Etat de l'art

Facebook Twitter

Les dix commandements pour réussir sa curation sur Scoop.it - Pascal Faucompré. Compte tenu de mon expérience sur le sujet et de mon positionnement sur l'outil de curation Scoop.it, je me permets de vous soumettre quelques conseils pour réussir votre topic.

Les dix commandements pour réussir sa curation sur Scoop.it - Pascal Faucompré

Quand on parle de réussite, tout est relatif ! Cela dépend bien évidemment de ses objectifs. Hors en me lançant dans l'aventure de mon dernier topic, je n'avais pas vraiment encore d'objectif. C'est quand le trafic a commencé à être important (jusqu'à 8000 visites uniques par jour), que j'ai décidé d'optimiser ce topic. Voici donc quelques conseils qui vous permettront de devenir un leader de la curation : 1/ Un sujet fédérateur tu choisiras. C'est la base de votre réussite. Il est donc important de trouver un sujet qui, à la fois vous passionne et, génère surtout de l'information. 2/ Le graphisme tu personnaliseras. On a la possibilité aussi d'ajouter un fonc d'écran à son topic. 3/ des images de qualité tu choisiras Illustrer ces posts est un minimum. 4/ la variété des posts tu effectueras. Scoop.it, un outil de curation. A nouveaux usages, nouveau vocabulaire.

Scoop.it, un outil de curation

A la fin de l’année 2010 le terme "curation" a fait son apparition dans le domaine de l’information-documentation directement influencé par les nouvelles utilisations du web 2.0 et la nécessité de filtrer, canaliser, exploiter, partager le flux pléthorique des informations. Ce néologisme, issu du terme curator anglo-saxon dénommant à l’origine le commissaire d’expositions d’art, désigne une activité que les documentalistes connaissent depuis longtemps : regrouper les informations, les sélectionner, les classer selon une thématique précise. La curation va cependant plus loin puisqu’il s’agit aujourd’hui de mettre en valeur ces données, de les éditorialiser et de les partager, valeur ajoutée rendue possible grâce à l’évolution des outils du web.

La veille informationnelle sur internet (attention, on ne parle pas ici de veille stratégique) est une première étape de la curation. Agrégation de contenu avec Netvibes ou Google Reader par exemple. Le Guide de la curation (7) - Les perspectives. 01net le 24/03/11 à 13h00 Le sujet de la curation n’a pas fini de faire parler de lui.

Le Guide de la curation (7) - Les perspectives

Entre les intéressés, les enthousiastes, les sceptiques, les agacés, les discours s’entrechoquent. Peut-on déjà parler d’un futur de la curation ? On évoquera ici la curation de curators, la qualification de curators, la curation de données, etc. Parmi les pistes d’évolution de la curation, on mentionne souvent le web sémantique. Comme le souligne Nicolas Cynober, « le web sémantique se nourrit de contenus édités humainement et les données liées s’enrichissent par des éditions externes ». Tous curators ? Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des usages chez Orange Labs, s’interroge sur les enjeux de la curation : « Tous éditeurs ? 01netPro. Dominique Cardon. La curation s’appuie sur des pratiques de relais de liens via Twitter ou Facebook. Peut-on donc dire que des curators dont la démarche est professionnelle co-existeront avec d'autres dont l'approche est personnelle ?

En quelque sorte, oui. Le Guide de la curation (3) - Les outils. 01net le 16/03/11 à 18h45 Dans les précédents épisodes, nous avons défini les concepts et les pratiques de la curation.

Le Guide de la curation (3) - Les outils

Cette activité, qui devient de plus en plus populaire, a créé un véritable marché d'applications et d'outils. Bref historique La première génération des outils de curation date de 2004. Depuis, une seconde génération d’outils est apparue et se distingue surtout par la prise en compte des médias sociaux. Typologie de l'offre C’est un marché qui foisonne : il ne se passe pas une semaine sans qu’on annonce un nouveau service. On y trouve également des produits plutôt destinés aux individus, aux curators : orientés découverte, collecte et partage de liens tels que Kweeper, Pearltrees ; ou plutôt orientés mise en page et publication de contenu tels que Scoop.it ou Storify. Dans ce domaine, les francophones ne sont pas à la traîne puisque Knowledge Plaza, Kweeper, Pearltrees et Scoop.it sont d’origine belge pour le premier et française pour les autres !

Le grand comparatif. Le Guide de la curation (2) - Les pratiques. 01net le 15/03/11 à 15h44 Pour mieux définir la curation et en tirer les bénéfices, décrivons les différentes tâches qui constituent cette activité.

Le Guide de la curation (2) - Les pratiques

Les tâches [D’après MasterNewmedia] Cette liste est relativement exhaustive et toutes ces tâches ne sont pas obligatoires pour faire de la curation. Si l’on considère le strict minimum, sélectionner et partager, peut-on encore appeler cela de la curation ? La curation introduit une étape essentielle : SélectionnerEditorialiserPartager L’éditorialisation du contenu est une phase clé, c’est elle qui va faire la différence entre une simple republication et une curation. Le positionnement L’arrivée du concept de curation a généré, dans les communautés des veilleurs et des documentalistes, des réactions très réservées : doutes, rejets, sarcasmes. Qu'est-ce qui différencie le curator des autres métiers ?

Différences entre veilleur et curator Différences entre knowledge management et curation Différences entre journaliste et curator. Le Guide de la curation (1) - Les concepts. 01net le 14/03/11 à 16h00 Etymologie La pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager du contenu a été baptisée par les Américains curation ou Content Curation, par analogie avec la mission du curator, le commissaire d’exposition chargé de sélectionner des œuvres d’art et de les mettre en valeur pour une exposition.

Le Guide de la curation (1) - Les concepts

Les termes curation et curator prennent leurs racines étymologiques dans le latin cura, le soin. Ils n’ont pas d’équivalent en français, nous les utiliserons ici dans leur contexte anglais (curation en français désigne le traitement d’une maladie). Le terme curation est apparu en France fin 2010. Historique La curation est la convergence des deux principales activités sur internet : la recherche et le partage. Elle est indissociable de la culture du partage, dont elle est l’héritière. Parallèlement, le volume d’informations n’a cessé de croître. Mais avant que le terme curation ne consacre l’usage, il y a eu quelques tentatives de coller une étiquette. La curation : les 10 raisons de s'y intéresser. 01net le 10/03/11 à 17h00 La curation est, très schématiquement, une pratique qui consiste à sélectionner des contenus en ligne les plus pertinents et à les partager.

La curation : les 10 raisons de s'y intéresser

Une pratique rendue nécessaire par l’explosion du volume des informations, par la nécessité de trouver toujours plus rapidement les informations stratégiques. Facilitée par l’usage des médias sociaux et l’émergence de nouveaux outils, cette activité est, au départ, le fait de passionnés du web dont l’objectif est de partager leur expertise. Mais les pratiques et les outils qu’utilisent les curators vont pouvoir enrichir les processus métier de l’entreprise. 10 raisons de s’intéresser à la curation Parce que c’est à la fois un moyen de trouver la bonne information et de fournir un contenu ciblé, la curation offre de nombreux bénéfices pour l’entreprise : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. PEARLTREES, et si c'était l'outil de curation par excellence ?

Curation : curator & curateur. Diffusion de la curation Dès le 15 décembre, je publiais dans mon Tumblr : «J’avoue, je suis un curator, l’un des 1er en France avant que les autres ne se qualifient de ce buzzword ?

curation : curator & curateur

» et depuis, j’ai publié quelques réflexions toujours dans ce média sur la thématique de la curation et des curators, pardon des curateurs Parmi ces questions : est ce que la curation n’est pas un retour en arrière… vers les annuaires, un peu plus personnalisés ? Est ce que les enseignants ne sont pas des curators ? J’avais raison en décembre, les termes de curation, de curateurs ou curators buzzent depuis le début de l’année. J’ai l’impression qu’après le web 2, le community management, etc., nous voici devant les termes qui mettent une dénomination sur les « bloggueurs influents » et autres influenceurs.

On constate que pour l’ensemble de ces termes « marketing » désignent des évolutions soit d’internet, soit de métiers existants… Aussi, faut-il suivre cette mode. Bon allons-y pour une tentative de définition. La curation : remède contre l'infobésité. Un internaute français est présent sur 2,8 réseaux sociaux en moyenne.

La curation : remède contre l'infobésité

Et ce chiffre est en perpétuelle augmentation. On suit de plus en plus de monde sur Twitter, on consulte de plus en plus de site de contenus, 57% d'entre nous s'exprimeraient d'ailleurs plus sur les réseaux sociaux que dans la vraie vie. La difficulté à faire le tri dans le flux constant d'informations quotidiennes, culturelles, politiques, sportives ou privées est devenu un mal récurrent, qui d'un obstacle à la productivité pourrait bien déboucher sur des overdoses d'actualités.

Entreprises ou individus, tous sont concernés par ce trop plein. Face à l'infobésité, beaucoup voit la curation comme la solution. Le mot "curation" n'est pas nouveau. Certains diront que la curation est depuis bien longtemps attendue et pas franchement une révolution. D'ailleurs, au-delà des sites utilitaires, les sites de curation de contenus spécialisés à proprement parler sont également les nouveaux champions du web.