Gary Dagorn Avez-vous déjà vu… le bonheur qui marche ? Jusqu’où obéir. Quinze volts ?

Jusqu’où obéir

Soixante ? Quatre cents ? Quelles décharges électriques auriez-vous accepté d’envoyer à un innocent cobaye si on vous en avait donné l’ordre ? Retour sur la célèbre expérience de Stanley Milgram à l’occasion de la sortie mercredi dans les salles du biopic «Experimenter». Sophie Richardot, spécialiste de psychologie sociale, livre son analyse. Le graphène est-il toxique? Médecine, électronique, énergie... les applications potentielles du graphène suscitent l’engouement.

Le graphène est-il toxique?

Mais avant tout, les scientifiques veulent s’assurer de son innocuité pour la santé et l’environnement. Innombrables sont les applications attendues du graphène. Mais, avant dans se lancer dans leur développement, encore faut-il, selon une démarche industrielle classique, s’assurer de l’innocuité du matériau ou du moins préciser ses conditions d’utilisation. Évaluer les risques potentiels sur la santé et l’environnement de cette nouvelle forme cristalline du carbone est justement l’objectif de l’un des groupes de travail du programme européen Flaghsip Graphene (link is external) qui réunit 142 partenaires institutionnels dans 23 pays. Donner du sens à la science.