background preloader

34. LES DEFAILLANCES DU MARCHE.

Facebook Twitter

Pollution : les grandes villes étouffent. Si les mesures de circulation alternée ont été levées à Paris et Lyon pour le week-end, le pic de pollution aux particules fines a montré une nouvelle fois que les grandes villes étaient particulièrement menacées par ce phénomène qui devient récurrent.

Pollution : les grandes villes étouffent

Pour les médecins, cette pollution est clairement un facteur déclencheur ou aggravant pour de nombreuses pathologies respiratoires. A Lyon et Villeurbanne (Rhône), la circulation alternée était testée pour la première fois vendredi 9 décembre, à la surprise de la plupart des automobilistes, peu accoutumés à la mise en place de mesures telles que celle-ci, habituellement réservée à Paris et sa banlieue. D'autres grandes villes françaises comme Rouen ont, de leur côté, abaissé de 20 km/h la vitesse maximale afin de limiter les risques d'atteinte du seuil d'alerte. Le JT Soir 3 du vendredi 9 décembre 2016 L'intégrale. Pollution : quels moyens de lutte ? Si la capitale française opte ponctuellement pour la mise en place de la circulation alternée, d'autres grandes villes ont depuis longtemps pérennisé cette mesure.

Pollution : quels moyens de lutte ?

C'est le cas à Athènes depuis les années 80, où elle est en vigueur pendant 9 mois, de septembre au début de l'été. Berlin, de son côté, a choisi d'instaurer des zones environnementales avec un système de vignettes permettant à certains véhicules seulement de circuler. C'est ce que la maire de Paris Anne Hidalgo a décidé de mettre en place dès 2017. Au Japon, pays très touché par la pollution, les mesures sont encore plus radicales. Le diesel y a purement et simplement été interdit depuis 2001, chose qu'Anne Hidalgo souhaiterait également appliquer à Paris dans un futur proche. Le JT JT de 8h du vendredi 9 décembre 2016 L'intégrale.

INFOGRAPHIE. Quels sont les effets de la pollution sur votre corps ? Savoir, recherche et bien public. 13h15, le dimanche Soigneurs de terres France 2 2016 01 31 13 20. Pollution : chaque année, un coût de 101,3 milliards d’euros à la France. Une commission d’enquête du Sénat donne pour la première fois une évaluation de la charge économique et financière de la mauvaise qualité de l’air.

Pollution : chaque année, un coût de 101,3 milliards d’euros à la France

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout La pollution de l’air en France coûte chaque année 101,3 milliards d’euros. Deux fois plus que le tabac (47 milliards d’euros). La commission d’enquête sénatoriale, présidée par le sénateur (Les Républicains) de Meurthe-et-Moselle Jean-François Husson, a rendu publique, mercredi 15 juillet, son estimation de la charge financière globale de la mauvaise qualité de l’air. L’évaluation inédite intègre non seulement les dommages sanitaires de la pollution, mais également ses conséquences sur les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture.

Après la publication du document, la ministre de l'écologie Ségolène Royal a promis des « mesures extrêmement fermes » dès « la semaine prochaine ». « Je vais rendre publiques les décisions que l'Etat va prendre. Pourquoi la dette allemande surpasse la dette grecque. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart La chronique planète.

Pourquoi la dette allemande surpasse la dette grecque

On sait qu’Athènes doit à ses créanciers une somme de près de 320 milliards d’euros ; on sait qu’elle a fait défaut vis-à-vis du Fonds monétaire international ; on sait, enfin, que les Grecs ont largement rejeté, dimanche 5 juillet, les exigences de leurs créanciers. Tout cela, personne ne l’ignore. Un fait plus discret est que la vertueuse et intransigeante Allemagne traîne elle aussi quelques impayés, dont il n’est pas déraisonnable de penser qu’ils surpassent de très loin l’ardoise grecque.

Et on ne parle pas ici de l’Allemagne exsangue de l’après-guerre. Externalités négatives Pour comprendre la nature de cette « dette » allemande, il faut se pencher sur un numéro récent du Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism (JCEM). Les dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques coûtent 157 milliards d’euros par an à l’Europe. Les étiquettes des produits alimentaires diront-elles ce que nous mangeons ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Des notes sur les aliments pour mieux faire ses courses ?

Les étiquettes des produits alimentaires diront-elles ce que nous mangeons ?

Alors que la loi santé est discutée mardi 31 mars à l'Assemblée, des logos de différentes couleurs, selon leur qualité nutritionnelle, pourraient faire leur apparition sur les produits industriels. Au grand dam des professionnels du secteur, qui ont dénoncé un « simulacre de dialogue » quand Marisol Touraine, ministre de la santé, a lancé le 26 mars une concertation sur le sujet. L'Association nationale des industries alimentaires (ANIA) a regretté un projet « simpliste et stigmatisant ».

Concrètement, il s'agit de mettre en place des logos de cinq couleurs (vert, jaune, orange, rose, rouge), elles-mêmes liées à des notes A, B, C, D et E, prenant en compte différents paramètres comme la teneur en sucre, en lipides, en graisses saturées et en sel. LyceeGT Ressources SES 1 eco 3 4 principales defaillances marche 184842. L'asymétrie d'information. L’asymétrie d’information permet d’analyser des comportements et des situations courantes de l’économie de marché.

L'asymétrie d'information

Le plus clair du temps, on constate que sur un marché, un des deux acteurs dispose d’une meilleure information, il en sait plus que l’autre sur les conditions de l’échange (qualité du produit, travail fourni…). Cela contredit donc l’hypothèse de transparence de l’information du modèle standard de concurrence pure et parfaite. Des individus rationnels qui maximisent leur utilité, sont donc prêts à avoir des comportements opportunistes qui risquent de compromettre le fonctionnement efficace du marché. Antisélection et aléa moral L’antisélection L’antisélection est due à un problème d’asymétrie d’information qui se déclare au moment de la signature du contrat (ex-ante). Le prix n’est plus un parfait signal de la valeur du bien, puisque, pour un même prix, il est possible d’obtenir des biens de qualités différentes.

Le prix ne peut plus jouer son rôle d’information.