background preloader

Démondialisation

Facebook Twitter

Hors-Série - Des entretiens filmés avec de la vraie critique dedans. Parmi les propositions en débat à gauche, le protectionnisme est de celles qui ne mettent pas tout le monde d’accord. Pour certains, il apparaît comme un instrument puissant contre les délocalisations. Pour d’autres, il est au contraire inefficace et ne permettrait que de remplacer un capitalisme par un autre, aux accents dangereusement nationalistes. Pour tenter de faire dialoguer ces différentes positions, nous avons invité à en débattre Olivier Besancenot (membre du NPA) et François Ruffin (militant de Picardie Debout et député de la Somme. Au-delà des divergences sur le protectionnisme que nous essaierons de comprendre, nous essaierons aussi de montrer les convergences, existantes et à créer, entre toutes celles et tous ceux qui militent pour une autre société. Le temps des lilas se veut un laboratoire de réflexion alternatif. Face au TINA (« There Is No Alternative »), nous opposons les LILAS (« Libres d’Inventer Les Autres Solutions »).

Fabien Marcot. Vers la fin de la globalisation, mythe ou réalité? quelle stratégie pour la France? Vers la fin de la globalisation, mythe ou réalité? Quelle stratégie pour la France? Le protectionnisme peut-il briser les chaînes de valeur mondiales ? Protéger ses producteurs et retrouver une balance commerciale équilibrée, voilà des ambitions a priori louables. Pour autant, la solution passe-t-elle par la mise en place de droits de douanes sur les produits importés, en particulier ceux en provenance des pays émergents ?

La mondialisation a provoqué une fragmentation des chaînes de valeur On sait qu’aux Etats-Unis, en Europe, et maintenant en France, le protectionnisme, version halte aux frontières, est en vogue. Pourtant, posé en ces termes, ce débat n’a guère d’intérêt, même en ciblant les produits (pour éviter de taxer ceux que l’on est incapable de produire comme le café ou le pétrole), ou en ciblant les pays (pour concentrer le tir sur ceux, hors Union européenne, avec lesquels notre balance commerciale est très déficitaire). La mondialisation a en effet provoqué une fragmentation des chaînes de valeur. Déchiffrer les déficits commerciaux à l’aune de cette fragmentation WordPress: J'aime chargement… Le retour du protectionnisme renforce la globalisation financière.

Protectionnisme : ce mot tombé en désuétude a brutalement fait sa réapparition sur la scène économique à l’occasion de l’élection de Donald Trump. Avec des premiers résultats, dans l’automobile. Sous la menace du nouveau Président, les constructeurs multiplient les annonces de relocalisation, ou de non-délocalisation de leurs usines. Le mouvement de déglobalisation des échanges de biens est en fait déjà perceptible depuis quelque temps dans le ralentissement du commerce mondial : sa vitesse de croisière est passée sous la barre des 1% en volume, c’est moins que la croissance mondiale, c’est surtout beaucoup moins que les 6% ou presque, affichés en moyenne entre 2000 et 2007.

Il y a d’abord un retour de balancier par rapport à la version la plus extrême du fabless, de l’allongement à outrance des chaines de valeur. L’évolution du modèle Chinois, est aussi à prendre compte. Faut-il en conclure pour autant que c’est un coup d’arrêt de la globalisation. WordPress: J'aime chargement… La mondialisation des échanges commerciaux est à bout de souffle, selon le FMI et l'OMC. Le commerce international de marchandises et de services progresse désormais moins vite que la production mondiale elle-même.

Le signe manifeste d'un repli sur soi qui affecte la majorité des 189 pays de la planète. Ce n'est évidemment pas une coïncidence, le Fonds monétaire international et l'Organisation mondiale ont lancé ce même mardi 27 septembre, certes séparément mais pratiquement à la même heure, une sonnette d'alarme sur le ralentissement spectaculaire du commerce international. L'OMC s'inquiète de constater que les échanges mondiaux ne devraient progresser que de 1,7% (en volume) cette année, le score le plus médiocre depuis 2009, l'année de la «grande récession» mondiale où le commerce international avait reculé de façon absolue. Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions : Il s'agit à l'évidence d'un changement de cap historique.

En clair les raisons seraient d'abord de nature conjoncturelle. Les signaux d'une démondialisation industrielle. Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Olivier Passet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables. Les classes moyennes calent, la croissance mondiale ralentit.

Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Olivier Passet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables. Elie Cohen, Après la mondialisation… Mots clés : Economie mondiale, Innovation, Industrie, Emploi, Chine, Journées de l'économie, Mondialisation, JECO, CNRS, Elie Cohen Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Elie Cohen Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables.

Ces entreprises qui se relocalisent en Europe | Alterecoplus. Démondialisation ou régionalisation mondiale ? Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Olivier Passet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables. Cib.natixis.com/DocReader/index.aspx?d=5456443349664E7659514F794F78354B65552F4C76413D3D. Emmanuel Todd : «La tension entre libre-échange et démocratie devient insoutenable» - Page 1. Quand Aphatie se lâche, l'économie devient simple, très simple... Amandabhslater (Flickr - CC) Du même auteur Jean-Michel Aphatie se montre volontiers favorable au débat public, et on ne peut que l’encourager sur cette voie. Dans son dernier billet de blog (que voici), il s’en prend à un article présentant les résultats d’un sondage Ifop sur le protectionnisme.

Par cette apostrophe, qui me concerne un peu, puisque je l'ai assimilé à ces éditorialistes qui récusent tout politique économique alternative, et notamment le protectionnisme : « Sur lequel de mes écrits, de mes propos, de mes billets sur ce blog, Philippe Cohen s’appuie-t-il pour me prêter cette position « légère » à propos du protectionnisme? L'institut Thomas More, des études objectives ? À l'appui de son argumentation, Jean-Michel Aphatie cite une étude de l’institut Thomas More. Le débat Guibert/Canfin: pour ou contre la démondialisation? - Page 1. PSA : la «démondialisation» est-elle la solution ? - Page 1. Démondialisation: le mode d'emploi d'un concept flou mais à succès - Page 1. L'OPA du FN sur la «démondialisation» - Page 1. Pourquoi le PS n'est pas converti à la démondialisation - Page 1. Montebourg pour un «protectionnisme partagé» - Page 1. Avant le G-20, le protectionnisme avance masqué - Page 1.

188 – Sapir: Oui, la démondialisation est bien notre avenir. Une partie de la direction d’ATTAC a commis un texte attaquant la « démondialisation » et les « démondialisateurs ». Ce texte a été publié sur le site Internet de Médiapart[1]. Ce qui pourrait n’être qu’affaire d’opinion et de sain débat prend une tournure déplaisante en raison des méthodes de ces auteurs. Attaquant tous azimuts, proférant de graves accusations, mais sans citer le moindre nom ni le moindre ouvrage, ils s’exonèrent ainsi du principe de vérification de leurs dires. C’est certes une astuce bien pratique, mais assez indigne dans son principe. Si l’on veut débattre, il faut pouvoir vérifier les propos tenus par les uns et les autres.

Ayant écrit un ouvrage portant spécifiquement sur ce thème, je me considère pris à partie, mais aussi agressé, par la forme tout comme par le contenu de cet article quoique n’ayant pas été cité. Cet article est donc révélateur, dans sa forme comme dans son fond, des limites de ses auteurs. I. Ah mais, me direz-vous, nul auteur n’est cité. II. Ce que démondialiser veut dire. Etrange tribune que celle publiée par quelques membres du Conseil scientifique d'ATTAC ici. A peine affirmée l'idée de démondialisation est «superficielle et simpliste» que les auteurs de la tribune estiment qu'«il faut évidemment réduire les flux de marchandises et de capitaux, et relocaliser les systèmes productifs», «réduire les émissions de CO2, diminuer la pression sur les ressources naturelles et leur pillage», c'est-à-dire précisément... démondialiser.

Face à cette contradiction, le lecteur a quelque peine à comprendre quelle est l'opinion de nos amis d'ATTAC. Pour clarifier leur propos, ils indiquent que « ce n'est pas « la mondialisation » que nous rejetons, mais la mondialisation néolibérale et capitaliste, telle qu'elle est organisée par les intérêts des firmes multinationales, les « marchés » et les grandes puissances. » Mais qu'est-ce d'autre que la mondialisation qui s'est déployée depuis 25 ans sinon la mondialisation néo-libérale ? La démondialisation, un concept superficiel et simpliste. Geneviève Azam, Jacques Cossart, Thomas Coutrot, Jean-Marie Harribey, Michel Husson, Pierre Khalfa, Dominique Plihon, Catherine Samary et Aurélie Trouvé, membres du Conseil scientifique d'Attac, s'inquiètent de la fortune rencontrée par la «démondialisation», qui induirait la suspension des logiques de coopération nécessaires au progrès des droits sociaux sans résoudre aucune des crises actuelles.

La violence de la crise mondiale et l'échec des politiques néolibérales aggravées font fuser de partout des propositions en apparence iconoclastes. La mondialisation néolibérale reposant sur la libre circulation des capitaux et la financiarisation du monde, les désastres provoqués par ces politiques ont suscité l'émergence à la fin des années 1990 d'un mouvement initialement qualifié par les médias d'«antimondialiste», qui, en mûrissant, s'est lui-même rebaptisé «altermondialiste». La «démondialisation» est un concept à la fois superficiel et simpliste. La crise sociale? La crise européenne?

La démondialisation, dernière hérésie dont on cause. Rodho Quiconque s'intéresse à la politique est forcément un collectionneur de gros mots. L'histoire politique pourrait aussi se faire par les hérésies successives qui ponctuent la vie publique. Et le gros mot politique, depuis la semaine dernière, est celui de démondialisation, qui rejoint aux panthéon des « maux-dits » quelques autres concepts comme protectionnisme, sortie de l'euro, nationalisation des agences de notation, etc. A quoi reconnaît-on un gros mot en politique ? Il est, avant tout, archaïque. C'est exactement ce qu'a dit lundi 20 juin au matin Alain Duhamel de la démondialisation. Avec ses airs de tontons flingueurs bonhommes, polis et arrondis sous le harnais, Duhamal a commencé, comme toujours par une triade (c'est qu'il a appris à Science Po et qu'il reproduit, façon métronome, depuis quarante ans à la radio ou à la télévision.

Du même auteur Revenons sur terre. Le mythe de la démondialisation. Par Alain Duhamel Non, évidemment non. Le thème de la démondialisation, c'est un mythe, c'est un thème qui est foncièrement archaïque, inexact et irréaliste. Alors, simplement, il ne faut pas faire comme Arnaud Montebourg, c'est-à-dire qu'il ne faut pas présenter les choses de façon sectaire. C'est vrai qu'il y avait au moins deux éléments positifs dans ce qu'il disait. Le premier, c'est déjà qu'il posait une question intéressante sur un sujet sérieux.

Alors, bien sûr, il ne va pas empêcher la mondialisation. Ce n'est pas parce que l'Europe ou la France ou le Parti Socialiste ou Montebourg lui-même décrète qu'il faut réfléchir sur la démondialisation que, brusquement, le échanges vont cesser de se développer, que la technologie, l'informatique, la culture, les échanges commerciaux vont stopper, bien entendu. Dominique Strauss-Kahn, il avait sa stature, son autorité, sa compétence ; tout ça s'est fracassé. Qui a peur de la démondialisation.