background preloader

Les abeilles en danger

Facebook Twitter

Terre d'Abeilles - accueil. Agriculture, biodiversité et abeilles - la biodiversité, c'est l'affaire de tous. Institut Technique et Scientifique de l'Apiculture et la Pollinisation. Stéphane Le Foll veut réduire l'usage des pesticides de 50 % en 10 ans. L'Union européenne va interdire trois pesticides tueurs d'abeilles. BRUXELLES (AFP) - Trois insecticides mortels pour les abeilles vont être interdits d'utilisation dans l'UE pendant deux ans à compter du mois de décembre, a annoncé lundi la Commission européenne à l'issue d'un vote serré qui a reflété les fortes pressions de l'industrie et des lobbies agricoles.

L'Union européenne va interdire trois pesticides tueurs d'abeilles

Quinze pays, dont la France et l'Allemagne, ont voté en faveur de cette interdiction. Huit, dont le Royaume-Uni, l'Italie et la Hongrie, ont voté contre et quatre, dont l'Irlande, présidente en exercice de l'UE, se sont abstenus. Cette division n'a pas permis de recueillir une majorité en faveur ou contre l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles, mais avec 187 voix pour l'interdiction et 125 voix contre et 33 abstentions, la Commission a tout de même le pouvoir d'interdire leur usage.

La décision d'interdire les pesticides sera annoncée "dans les prochaines semaines", a annoncé le commissaire en charge du dossier, le Maltais Tonio Borg. Les causes de la disparition des abeilles. Résumé Le rôle des pesticides néo-nicotinoïdes a été longtemps controversé dans le syndrome de l'effondrement des colonies d'abeilles ou CCD (Colonies Collapse Disorder).

Les causes de la disparition des abeilles

En 2009 l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, a remis en cause les études scientifiques qui les incriminaient. Puis, des travaux de scientifiques américains ont mis en évidence le rôle des pesticides dans le développement des maladies chez l'abeille. Et à l'INRA des chercheurs français ont prouvé que la synergie de multiples pesticides néo-nicotinoïdes, à doses infimes, affaiblissent l'immunité de l'abeille. La réponse au déclin des abeilles pourrait donc être la suppression des pesticides dans l'agriculture. Si vous rencontrez des problèmes pour visionner la vidéo, cliquez ici Cursus - Tle générale / Sciences de la vie et de la Terre. Les abeilles en dangers, de nombreux facteurs sont mis en cause. Les abeilles en dangers, de nombreux facteurs sont mis en cause , Des produits chimiques à la pollution atmosphérique, un nouveau rapport du PNUE pointe de multiples facteurs pour expliquer la disparition progressive de ces pollinisateurs Genève/Nairobi, le 10 mars 2011 - Plus d'une douzaine de facteurs (allant de la diminution globale du nombre de plantes à fleurs et de l'utilisation d'insecticides nocifs pour la mémoire des abeilles à la propagation des ravageurs et de la pollution atmosphérique dans le monde entier) pourraient se cacher derrière le déclin des colonies d'abeilles observé dans de nombreuses régions du globe.

Les abeilles en dangers, de nombreux facteurs sont mis en cause

Les scientifiques tirent la sonnette d'alarme. Sans de profonds changements dans la façon dont l'être humain gère la planète, la disparition des pollinisateurs, indispensable pour assurer la sécurité alimentaire d'une population mondiale grandissante, risque malheureusement de continuer. Les abeilles et l'économie verte par la nature du monde entier. Le Dr. Cri d’alerte contre les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo L’interdiction des néonicotinoïdes – ces pesticides qui contribuent notamment à décimer les abeilles – devient un sujet récurrent à l’Assemblée nationale.

Cri d’alerte contre les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles

Mercredi 24 juin, Delphine Batho, Gérard Bapt et Jean-Paul Chanteguet, trois députés socialistes à la pointe de ce combat, ont poussé un nouveau cri d’alerte à l’occasion d’un forum citoyen réuni à leur initiative. Le 19 mars 2015, ils étaient déjà parvenus à faire voter dans l’hémicycle un amendement lors de l’examen du projet de loi sur la biodiversité, stipulant tout simplement que « l’usage des produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes [serait] interdit à compter du 1er janvier 2016. » Seulement, voter n’est pas adopter, surtout lorsqu’une résolution de cette nature n’est pas soutenue par le gouvernement. En février, elle n’avait, en outre, pas obtenu de majorité au Sénat, où elle était défendue par le sénateur Joël Labbé (EE-LV). Le déclin des abeilles.