background preloader

Kahinabahouche92

Facebook Twitter

kahina bahouche

Grève à l'AP-HP: Tout comprendre au chantier complexe de la réforme du temps de travail à l'hôpital. AP-HP « On a besoin de nos RTT pour récupérer. « On travaille dans des conditions de merde. » Si elle n’emploie pas des termes aussi crus que sa collègue Chloé, Zeina n’en pense pas moins.

AP-HP « On a besoin de nos RTT pour récupérer

Infirmière au service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Avicenne (Bobigny, en Seine-Saint-Denis), un des trente-huit établissements de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), cette jeune femme de 29 ans faisait partie, jeudi, des milliers d’agents qui ont battu le pavé parisien pour protester contre le plan Hirsch. Selon les syndicats, 8 000 opposants au projet de réorganisation du travail dans les hôpitaux de l’AP-HP se sont rassemblés en fin de matinée devant le siège, avenue Victoria, avant de défiler en direction du ministère de la Santé.

Gréviste mais assignée lors de la manifestation du 21 mai, Zeina est venue jeudi, sur son jour de repos. Les syndicats avaient alerté les autorités sur le manque d'effectifs - 27 décembre 2008. Des syndicats de médecins et infirmiers ont indiqué vendredi 26 décembre avoir alerté les autorités des risques liés au manque de personnel dans les hôpitaux, des mois avant la mort mercredi d'un enfant à l'hôpital après une perfusion erronée.

Les syndicats avaient alerté les autorités sur le manque d'effectifs - 27 décembre 2008

"On aimerait que les choses restent sur une dimension humaine parce que, sur ce dossier là, nous avions prévenu l'AP-HP [l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, ndlr] en général et Saint-Vincent en particulier. Il y a eu une procédure d'alerte pour danger grave et imminent déposée", a déclaré à l'AFP Rose-May Rousseau de la CGT, premier syndicat de l'AP-HP dont dépend Saint-Vincent de Paul, où est mort l'enfant. Avec la grippe, les urgences saturées : "c'est la chute d'un système de santé"

Les services d'urgences sont débordés face à l'épidémie de grippe qui sévit en France.

Avec la grippe, les urgences saturées : "c'est la chute d'un système de santé"

Mais pour Gérald Kierzek, médecin urgentiste et consultant pour Europe 1, cet engorgement n'est pas dû à la nature même de l'épidémie. "La grippe n'est pas plus virulente que les autres années", assure-t-il. Des hôpitaux publics en quête de médecins - La Croix. Faute de pouvoir recruter des médecins, la maternité de Pithiviers (Loiret) est actuellement menacée de fermeture.

Des hôpitaux publics en quête de médecins - La Croix

De plus en plus d’hôpitaux, y compris parmi les plus prestigieux, ont des difficultés pour attirer ou pour garder leurs praticiens. C’est l’histoire d’un petit hôpital qui se bat pour sauver sa maternité. Temps de travail à l’hôpital : les internes sous pression. Repos de sécurité, semaines de 48h : c’est ce que prévoit, entre autres, la réglementation pour "ménager" les internes de médecine.

Temps de travail à l’hôpital : les internes sous pression

Mais dans les faits, les futurs médecins sont bien loin du compte. En 2013, la Commission européenne avait épinglé la France où les internes enchaînent les semaines de plus de 60 heures. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait alors clamé que ceux-ci ne devaient plus être "corvéables à merci". Officiellement, depuis le 1er mai 2015, l’emploi du temps des internes est ainsi passé de 11 demi-journées de travail par semaine, en moyenne par trimestre, à 10, dont 8 à l’hôpital (contre 9 auparavant).

35 heures : ce qui coince à l'AP-HP. C'est une quasi-première : tous les syndicats des hôpitaux de Paris avaient appelé à la grève jeudi.

35 heures : ce qui coince à l'AP-HP

Entre 6.000 à 8.000 agents grévistes, vêtus de blouses blanches, ont répondu à l'appel et se sont rassemblés en fin de matinée devant le siège de l'AP-HP. "Cela fait longtemps que l'on n'avait pas vu une telle mobilisation", a commenté Yann Flecher, délégué CGT, à l'AFP. Le patron de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP), Martin Hirsch, se heurte aux syndicats à propos des 35 heures.

L'ancien président d'Emmaüs France aimerait diminuer le nombre de RTT des agents, en baissant leur durée journalière de travail, sans baisser leur charge de travail. Une manière selon lui de "préserver l'emploi" et d'économiser quelque "20 millions d'euros". Paris: un médecin se suicide à l'hôpital Georges-Pompidou. Hôpital: Ici on ne soigne plus, on compte. Le malaise, profond, qui explose à Paris touche tous les établissements où on travaille à flux tendus.

Hôpital: Ici on ne soigne plus, on compte

C’est la rentabilité ainsi que les nouvelles restrictions budgétaires, totalement irréalistes, qui priment et menacent 22 000 emplois, dont 4 000 à l’AP-HP. Cet « hôpital entreprise », en s’alignant sur les méthodes du privé, lui prépare de beaux jours. C’était presque le bon temps. Hôpital: un professionnel sur trois en risque de burn out? Le personnel soignant à l'hôpital est-il particulièrement soumis au stress au travail?

Hôpital: un professionnel sur trois en risque de burn out?

La réponse est oui! Un dossier complet dans L'Express publié en janvier 2014 indiquait déjà un niveau élevé - et préoccupant - de burn out et ce, quel que soit le métier pratiqué (médecins, infirmiers, aides-soignantes, sages-femmes, techniciens....). Une étude diffusée le 3 juin et réalisée en septembre 2013, incluant une cohorte représentative et très large (plus de 20 000 personnes) vient confirmer cet état de fait. Le burn-out à l'hôpital Le syndrome d'épuisement professionnel des soignants - broché - Pierre Canouï, Aline Mauranges, Anne Florentin - Achat Livre ou ebook - Achat & prix Fnac. Le burn-out désigne le syndrome d'épuisement des soignants (SEPS), dont la résistance au stress et les stratégies d'adaptation sont particulièrement sollicitées dans la relation au patient et son accompagnement, mais aussi du fait de conditions d'exercice plus éprouvantes qu'auparavant.

Le burn-out à l'hôpital Le syndrome d'épuisement professionnel des soignants - broché - Pierre Canouï, Aline Mauranges, Anne Florentin - Achat Livre ou ebook - Achat & prix Fnac

La détresse du patient est directement liée aux burn-out des soignants, en raison du phénomène de déshumanisation de la relation soignant-soigné, ce qui fait la spécificité de ce syndrome. Les auteurs font le point sur les facteurs de stress spécifiques, sur les stratégies d'adaptation et indiquent les instruments d'évaluation d'un burn-out. Ils accordent ensuite une large part aux réponses institutionnelles et individuelles pour remédier au SEPS, débouchant sur les possibilités de prévention. Hôpital Pompidou : sept médecins portent plainte pour fichier illégal. La direction de l'Hôpital européen Georges Pompidou a recensé le temps d'occupation des blocs opératoires, créant un vif émoi en interne.

Hôpital Pompidou : sept médecins portent plainte pour fichier illégal

Des chirurgiens ont saisi le procureur de la République. C'est un fait rarissime. « Des journées sans boire, sans manger » : le ras-le-bol infirmier. Mardi, des manifestations sont prévues dans tout le pays pour dénoncer la dégradation des conditions de travail des personnels hospitaliers. LE MONDE | • Mis à jour le | Par François Béguin Elles se disent « amères », « épuisées » et « en colère ». Les infirmières sont appelées à manifester, mardi 8 novembre, aux côtés des aides-soignantes et des personnels non médicaux des hôpitaux publics, pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. « Ce sont les premières victimes des économies majeures que l’on demande aux hôpitaux pour rétablir les comptes de la Sécurité sociale », explique Nathalie Depoire, présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI), l’une des seize organisations professionnelles à appeler à la grève mardi 8 novembre. Lire aussi : « Le déficit de la “Sécu” n’a jamais été aussi bas depuis 2001 » « Course contre la montre »

Grève à l'hôpital Saint-Louis à Paris. Une centaine de personnes travaillant dans quatre services de l'hôpital Saint-Louis à Paris étaient en grève vendredi contre la réorganisation de leur temps de travail, a-t-on appris de source syndicale. "Plus de 70% du personnel" employé dans les services des "urgences, soins post-opératoires intensifs, radiologie et anesthésie des blocs opératoires" a été assigné, soit une centaine de personnes, a indiqué Gilles Damez, secrétaire FO.

Le syndicat a déposé un référé auprès du tribunal administratif "pour assignation abusive", relatif à la journée du 1er septembre. Mais le tribunal a "refusé de statuer" vendredi, estimant qu'il ne pouvait "se positionner sur un problème antérieur", a déploré Gilles Damez. Le mécontentement des grévistes est motivé par l'instauration de la réforme du temps de travail. Hôpital : infirmiers et personnels soignants se mettent en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Retrouvez ici l'intégralité de notre live #HOPITAL 17h01 : La ministre de la Santé réfute avoir réduit les budgets et les postes dans l'hôpital public.

"Nous avons créé 31 000 postes à l'hôpital public depuis 2012", a lancé Marisol Touraine en réponse à une question d'un député de l'opposition à l'Assemblée. 16h56 : A Paris, le cortège de 3 500 manifestants, selon la préfecture de police, scindé entre intersyndicale et organisations professionnelles, a rejoint à la mi-journée le ministère de la Santé. 16h54 : Infirmière depuis 27 ans, j'ai bien vu ma situation se dégrader depuis quelques années : heures supplémentaires difficilement récupérables, travail en sous-effectif, manque de moyens, surmenage, fatigue qui s'accumule, etc... mais pour votre plus grand bien, nous soignons encore et toujours nos patients et avec le sourire 😊 mais cela durera-t-il ??

16h54 : De tout cœur avec le personnel hospitalier !