background preloader

Sorcières

Facebook Twitter

Le néo-paganisme et la politique : une tentative de compréhension. Néopaganisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Néopaganisme

Witchcraft. Dianisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dianisme

La Wicca dianique appelée aussi dianisme ou sorcellerie dianique[1] est une tradition wiccane centrée sur la Grande Déesse et sur le féminin, fondée par Zsuzsanna Budapest. Elle combine des éléments de gardnérianisme, de magie populaire italienne transmise par Aradia de Charles Leland, de valeurs féministes, et de magie rituelle populaire, de pratiques de guérison enseignées par la mère. Elle est pratiquée dans des groupes exclusivement féminins[1]. Croyances et pratiques[modifier | modifier le code] Gerald Gardner. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gerald Gardner

Pour les articles homonymes, voir Gardner. Gerald Gardner (13 juin 1884 - 12 février 1964) est un écrivain ésotériste britannique. Chasse aux sorcières. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chasse aux sorcières

Un résumé de 1533 relatant l’exécution d’une sorcière accusée d’avoir brûlé la ville de Schiltach en 1531. Margaret Alice Murray. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Margaret Alice Murray

Margaret Alice Murray (Calcutta, Inde, 13 juillet 1863 - 13 novembre 1963) est une anthropologue et égyptologue britannique. Elle était bien connue dans les cercles d'universitaires pour ses contributions savantes à l'égyptologie et à l'étude du folklore qui a mené à la théorie paneuropéaniste, la religion païenne préchrétienne fondée autour du dieu cornu. Ses idées sont reconnues pour avoir sensiblement influencé l'apparition des religions néopaganistes de la Wicca et du reconstructionisme. Cependant, la réputation d'érudite dans le domaine de la sorcellerie de Margaret Murray a été critiquée par la plupart des historiens en raison de sa tendance prononcée à manipuler ou à interpréter subjectivement l'évidence, pour se conformer à la théorie.

Isabel Gowdie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Isabel Gowdie

Isabel Gowdie est une Écossaise jugée pour sorcellerie en 1662. Sa confession détaillée, apparemment réalisée sans l'utilisation de la torture, fournit l'un des aperçus les plus détaillés du folklore de la sorcellerie européenne à la fin de l'ère de la chasse aux sorcières. Il est difficile de savoir si la confession de Gowdie est le résultat de la psychose, si elle était tombée sous le soupçon de sorcellerie ou cherché par clémence en confessant. Sa confession était plus détaillée que la plupart, et n'était pas compatible avec une grande partie du folklore et des registres des essais de sorcières.

Cependant, au moins deux autres confessions de sorcellerie (ceux de Andro Mann et Allison Peirson), ont également rapporté des rencontres avec la reine de Elphame. Isabel Gowdie et sa magie ont été rappelé dans un certain nombre de travaux ultérieurs de la culture[pas clair]. Coven. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coven

Coven était à l'origine un mot écossais du Moyen Âge tardif (vers 1500) qui signifiait un rassemblement de personnes. Il dérive du latin convoco qui signifie être ensemble ou se rassembler qui donna aussi le mot anglais convene (du français convenir) et le mot français convent. Depuis le XVIIe siècle, ce terme désigne, dans le folklore européen, des clans de sorcières. La première indication sur le lien entre les covens et la sorcellerie vient de Isabel Gowdie qui décrivit, en 1662, des covens de 13 membres. Margaret Murray proclama que, depuis la nuit des temps les adeptes du culte de Diane, connues sous le terme populaire de sorcières à travers l'Europe, étaient organisées en groupes de 13 membres, appelés covens. Wicca. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wicca

Le pentacle, un des principaux symboles des wiccans. La Wicca est un mouvement religieux basé sur l'« Ancienne Religion » définie par Gerald Gardner et incluant des éléments de croyances telles que le chamanisme, le druidisme, et les mythologies gréco-romaine, slave, celtique et nordique. Ses adeptes, les wiccans, prônent un culte envers la nature, et s'adonnent à la magie. La Wicca est un culte à mystères. Sens du terme[modifier | modifier le code] Pour Gardner, wicca avait à l’origine le sens d’« art des sages ». Histoire[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] La Wicca s'inscrit dans la mouvance européenne du néopaganisme de la première moitié du XXe siècle. Évolution du mouvement[modifier | modifier le code] D'abord confinée à un cercle restreint, la Wicca s'est progressivement développée dans les pays anglo-saxons où elle constitue la principale forme de néopaganisme.

Le divin[modifier | modifier le code] Sorcier. Starhawk (écrivain) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Starhawk (écrivain)

Pour les articles homonymes, voir Starhawk. Starhawk (née Miriam Simos en 1951) est une écrivaine et militante des États-Unis, qui se revendique comme sorcière. Elle a eu une grande influence sur la Wicca féministe américaine. Selon Wouter Hanegraaff[1], elle serait à l'origine de la création de milliers de covens. Elle est connue comme théoricienne du néopaganisme ; elle est une des voix les plus écoutées de l'écoféminisme. Elle collabore actuellement entre autres groupes aux projets de United for Peace and Justice[2], au collectif de formateurs RANT[3], au Earth Activist Training[4]. Elle est l'auteure de plusieurs best-sellers : Elle a co-écrit plusieurs ouvrages : The Twelve Wild Swans: A Journey Into Magic, Healing and Action (2000), un livre de base pour les “païens”, co-écrit avec Hilary Valentine.The Pagan Book of Living and Dying (1997), avec M.

Femmes, magie et politique, de Starhawk. En Europe, certains connaissent Starhawk, la sorcière néopaïenne de San Francisco, pour l’avoir croisée lors des rassemblements de Seattle, de Gênes ou de Québec.

Femmes, magie et politique, de Starhawk

Femmes, magie et politique, qu’ont publié ce printemps les Empêcheurs de penser en rond, est son premier livre traduit en français. Il date de 1982 - elle avait alors trente ans -, mais les enjeux qu’il définit, élaborés dans le contexte du reaganisme triomphant et de ce que l’on apercevait de l’évolution globale du monde à cette époque, collent parfaitement aujourd’hui. Si bien que c’est un livre qui tombe à pic, et même, qui produit une accélération, qui bouscule sérieusement, qui invite à s’aventurer plus loin, à penser autrement.

Pourquoi « sorcière » ? Dans une annexe captivante du livre, « Le temps des bûchers », elle étudie le coup de force qui s’est joué en Europe au moment de l’Inquisition. Starhawk's Website. Et si les sorcières renaissaient de leurs cendres ? Longtemps persécutée, moquée ou salie, la sorcière revient aujourd'hui sous un éclairage positif. Féministes, écologistes, anticapitalistes : tous pourraient la revendiquer. « Tremate, tremate, le streghe son tornate » (« tremblez, tremblez, les sorcières sont de retour »)… Au cœur des années 70, les féministes italiennes s'étaient emparées de la sorcière pour en faire le symbole subversif de la révolte féminine. Leurs consœurs françaises avaient suivi, et une revue littéraire féministe arbora le titre de Sorcières (sous-titre Les femmes vivent…), sous la houlette de Xavière Gauthier, Marguerite Duras ou Nancy Huston.

Roman : Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), Lizzie Crowdagger. Cassandra est une jeune femme trans qui n’aspire qu’à mener une existence ordinaire. Du moins, jusqu’à ce qu’elle rencontre un gang de lesbiennes regroupant vampires, sorcières et louves-garous. Entre une histoire d’amour naissante avec une mort-vivante, la découverte du monde surnaturel, et des règlements de comptes entre gangs rivaux, sa vie est quelque peu bousculée, et la « normalité » lui paraît peut-être moins attrayante… Premier roman des éditions Dans nos histoires, Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires) est un récit léger et facile à lire qui, sur le fond, se rapproche d’univers de la culture populaire comme Buffy ou True Blood, mêlant monde réel et surnaturel.

Éditions Dans nos histoires, 2014, 9 euros Source : NPA. Reconnecting with the bruja in me. I’ve learned a lot of things in my time here in Mexico. I learned how to wash clothes by hand, was reminded of the sacredness of water (clean water), and many other things. But by far the oddest thing I’ve learned (that I never saw coming) was how to give shots. Here in this part of Mexico you buy your meds and your needle…and actually getting the shot is another process and cost. So ahuevo tuve que aprender – I learned. And apparently my shot-giving skills are recommended now. But the funny thing about this is that giving shots in Mexico actually reconnected me to the west side of San Antonio, where I’m from, where my people are from.

And in thinking about this, I remembered that my abuela over on Inez Street in the mero west side of San Anto did the same for her barrio. No one ever mentioned that title and what she did for people was never framed in that context because the title of BRUJA had became a bad word. The term “bruja” needs to be decolonized and given back its power. A nous le temps des sorcières, par Naïké Desquesnes (Le Monde diplomatique, septembre 2014) Aux origines du capitalisme patriarcal : entretien avec Silvia Federici. Silvia Federici est une théoricienne et une militante féministe marxiste. Elle a notamment écrit l’ouvrage majeur Caliban et la sorcière qui paraît enfin en français le 22 avril 2014 aux éditions Entremonde. Federici a compté parmi les membres fondatrices de International Feminist Collective, collectif né dans les années 1970 et qui est à l’origine de la campagne « Un salaire pour le travail ménager » (Wages for Housework) également portée par des figures comme Selma James ou Maria Dalla Costa.

Starhawk (écrivain) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Starhawk. Starhawk (née Miriam Simos en 1951) est une écrivaine et militante des États-Unis, qui se revendique comme sorcière. Elle a eu une grande influence sur la Wicca féministe américaine. Selon Wouter Hanegraaff[1], elle serait à l'origine de la création de milliers de coven. Éditions Entremonde - Caliban et la Sorcière. Essai, traduction de l’anglais (États-Unis) par le collectif Senonevero, revue et complétée par Julien Guazzini Silvia Federici revisite ce moment particulier de l’histoire qu’est la transition entre le féodalisme et le capitalisme, en y introduisant la perspective particulière de l’histoire des femmes. Elle nous invite à réfléchir aux rapports d’exploitation et de domination, à la lumière des bouleversements introduits à l’issue du Moyen Âge.

Un monde nouveau naissait, privatisant les biens autrefois collectifs, transformant les rapports de travail et les relations de genre. The Legacy of Atropos, the Fate Who Cut the Thread of Life : Anesthesiology. In the days when no anesthetics were known, when the wounded or diseased must suffer the tortures of amputation, or the rough operations known in those days, with no relief till sheer pain should either kill or produce unconsciousness ‐ here was a plant whose wonderful properties alone had the gift of showing mercy! Solanaceae III: henbane, hags and Hawley Harvey Crippen. Why Do Witches Ride Brooms?