background preloader

Article sur le lexiques des migrations

Facebook Twitter

Frontière. L’origine du mot frontière vient de front, un terme militaire, qui désigne la zone de contact avec une armée ennemie.

Frontière

Cette ligne sinueuse et fluctuante évolue en fonction des rapports de forces en présence. À partir du XVIIe siècle, la frontière devient progressivement une ligne bornée, limite entre deux États. La frontière prend un sens plus politique lors de la construction des États-nations et s’appuie alors sur le concept de frontière naturelle : la limite d’un territoire est d’autant plus lisible et facile à contrôler qu’elle repose sur un obstacle physique. La frontière devient une ligne au tracé parfois artificiel sur le terrain et faisant l’objet d’arrangements. Sa présence est cependant légitimée par le concept de frontière naturelle. La frontière est alors associée à un système de contrôle puissant plus ou moins explicite (système de défense, contrôle douanier, etc.) dont l’objet premier est de protéger, mais aussi de laisser circuler en filtrant et en prélevant.

Organisation internationale pour les migrations. HCR - Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne relative à la politique communautaire en matière d'immigration (COM (2000) 757 final) OFII - Office Français de l’Immigration et de l’Intégration. Migration pendulaire. La migration pendulaire est un phénomène caractéristique des grands ensembles urbains et de la division spatiale des activités.

Migration pendulaire

L’expression désigne les déplacements quotidiens des personnes de leur domicile à leur lieu de travail et inversement. Les plages horaires déterminées justifient le qualificatif pendulaire. Ces personnes sont désignées sous le nom de navetteur (de : qui fait la navette). Ce terme, originaire du français de Belgique, est également utilisé en Suisse et plus récemment en France[1] où il convient de noter qu'il demeure très rare. Ce phénomène peut recouvrir différentes réalités sociales, économiques ou fiscales. Les lieux où sont concentrés les emplois sont généralement situés au centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. De nombreux problèmes sont liés à ces migrations pendulaires, car ces déplacements se font généralement en automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. La Toupie. Résultat : pays accueil.

Migrations et liens au « pays d’origine » : l’exemple des Maliens en France - Grotius International. Lila Belkacem anime « l’atelier Migrations » de l’EHESS, auquel Grotius International et l’institut Panos se sont associés.

Migrations et liens au « pays d’origine » : l’exemple des Maliens en France - Grotius International

Elle travaille sur les processus de construction du rapport aux « origines » et au « pays d’origine » de descendants d’immigrants ouest-africains élevés en France, et va prochainement rendre sa thèse intitulée L’enfant perdu et le « pays d’origine » des parents. Expériences (migratoires) de descendants d’immigrants ouest-africains en France et au Mali[1]. Alice Corbet : Quelle est l’ampleur de la migration malienne en France ?

Pourquoi tant de Maliens viennent-ils ici ? Lila Belkacem : Les statistiques disponibles ne permettent pas de quantifier avec précision la présence malienne en France, les chiffres différant notamment selon le nombre estimé de personnes en « situation irrégulière ». Alice Corbet : Quels liens ces migrants gardent-ils alors avec leur pays d’origine ? Migreurop lance le site participatif closethecamps.org :<br />une cartographie pour dénoncer l’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà [Actions collectives] 393.

Migreurop lance le site participatif closethecamps.org :<br />une cartographie pour dénoncer l’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà [Actions collectives]

C’est le nombre de camps fermés pour étranger-e-s apparaissant sur le site closethecamps.org. Recensés dans les pays de l’Union européenne (UE), les pays candidats à l’adhésion à l’UE, ceux éligibles à la politique européenne de voisinage (PEV) voire les États qui collaborent à la politique migratoire européenne, ces camps ont tous été opérationnels entre 2011 et 2013. Ces chiffres ne révèlent que l’enfermement en camps fermés [1] (où la privation de liberté des personnes étranger-e-s est totale), des espaces qui sont emblématiques de nombreuses violations des droits fondamentaux des populations migrantes. Depuis plus de 10 ans, Migreurop recense et documente ce phénomène. Afin de mettre en lumière cette réalité complexe et multiple et de sensibiliser le plus grand nombre de personnes à ces questions, le réseau s’appuie notamment sur l’outil cartographique.