background preloader

Lcesario

Facebook Twitter

L’indice du « bonheur national brut » remis en cause au Bhoutan - La Croix. Chef de l’opposition, nouvellement élu à la tête du gouvernement, Tshering Tobgay estime que cet indice, alternatif au développement économique, est dévoyé. Le Bonheur National Brut (BNB), qui vaut au Bhoutan une renommée mondiale, ne tiendrait plus compte des réalités nouvelles du pays. Formé à Harvard et fan de moutain-bike, le nouveau premier ministre du petit royaume himalayen, Tshering Tobgay, a remporté les élections en juillet et pris ses fonctions le 3 août dernier dans la capitale, Thimphou. Démocrate et chef de l’opposition, il remet en cause l’indice du « Bonheur national brut » (BNB), sans pour autant l’abandonner totalement. « Je suis sceptique face à l’utilisation abusive faite par certains et qui les a détournés des problèmes réels auxquels nous sommes confrontés », regrette-t-il.

Une remarque qui, il y a quelques années, serait passée pour crime de lèse-majesté. 73 ☛ Le Bhoutan : Le modèle basé sur le bonheur intérieur brut (5 - National)

Le Bhoutan enterre le bonheur national brut. La crise économique est venue à bout de l'indice de bien-être inventé naguère par le pays himalayen.

Le Bhoutan enterre le bonheur national brut

Le «bonheur national brut» (BNB) ne fait plus recette au Bhoutan. Les élections parlementaires, remportées dimanche par l'opposition démocrate, témoignent du malaise qui règne dans ce petit État himalayen, célèbre pour avoir lancé dans les années 1970 cet indice donnant la priorité au bien-être sur la croissance économique. Pour la deuxième fois depuis la fin de la monarchie absolue, il y a cinq ans, le «pays du Dragon Tonnerre» élisait ses représentants à la Chambre basse.

Le BNB (Bonheur National Brut) et le Bhoutan. Qui veut booster le Bonheur national brut ? Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Qui veut booster le Bonheur national brut ?

Que le monde aille mieux… Et s’il suffisait pour cela de donner un cadre juridique au bonheur ? L’idée semble farfelue. Elle a pourtant mobilisé quelques dizaines de cerveaux, à Sète, de jeudi à samedi : des juristes, des avocats, des chercheurs, des professeurs ainsi que de simples citoyens venus de France, du Québec, de Pennsylvanie, du Sénégal ou de Grèce, tous réunis à l’initiative de l’Observatoire international du bonheur (OIB).

Produit intérieur doux et «bonheur solidaire» Créé en 2010 sous l’impulsion du Conseil national des barreaux, présent dans une demi-douzaine de pays, l’OIB se présente comme «la seule institution à promouvoir et étudier les interactions entre droit et bonheur». Durant ces Assises, il est question de PID (Produit intérieur doux), de BNB (Bonheur national brut), d’IBM (Indice de bonheur mondial), ou encore de «bonheur citoyen» ou de «bonheur durable». Des hommes heureux pour sauver la planète ? Sarah Finger. Le Bhoutan : le pays du bonheur décrété. Le Bhoutan est un petit pays asiatique, niché au pied de l’Himalaya, qui partage ses frontières avec la Chine et l’Inde.

Le Bhoutan : le pays du bonheur décrété

Avec des voisins aussi imposants, le Bhoutan a dû lutter tout au long de son histoire afin de préserver sa parcelle de territoire. De par sa difficile accessibilité et son autarcie volontaire afin de protéger une identité fragile, le pays est demeuré longtemps très isolé. Ce n’est qu’en 1971 que le Bhoutan intègre officiellement les Nations unies et seulement en 1981 que le premier aéroport est construit sur le territoire. Une grande partie de l’histoire du Bhoutan a été perdue lors de l’incendie de son ancienne capitale, en 1827. Toutefois, il existe des traces attestant de présence humaine sur le territoire à l’époque de l’Antiquité. Bonheur national brut En ce qui concerne la sauvegarde de l’environnement, il est difficile de nier les efforts déployés.

Qu'entend-on par Bonheur National Brut ? Le Bonheur National Brut est un indice qui a été développé par la petite république du Bhoutan qui se situe au Nord de l'Inde, au Tibet, coincée dans les montagnes tibétaines.

Qu'entend-on par Bonheur National Brut ?

Il a été l'un des premiers pays à lancer ce mouvement d'aller au-delà de la sphère économique, au-delà du PIB. Ils ont développé toute une batterie d'indicateurs, puis construit un indice, qui s'appelle le Bonheur National Brut, qui permet d'intégrer des éléments économiques, des domaines concernant l'environnement, et des domaines concernant la qualité de la vie, mais avec une caractéristique propre au Bhoutan, celle de mettre beaucoup l'accent sur la spiritualité, la spiritualité essentiellement bouddhiste qui constitue la façon de vivre des habitants du Bhoutan.

Le Bonheur national brut peut-il remplacer le PIB ? «Le Bonheur national brut ne peut pas remplacer le PIB sur le long terme».

Le Bonheur national brut peut-il remplacer le PIB ?

C’est ce qu’affirme Claudia Senik, professeure à l’École d’économie de Paris, invitée mardi 2 avril du Forum Eco Libération-Sciences Po. L’économiste s’explique : «La façon dont on mesure le bonheur évolue au fil du temps. Une échelle allant de zéro à dix va être interprétée par les gens de manière différente d’une génération à une autre car les circonstances changent.» Orienter ses politiques publiques différemment et substituer le PIB par le Bonheur national brut (BNB), c’est pourtant ce qu’a fait en 1972 le Bhoutan, royaume de 700 000 habitants enclavé entre l’Inde et la Chine. 72 critères de mesure ont été mis en place et couvrent l’ensemble des activités du pays. Le BNB s’appuie sur quatre grands principes : croissance et développement économique, conservation de la culture, sauvegarde de l’environnement et gouvernance responsable. Construire des politiques publiques Théo Allegrezza. Bhoutan : au pays du Bonheur national brut.

Lancé en 1972, le "nouveau paradigme" s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable.

Bhoutan : au pays du Bonheur national brut

Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vie du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (objectif : 100% biologique en 2020), l’éducation nationale, où l’on prépare les élèves à devenir des "ambassadeurs du changement", la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé - gratuite pour tous -, le tourisme - haut de gamme -, ou le commerce (non adhésion à l’Organisation mondiale du commerce). Le film raconte le développement du BNB à travers le témoignage de hauts responsables mais aussi d’acteurs de terrain, habités par une vision du bonheur et du bien commun qui a fait l’objet d’un rapport très remarqué aux Nations unies.