background preloader

Lebretonmaxime

Facebook Twitter

Lebreton Maxime

Télécoms  :  la guerre des prix dans le fixe aura-t-elle lieu  ? 4G : Bouygues Telecom écrase la concurrence en couvrant 63% de la population. Un réseau « national » digne de ce nom se devait de couvrir au moins la moitié de la population.

4G : Bouygues Telecom écrase la concurrence en couvrant 63% de la population

Bouygues Telecom frappe un grand coup de massue sur la concurrence ce mercredi soir : ce n'est finalement pas 40%, comme il l'avait dit, mais 63% de la population que son réseau 4G couvrira dans quelques jours, le 1er octobre. « Soit 40 millions de Français » se targue la filiale de Bouygues. C'est plus du double que ses rivaux Orange et SFR, qui visent les 40% en fin d'année et se situent entre 25% et 30% actuellement. Free Mobile, de son côté, déploie des antennes compatibles 4G dans son réseau couvrant 50% de la population mais elles n'émettent pas encore en très haut débit mobile… Les concurrents craignaient que le numéro trois français du mobile annonce une telle avance dans son déploiement.

Orange, SFR et Bouygues font bloc contre Free Télécoms Actualité. Selon le quotidien Les Echos, Iliad, maison mère de Free, avait fait des démarches auprès des trois opérateurs mobiles pour devenir opérateur mobile virtuel, en achetant des minutes de communication, à des prix "proches des coûts". Free avait proposé un tarif de location du réseau des trois opérateurs (Orange, SFR et Bouygues) pour un tarif inférieur à deux centimes la minute, soit le coût de production légèrement majoré. Iliad a également demandé la possibilité de brancher des équipements sur l'infrastructure réseau des opérateurs, afin de pouvoir (par exemple) mettre en place un système de localisation des appels. Les trois opérateurs ont refusé cette offre.

Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad, a indiqué aux Echos : "Nous ne sommes pas fermés à l'idée de louer le réseau d'un opérateur mobile existant, mais uniquement si cela nous laisse une totale liberté quand à la définition et à la gestion de nos offres et si les prix d'accès sont proches des coûts". Guerre des prix dans la Téléphonie mobile. Free met le feu au marché. Qui rachètera qui ?

Guerre des prix dans la Téléphonie mobile. Free met le feu au marché

Depuis l’irruption de Free sur le marché du mobile le 10 janvier, l’équilibre du secteur vacille. Les bénéfices ont fondu au fil de la guerre des prix initiée par le groupe de Xavier Niel, qui a gagné en neuf mois 4,4 millions de clients. Les rumeurs de ventes et de rachats se multiplient. Deux faits émergent : la fragilité de Bouygues Telecom (le plus petit des trois opérateurs « historiques ») et le changement de stratégie de Vivendi, éventuellement vendeur de sa filiale SFR, valorisée entre 12 et 15 milliards d’euros.

Chaque semaine, ou presque, un prétendant se déclare – officiellement ou non – intéressé par la reprise du numéro deux : Numericable, le fournisseur d’accès lui-même en difficulté, en octobre, puis Naguib Sawiris, le roi égyptien des télécoms le 15 novembre. “Un consommateur peut devenir infidèle si sa facture baisse de 15 %. Pour lui, le marché est celui où « les prix sont les plus bas au monde ». Orange: objectif 'conquêtes 2015' Bichonner ses salariés, ses revendeurs, ses clients et ses partenaires internationaux… Orange entend mettre le paquet sur les cinq années à venir.

Orange: objectif 'conquêtes 2015'

Stéphane Richard, directeur général de France Télécom-Orange a présenté ce plan d'action, baptisé "Conquêtes 2015", et défini suivant les réflexions des managers de l'opérateur téléphonique. Depuis mars dernier, des réunions rassemblant les managers d'Orange de différents pays et divers métiers ont abouti aux grandes lignes du plan d'action. La conquête des salariés du groupe Orange entend renouveler sa politique ressources humaines, et établir un nouveau style de management pour devenir une entreprise dans laquelle il fait bon travailler. Comment Free Mobile bouleverse le marché de la téléphonie mobile en France. Free mobile change-t-il vraiment la donne?

Comment Free Mobile bouleverse le marché de la téléphonie mobile en France

Xavier Niel avait annoncé la couleur dès 2008. Orange (entreprise) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orange (entreprise)

Pour les articles homonymes, voir Orange. Orange Logo d'Orange Orange, anciennement France Télécom[4], est une entreprise française de télécommunications. Elle employait en 2010 près de 172 000 personnes[1], dont 105 000 en France, et sert en 2013 près de 236[5] millions de clients dans le monde[1]. Orange était à l'origine une entreprise de télécommunication d'origine britannique devenue, en 1999, la filiale de Mannesmann puis, en 2000, celle du groupe France Télécom. En 2014, Orange réalise un chiffre d'affaires de 39,445 milliards d'euros[3] pour l'ensemble de ses activités. En 2010, Orange compte 209 millions de clients dans le monde (+6 % par rapport à 2009)[7] dont plus de 150 millions de clients mobiles (+9,1 % par rapport à 2009)[7] et 13,7 millions de clients haut débit ADSL (+3,4 % par rapport à 2009)[7]. Entre 1950 et 1965, les P&T vendent leurs numéros pour la somme de 10 000 francs de l'époque[réf. nécessaire].

Les dates clefs : Les télécoms d'entreprise souffrent encore du poids d'Orange. Guillaume Goudard, analyste à l'Idate Le monde des télécoms d'entreprises en France vit avec deux évidences : l'ouverture à la concurrence et la progression de la convergence.

Les télécoms d'entreprise souffrent encore du poids d'Orange

Faux. L'étude de l'Idate montre un paysage surprenant où les opérateurs alternatifs et la VoIP ont du mal à percer. Depuis quinze ans, l'Idate ausculte les télécoms d'entreprise en France, non seulement la partie équipements mais aussi les usages. Son dernier opus (*) souligne plusieurs points forts.D'abord, les acteurs sont nombreux et dispersés.