background preloader

Laurent_groupe_d_psy

Facebook Twitter

Guillaume

Etudiant L1

Note #1.1 sur Wikipédia. Dépendance au jeu vidéo. Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(février 2013). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. La dépendance au jeu vidéo désigne un éventuel trouble psychologique caractérisant un besoin irrésistible et obsessionnel de jouer à un jeu vidéo. Elle est reconnue depuis le 18 juin 2018 comme maladie par l'OMS. Elle est officialisée comme "trouble du jeux vidéo". Existence d'une « dépendance »[modifier | modifier le code] Le 6 mars 2012, l'Académie nationale de Médecine précise qu'il est préférable de parler de « pratique excessive » que d'addiction aux jeux vidéo et cela pour deux raisons[1][source insuffisante] : il n'y a à ce jour aucun consensus scientifique sur l'existence d'une réelle addiction aux jeux vidéo ;le terme « pratique excessive » est plus approprié car moins stigmatisant.

Note #1.2 sur l'extrait du Bulletin de l'Académie Nationale de Médecine. De la pratique excessive des jeux sur écrans aux addictions | Académie nationale de médecineAcadémie nationale de médecine. Note #1.3 sur Huffpost Healthy Living. Internet Addiction Isn’t An ‘Official’ Diagnosis, But This Center Is Devoted To Treating It. Note #1.4 sur Center for Internet and Technology Addictions. Psychologist - The Center for Internet and Technology Addiction.

About Dr. Greenfield - The Center for Internet & Technology Addiction. Dr. David GreenfieldAssistant Clinical Professor of Psychiatry, University of Connecticut School of Medicine 17 South Highland StreetWest Hartford, CT 06119860-561-8727 Fax: 860-561-8727 www.virtual-addiction.com www.drdavidgreenfield.com Dr. David Greenfield is the founder of The Center for Internet and Technology Addiction (virtual-addiction.com) and an Assistant Clinical Professor of Psychiatry at the University of Connecticut School of Medicine. He is recognized as one of the world’s leading voices on Internet, computer, and digital media behavior, and a pioneer concerning compulsive and addictive use.

He is the author of the Virtual Addiction, which rang an early warning bell with tech overuse when it came out in 1999. Dr. Dr. Dr. Licensure / Certification / Qualifications: Legal Services: • Clinical Member, CATSO-Connecticut Association of Treatment for Sex Offenders Dr. To learn more about Dr. If you are from the media or press and you are interested in a possible interview with Dr. Note #1.5 sur Rapport du Sénat. Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M.

Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Si selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d'effet addictogène, l'addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l'objet en cause, liée à d'autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social...), la cyberdépendance semble prendre de l'importance. 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l'usage excessif ou dépendant du réseau informatique.

Les raisons de cette addiction ne sont pas forcément bien décryptées. Il est certain qu'Internet change le rapport au temps. Selon M. Note #2.1 sur Kaypeesblog. Drifters in Cyberspace – kaypeesblog. I recently came across a cartoon in which a young mother forces her children with an “eat! Or I will change the Wi-Fi password” threat. I admire her. We hardly get our way with that. At home, even the Wi-Fi password is controlled by our tech savvy children. The generation gap of yesteryears has become a technological gap with the millennials leagues ahead of us in matters digital. As per American IT giant CISCO’s technology news site, annual global IP traffic will pass the zettabyte (1000 exabytes) threshold by end of 2016, and will reach 2 zettabytes per year by 2019.

It’s an invasion from the skies. To be fair, the digital revolution has indeed made several aspects of life in India simpler. All disruptive technologies bring in their wake a new set of challenges. Two of the prominent trends are video sharing & online gaming. Sadly, addiction to gaming has been claiming lives. Video sharing or viewing is another ‘trending’ pattern of internet usage. Like this: Like Loading... Note #2.2 sur Center for Internet Addiction. Center for Internet Addiction. Note #3.1 sur "Ce qui nous arrive sur la toile", France Culture. Ce qu'Internet dit de notre psyché. Les rapports entre Internet et notre psychée sont la plupart du temps envisagés sous l’angle de la pathologisation.

En gros, Internet altérerait notre santé mentale. Des études très sérieuses nous disent par exemple que les réseaux sociaux nous rendent dépressifs (les gens ayant tendance à publiciser plus volontiers les événements heureux de leur vie, nous passerions notre temps à comparer notre vie à cette masses d’événements heureux provenant de partout et, forcément, à la trouver pourrie). Le problème, c’est qu’on trouve des études tout aussi sérieuses qui disent exactement l’inverse. J’ai été frappé par une autre étude publiée il y a un an et demi aux Etats-Unis. Menée sur un panel d’étudiants américains, elle montrait que l’on pouvait déduire une tendance dépressive à partir de nos pratiques numériques.

D’accord, mais quoi ? Je propose donc un exercice. Juste une chose : ne faites pas semblant de ne pas vous souvenir que vous êtes allés regarder des vidéos cochonnes. Note #3.2 sur Science Daily. Warning labels should be introduced to prevent digital addiction, research suggests -- ScienceDaily. Warning labels and messages should be introduced on digital devices to encourage responsible usage and prevent digital addiction, according to Bournemouth University (BU) research. The researchers believe labels and messages are required to help people adjust their usage of digital devices and raise awareness of potential side effects and addictive behaviours. A study by software experts and psychologists from BU found that more than 80 per cent of participants believed digital warning labels were a good idea, and would encourage users to adapt their use of digital devices and social networking sites.

Dr Raian Ali, a Senior Lecturer in Computing at BU, said: "Research has shown that excessive and obsessive usage and preoccupation about technology are associated with undesirable behaviours such as reduced creativity, depression and disconnection from reality. "While tobacco and alcohol cannot tell their 'users' to stop, software fortunately can.

Échanges et collaborations avec pairs

Scientists Study Nomophobia—Fear of Being without a Mobile Phone. My dependence on devices reached an embarrassing low recently. As I hurried to leave for work one morning, I patted my back pocket and realized I did not have my phone. Seconds later, in a fully automatic behavioral response, I patted my back pocket again, this time reaching for my phone in order to help find my phone.

Shame washed over me as I realized the thought process I had just went through: “I don’t know where my phone is! I’ll just get my phone to help me find it.” This unfortunate incident reveals two important aspects of what new research has called “nomophobia” (or, no-mobile-phone-phobia): (1) the feelings of anxiety or distress that some people experience when not having their phone (“I don’t know where my phone is!)

It’s hard to study a phenomenon like nomophobia, though, if you don’t have a good measurement of it. Participants in a separate study then responded to these items on 1-7 scales ranging from strongly disagree to strongly agree. Extreme Digital Addiction Is Destroying Kids' Lives Around the Globe. With children in all corners of the globe immersed in technology from ever-younger ages, it’s about time we reflected on the startling impact this is having on their development. It’s only by acknowledging the harm that digital addiction is having on our young population that we can understand how to best protect future generations.

According to The Conversation, it was back in 2006 that the American Journal of Psychiatry pushed for digital addiction to be more formally recognized. Since then, plenty of research on the topic of effects, recognition, and treatment of digital addiction, has been conducted by specialists in various fields. Unsurprisingly, denials of the pervasiveness of digital addiction throughout this body of research are almost impossible to find. Instead, we’re simply treated to the addition of various new terms and abbreviations to our lexicon, including: Denying the problems we face when it comes to our children’s addiction to technology is foolish. Misère de notre addiction numérique. Les Etats et les grandes entreprises devraient faire preuve d'une vertu surnaturelle pour ne pas être tentés de tirer profit du fait que nous vivons dans une société où tout est enregistré LE MONDE | 02.01.2014 à 17h21 • Mis à jour le 03.01.2014 à 18h35 | Groupe Marcuse Comment combattre la tyrannie de la surveillance?

L'affaire Snowden, du nom de l'ex-consultant pour l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) à l'origine des fuites sur le programme de surveillance électronique, a révélé l'ampleur du contrôle des citoyens du monde entier. Que faire face à ce phénomène? La cascade de « révélations » sur les programmes de surveillance électronique, déclenchée par Edward Snowden au mois de juillet, continue. Après les classes politiques européennes et la presse, ce sont maintenant des écrivains du monde entier qui s'indignent et réclament l'édiction par l'ONU d'une déclaration des droits de l'homme numérique (« Refusons la société de surveillance !

», Le Monde daté 11 décembre). E03 - Présence éducative sur Internet. Attention bias modification treatment in depressed adolescents -- ScienceDaily. A study to be published in the March 2016 issue of the Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (JAACAP) reports that adolescents with major depression who performed a computer-based task designed to shift attention from sad to neutral to positive word associations showed reductions in negative attention biases and clinician-rated depressive symptoms. 11% of American adolescents suffer from Major Depressive Disorder (MDD). Facing a broad range of psychosocial and health problems, these youths are five times more at risk to attempt suicide than peers without psychiatric illness.

A novel computer-based task, attention bias modification (ABM), designed to shift attention away from negative stimuli, was found to reduce depressive symptoms in adults. A group of researchers led by Dr. Wenhui Yang of Hunan Normal University, examined the short- and long-term effects of ABM tasks in 45 adolescents with MDD, selected from a school population (n=2731). Les cyber drogués.

«Parfois, je commence à jouer à 6 heures du soir et, soudain, il est 9 heures du matin. Si je pouvais arrêter le temps pour continuer à jouer, je le ferais.» Martin a 35 ans et une allure de garçon sage. Enfant, il a été adopté par une famille aisée. Il vit, à ce jour, de squat en squat. Chez les «cyberdépendants», «on retrouve le même type de mécanismes que dans les cas de boulimie, d'achats ou de pratiques sportives compulsifs, d'abus d'alcool et de sexe», poursuit ce praticien qui avoue «défricher pour l'instant ce type de comportement». «Syndrome carrefour.» «Certains se plaignent au bout d'une heure et sont obligés d'arrêter la machine parce que ça leur fait mal. Affronter une machine.

On peut aussi parler d'une «insatisfaction par rapport aux désirs initiaux, poursuit Lowenstein, on veut toujours plus». Hors du réel. Ces histoires ont toutes pour noeud commun une énorme souffrance, et un désir de se situer hors du réel. Une fois le diagnostic posé, que faire ? Photos BRUNO CHAROY.