background preloader

Développement enfant - Santé

Facebook Twitter

Conférence nationale du handicap 2016 : un point d'étape positif pour l'école inclusive. La Conférence nationale du handicap est une opportunité pour le président de la République et le gouvernement de rappeler notre engagement en faveur d’une société plus inclusive.

Conférence nationale du handicap 2016 : un point d'étape positif pour l'école inclusive

Conférence nationale du handicap 2016 : un point d'étape positif pour l'école inclusive. “Beaucoup de profs veulent aider leurs élèves dys, mais ils ne savent pas comment” Prof de lettres en lycée, Celia Guerrieri est dyscalculique.

“Beaucoup de profs veulent aider leurs élèves dys, mais ils ne savent pas comment”

Elle a conçu deux "guides de survie", pour les lycéens dys, et pour les enseignants. Interview. Celia Guerrieri.

UE 81

Ecole inclusive : il faut « repenser la formation des enseignants » (Cnesco) Le Cnesco dresse un bilan "en demi-teinte" de l'inclusion à l'Ecole.

Ecole inclusive : il faut « repenser la formation des enseignants » (Cnesco)

Il préconise l'usage d'outils pédagogiques adaptés, mais aussi une "formation repensée" des enseignants. Suite à une conférence de comparaisons internationales sur « l’école inclusive », qui a eu lieu les 28 et 29 janvier 2016 à Paris, le Cnesco a présenté le 11 février ses préconisations pour une « meilleure école pour les élèves en situation de handicap ». Inclusion en France : un constat « en demi-teinte » Si elle constate qu’entre 2005 et 2015, des « progrès fulgurants » ont été accomplis en France en matière d’inclusion, l’instance d’évaluation dresse un « constat en demi-teinte ».

Dys : « les troubles ne sont pas assez connus des profs » Comment mieux accompagner ses élèves dys ?

Dys : « les troubles ne sont pas assez connus des profs »

Le point avec Isabelle Ducos-Filippi, prof de lettres classiques en collège, et chargée de mission pour les TSLA. Isabelle Ducos-Filippi est enseignante de lettres classiques au Collège Les Hyverneaux, à Lésigny, en Seine-et-Marne et chargée de mission pour les troubles du langage et de l’apprentissage (TSLA) dans l’académie de Créteil. Comment êtes-vous devenue formatrice Dys ? J’enseigne depuis 1986. Comme tous les enseignants, en classe ordinaire, j’ai eu et je continue à avoir des élèves dys. Vous ne vous sentiez pas bien formée ? Dans la formation initiale telle que je l’ai connue il y a 30 ans, il n’y avait rien sur la prise en charge des dys. Toujours est-il que je ne me sentais pas assez formée, et que j’ai voulu me spécialiser. Quand on parle de “dys” en milieu ordinaire, de quels troubles parlons-nous ?

Cette terminologie est importante. Quelle est la chance pour un enseignant d’avoir un élève TSLA dans sa classe ? Fabien Soyez. Le Cartable Fantastique : des outils pour adapter les exercices à la dyspraxie. Le Cartable Fantastique propose des outils numériques aux enseignants, afin d'aider les élèves dyspraxiques.

Le Cartable Fantastique : des outils pour adapter les exercices à la dyspraxie

Ils permettent d'adapter les exercices. © S.Kobold – Fotolia En 2009, Caroline Huron, chercheuse en sciences cognitives à l’INSERM, imagine avec une enseignante de CE1, un projet pour adapter les ressources scolaires aux élèves dyspraxiques. La dyspraxie est un trouble de la coordination, de la programmation et de l’automatisation des gestes volontaires, générant fatigue ou incapacité à exécuter des doubles tâches, comme écrire et écouter. “Lors de mes travaux de recherche sur ce handicap, j’ai constaté que les enfants qui en souffrent ont un quotidien scolaire très douloureux”, se souvient la chercheuse. Jeux dangereux : 4 enfants sur 10 en ont déjà pratiqué.

Une étude rendue par la Société française de pédiatrie révèle que les enfants connaissent très bien les jeux dangereux. 4 écoliers sur 10 avouent y avoir déjà joué. © Monkey Business – Fotolia.com Quand l’amusement tourne au drame… Entre 2000 et 2013, les jeux dangereux dits « du foulard » « du rêve indien » ou encore « de la tomate » ont engendré une dizaine de décès par an.

Jeux dangereux : 4 enfants sur 10 en ont déjà pratiqué

La Société française de pédiatrie vient de rendre les résultats d’une enquête menée auprès d’élèves de CE1 et de CE2 de vingt-cinq écoles de la région toulousaine , et les résultats sont accablants. En effet, 71 % des écoliers connaissent au moins un jeu d’asphyxie ou d’étranglement. Que fait l’Education nationale face à l’enfant très violent en maternelle ? En maternelle, certaines équipes pédagogiques sont confrontées à des enfants très violents.

Que fait l’Education nationale face à l’enfant très violent en maternelle ?

Dans cette situation, que fait l’Education nationale ? Patricia Garouste, psychologue scolaire et membre de l’AFPEN, nous répond. Faut-il retarder l'entrée à l'école à 7 ans ? Retarder l'entrée à l'école à 7 ans fait-il finalement gagner du temps ?

Faut-il retarder l'entrée à l'école à 7 ans ?

C'est ce que laisse entendre une étude réalisée par Thomas Dee, un professeur de la prestigieuse université Stanford en Californie. MENE1517117C. La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République fixe au système éducatif un objectif ambitieux : celui de la réussite de tous les élèves.

MENE1517117C

L'article L. 111-1 du code de l'éducation prévoit que « le service public de l'éducation [...] contribue à l'égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative [...]. Il veille à l'inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Il veille également à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements d'enseignement [...]. MENE1517115A. Article 1 - Les visites médicales et de dépistage obligatoires prévues à l'article L. 541-1 du code de l'éducation ont lieu au cours de la sixième année et de la douzième année de l'enfant.

MENE1517115A

Au cours de la sixième année, la visite comprend un dépistage des troubles spécifiques du langage et de l'apprentissage. Trois questions sur... L'hyperactivité.