background preloader

PhiloWeb

Facebook Twitter

Valorisation du patrimoine et numérique. Mercredi 19 octobre 2016 Salle triangle IRI Centre Pompidou - Paris Que le numérique soit utilisé pour valoriser un patrimoine existant ou qu’il s’agisse de mettre en valeur un patrimoine "nativement" numérique, on sait désormais que les intersections et croisements ne manquent pas entre patrimoine et numérique.

Valorisation du patrimoine et numérique

À l’ère des Humanités digitales et des pratiques collaboratives telles que le crowdsourcing qui réunissent chercheurs et publics amateurs autour d’un même intérêt, la patrimonialisation de corpus documentaires ou de patrimoines immatériels semble même accélérée par leur numérisation, leur circulation et leur diffusion sur les différents supports et infrastructures numériques. Les outils conçus hybrident même parfois conservation, étude et valorisation au sein de dispositifs info-communicationnels complexes et multiples (bases de données en ligne, plateforme de recueil et de description, etc.).

Programme (en cours de finalisation) : - 12h30-14h00 : Pause déjeuner Organisé par : Temps et temporalités du Web. Argumentaire Si le fonctionnement en temps réel, la promesse de l’instantanéité et l’accélération continue des échanges sont des éléments récurrents des discours fondateurs sur les « nouvelles technologies de l’information et de la communication », force est de constater que celles-ci n’ont aboli ni le temps ni l’espace.

Temps et temporalités du Web

Bien au contraire, les rapports différenciés au temps se sont multipliés et structurent l’expérience contemporaine du numérique : enchâssées dans la longue durée se succèdent les « révolutions » ininterrompues de la technique, tandis que dissimulée derrière l’éphémère du fil de discussion se cache la permanence des données répliquées, et derrière les soubresauts de la toile et des réseaux socionumériques la complexité de l’événement.

Programme Mardi 1er décembre 2015 13h – Accueil 13h30 – Introduction (salle RDC) Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne, directeur de l’ISCC, France) et Valérie Schafer (ISCC, France) 14h à 14h45 – Keynote (salle RDC) 16h à 16h15 – Pause. Identité numérique, traçabilité, droit à l'oubli by CLEMI Bordeaux on Prezi. Conférence "Les supports du jeu vidéo" Appel à contributions pour la 4ème édition desGame Studies ?

Conférence "Les supports du jeu vidéo"

À la française ! #GSALF2015, juin 2015 Une conférence de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Sociales www.omnsh.org organisée par Manuel Boutet, Brice Roy, Vinciane Zabban et Vincent Berry La quatrième édition des GSALF En 2011, l'association OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines) inaugurait un événement désormais annuel, les "Game Studies ? L'appel à contributions 2015 : Les supports du jeu vidéo Les 15 dernières années ont vu se développer de manière considérable discours et de travaux sur le jeu vidéo.

La notion de « support » vise ici à ouvrir un chantier résolument interdisciplinaire d’enquête sur ce qui donne consistance au jeu, et donc interroger tout autant les ma-tières, que les symboles, les inscriptions, les institutions du jeu, etc. On le voit, la question des « supports » du jeu est pour nous une question nécessaire-ment ouverte. 1. 2. 3. 4. 5.

Consignes. «Un enfant ne peut pas s'autoréguler sur internet» - 22/01/2015 - LaDepeche.fr. Médecin psychiatre, psychologue et psychanalyste, Serge Tisseron participe aujourd'hui à une conférence-débat, au centre Henri Desbals à Toulouse, sur le thème : «Ce qui se joue derrière les écrans» (1).

«Un enfant ne peut pas s'autoréguler sur internet» - 22/01/2015 - LaDepeche.fr

Entretien. Comment réguler l'appétit, parfois insatiable des enfants pour les écrans ? Un enfant ne peut pas s'autoréguler. On ne met pas un saladier de mousse au chocolat au milieu d'une tablée d'enfants. Ils en mangeraient à s'en rendre malade. En 2007, vous avez lancé une pétition contre la télé pour les enfants de moins de 3 ans. Pas du tout. Pourquoi ? Ce n'est pas la tablette qu'il va vouloir. “L’Uberisme est un thatcherisme” Antonio Casilli est maître de conférences en sociologie à Télécom Paris-Tech.

“L’Uberisme est un thatcherisme”

Auteur des Liaisons Numériques, il dénonce la récupération marchande de la culture du partage par les entreprises comme Uber ou Airbnb, qui remettent en question le droit du travail. Propos recueillis par Ania Nussbaum et Florian Reynaud Les entreprises comme Uber se réclament de l’ « économie du partage ». Ne sont-elles pas l’aboutissement des logiques capitalistes ? L’Uberisme est un thatchérisme. Comme Thatcher, Uber prétend s’attaquer au corporatisme, celui des taxis. Les travailleurs eux-même ne sont-ils pas en demande de ces petits jobs trouvés via des applications sur internet ? Tout le monde est tellement paupérisé que, finalement, bosser pour Uber et avoir un petit complément de revenus devient intéressant.

Certains disent apprécier la flexibilité offerte par ces applications. La flexibilité est le mensonge ultime. Michel Serres, l'ordinateur et la tête de Saint Denis. Antonio Casilli : peut-on encore aimer Internet ?