background preloader

Journalisme et experts extérieurs

Facebook Twitter

Journées de l'économie : Les personnes. France 2 Presse économique Présentation CV1987 à 1992 : Reporter à La Cinq.1992 à 1995 : Reporter à France 31995 à 1998 : Reporter au service Economie de France 21998 à 2002 : Chef du service Economie de France 22003 à 2005 : Spécialiste des questions Européennes à France 22005 à 2007 : Envoyé spécial permanent auprès des Institutions Européennes à BruxellesDepuis novembre 2007 : Grand reporter au service Economie en charge de la mondialisation.Éditorialiste et présentateur (chroniques et journaux télévisés de Telematin) Formation1984 - 1986 :Centre de formation des Journalistes (CFJ)1981 - 1984 :Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP)1983 - 1984 :Master in Business Administration, Babson College, Mass.USA AutresMembre de l'Institut des Hautes Etudes de l'Entreprise (IHEE).Membre de l'Association des Journalistes Economiques et Financiers(AJEF) Dernière(s) participation(s) aux Jéco.

David Vallat, un repenti contre le djihad - La Croix. « Tous les djihadistes ne sont pas irrécupérables », insiste David Vallat. Sa trajectoire l’atteste. À 25 ans, il voulait « tout canarder ». Deux décennies plus tard, il est chargé d’affaires dans l’industrie, père de famille, grand admirateur de Rousseau et de son Contrat social. > Relire : Recherche « repentis » pour lutter contre l’islamisme Ce Lyonnais de 44 ans aurait pu continuer à mener sa petite vie rangée, dissimulant soigneusement à son patron son passé de djihadiste. Spirale mortifère David Vallat est bien placé pour le savoir. Chargé par l’organisation d’acheminer des armes venues des Balkans, David Vallat assure n’avoir rien su des projets d’attentats du GIA qui ensanglanteront la France à l’été 1995. « Moi, je voulais m’en prendre aux institutions.

Un parcours qui fait écho à celui des djihadistes actuels. Reprise des études derrière les barreaux Son salut, le quadragénaire le doit… à la prison, elle qu’on accuse souvent de concourir au phénomène de radicalisation. Le “sociologue-expert” à la télévision :un sens pour la posture sociologique ? Il y a aussi le fait que c’est une décision que l’on doit prendre très ra­pidement. On doit tout de suite lui répondre oui ou non. Si on dit non, on peut ensuite regretter d’avoir raté une occasion de donner son avis et avoir ensuite la tentation de rappeler et lui dire que tout compte fait […] Moi, ce que je fais souvent, c’est que je dis que ce n’est pas mon domaine, mais qu’on peut cependant dire ceci, je peux cependant dire ça… Et voir si le journaliste accroche ou pas. 41La publication de livres favorise également la reconnaissance de certai­nes compétences. Le fait de disposer de la documentation adéquate est aussi un atout : « Nous avons un service, je dirais, spécial pour eux.

Parce que nous avons des dossiers de presse sur tous les sujets d’actualité. Ça crée un rapport, qui, pour eux, est intéressant parce qu’ils savent qu’il y a des matériaux ici qui sont à leur disposition ». Malheureusement, c’est la première proposition qui est la bonne. Des conditions ? C dans l'air en replay. Contacts presse | France 5 & vous. Direction de la Communication | France 5 & vous. ODI - Céline Martelet RMC (@CelineMartelet) | Twitter. Le grand mercato des experts à la télé. Comme le dit un ancien policier de la sous-direction antiterroriste qui regarde beaucoup le petit écran, "le terrorisme fait vivre davantage de gens qu'il n'en tue". Humour de flic? Tendance de fond, esquissée au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo et vérifiée par le traitement médiatique des attaques du 13 novembre et de la traque qui a suivi. Experts des choses policière, judiciaire, religieuse, militaire, géostratégique, psychologique, médicale, ou parfois d'un peu tout cela en même temps (vu sur BFM TV: un psychanalyste... spécialiste du djihadisme) n'ont jamais tant colonisé les plateaux de télévision.

Entre deux images chaotiques du Bataclan ou de l'assaut de Saint-Denis, leur regard pénétré, leur discours, avec de vrais morceaux d'analyse dedans, leur civilité ronronnante et leur art de la pédagogie ont secouru des Français sidérés, avides de comprendre l'incompréhensible, hypnotisés devant leur poste. De ces marathoniens de l'info, on ne sait finalement pas grand-chose.

Attentats Bruxelles

Rapports CSA. Experts chaines infos. Experts santé. Experts femmes. Experts hommes. Médias et experts. Ce sont les enfants de la TNT. L’essor des chaînes d’information en continu correspond au début de l’âge d’or, à l’orée des années 2000, des think tanks, de plus en plus prisés à l’ère de l’information 24 heures sur 24. BFMTV, i-Télé, LCI et consorts ont besoin de remplir leurs plages horaires à bon compte. Ce fut donc l’ère du talk-show, bien moins cher que toute autre production. Un plateau, des invités qui viennent gratuitement, et c’est parti pour une heure de débat où chacun y trouve son compte : pas d’expert sans visibilité médiatique, pas de débat sans son expert… Plus les sujets abordés sont complexes, plus l’expert, en schématisant, se rend utile en remâchant une synthèse guère révolutionnaire. Un exemple ? Puisque la plupart s’inscrivent dans une doxa libérale, employons leur vocabulaire : quatre poids lourds se partagent le gros du marché.

Et quoi de mieux que les médias dominants comme vecteur de diffusion ? Experts en tout, experts en rien : c’était dans l’air. Ils font la queue, les experts, pour venir gloser dans l’émission pédago de la chaîne pédago. Il est question d’économie ? Elie Cohen plastronne. Le Proche-Orient est à l’ordre du jour ? C’est Antoine Sfeir qui s’exhibe. Il s’agit de comprendre les fluctuations de l’opinion sondée ? Dominique Reynié – qui s’éclipse un instant des plateaux d’i-télé – arrive à la rescousse. La politique politicienne est au menu ? Mais, une fois n’est pas coutume, outre Jean-François Kahn, et Nicole Bacharan, , les experts conviés le 4 mars 2008, n’étaient pas tous des habitués de l’émission. Ne pas répondre à la question posée Dans la dernière partie de l’émission, Yves Calvi pose aux invités les questions des téléspectateurs.

Nicole Bacharan, comme la transcription intégrale de sa réponse permet de le vérifier, s’empresse d’oublier la question qu’elle rabat sur le rôle des groupes financiers dans l’élection présidentielle états-unienne, avant de prononcer un éloge de la démocratie des lobbies : David Thomson "Squatteur" de JT ? Télérama embarrassé par une approximation. David Thomson, squatteur des JT ?

Le journaliste à RFI et spécialiste du djihadisme – régulièrement invité dans nos émissions ici ou là – s’est retrouvé dans le Top 10 des experts invités des journaux télévisés en 2015 selon un classement réalisé par Télérama. Or, comme le fait remarquer Thomson dans une lettre ouverte, non seulement il refuse d'apparaître dans un JT depuis les attentats de novembre 2015 mais il assure que le décompte de Télérama, réalisé d’après les chiffres de l’INA, inclut des interviews rediffusées dans les JT sans son accord.

Un comble. Alors qu’après les attentats de Bruxelles le 22 mars dernier, le journaliste de RFI et spécialiste du djihadisme David Thomson dénonçait les experts bidon invités sur les plateaux télé, le voici épinglé dans un classement sur "les squatteurs des JT" réalisé par Télérama "à partir d'INA Stat, le baromètre thématique des JT sur la tranche 20h-21h des chaînes hertziennes en 2015". Version parue dans le Télérama du 2 au 8 avril 2016. Mon droit de réponse sur le site de @Telerama. Le Top 2015 des squatteurs de JT. Ex-agents, journalistes spécialisés, enseignants-chercheurs, ils ont abreuvé les journaux télévisés de leurs commentaires sur les attentats parisiens ou la progression de Daech.

Avec plus ou moins de sagacité. Les chiffres de ce classement ont été obtenus à partir d'INA Stat, le baromètre thématique des JT sur la tranche 20h-21h des chaînes herztiennes en 2015. Claude Moniquet, 1er ex aequo, 15 passages Ancien journaliste. Tire sa légitimité de son passage aux services secrets, même si beaucoup trouvent son passé d'espion largement surévalué. Sous contrat avec iTélé lors des attentats de novembre, il dirige à Bruxelles un centre de recherche, de conseils et de lobbying en matière stratégique. Toujours prêt à se contredire d'un jour à l'autre. Frédéric Encel, 1er ex aequo, 15 passages Géopolitologue, enseigne à la Paris School of business. Jean-Charles Brisard, 3e, 13 passages Mathieu Guidère, 4e, 12 passages Agrégé d'arabe, enseigne l'islamologie à l'université de Toulouse. Les Experts: Médiatiques. Marc Touati ou Elie Cohen sont en permanence sur les plateaux de télévision pour expliquer la crise.

A quoi servent-ils vraiment? La télévision utilise très souvent des experts lorsqu'il s'agit de recueillir une parole plus sûre que celle de « l'homme de la rue». A l'inverse du micro-trottoir censé représenter la vox populi, l'expert assène une analyse concise en quelques bonnes phrases que l'on pourra garder au montage et répéter lors des discussions près de la machine à café. Les problèmes que pose l'utilisation de ces experts à la télévision sont encore plus nombreux que ceux qu'ils prétendent résoudre. En effet, ce sont souvent les mêmes qui s'expriment, ils ne sont pas remplacés lorsqu'ils se trompent et leur expertise est souvent plus médiatique que réelle. Profession : expert Qui sont ces maîtres de l'analyse économique et qui les a fait sinon rois, du moins experts?

Rassurer et donner le ton Ce besoin d'experts dénote un besoin d'être rassuré sur une situation inquiétante. Les experts à la télé, ils parlent à tort et à travers. Anciens du GIGN, du renseignement, lobbyistes... Ils monopolisent les plateaux en experts du terrorisme ou du djihadisme. Au prix de bourdes et de dérapages. Et au détriment d'historiens, de politologues ou de journalistes légitimes... Enquête sur le règne de ces pseudo-spécialistes. Cette fois, c'est tombé sur Bruxelles. Des contributions pléthoriques souvent proférées dans l'urgence, émaillées d'informations exclusives qui ne résistent pas toujours à l'examen des faits. Encel et Moniquet en haut du podium Comme son pendant olympique, le marathon des plateaux a ses champions. Une trajectoire au moins aussi étonnante que celle de Jean-Charles Brisard, médaillé de bronze de cette course de fond sous les projecteurs. Des entrepreneurs plutôt que des universitaires Au lendemain des attentats parisiens de janvier 2015, c'est le retraité du GIGN Daniel Cerdan qui a remporté l'épreuve de vitesse, avec neuf passages en une semaine sur BFM TV.

Une liste noire à BFM. Comment les faux experts du jihadisme influencent le débat public. A chaque attentat ou arrestation de terroriste, les plateaux télé se remplissent d'”experts en terrorisme” qui commentent en direct les événements. Sur toutes les chaînes – en particulier celles d’info en continu -, les mêmes visages sérieux et prétendument doctes se succèdent. Ils s’appellent Roland Jacquard, Samuel Laurent, Mohamed Sifaoui, Claude Moniquet (entre autres) et se retrouvent sommés d’accomplir une mission des plus acrobatique : “Comprendre un fait d’actualité, l’interpréter et le qualifier au moment même où il se déroule”, selon la formule du chercheur au Celsa Thierry Devars. N’y-a-t-il pas contradiction dans les termes ?

Le journaliste à RFI David Thomson, réalisateur de Tunisie, la tentation du jihad et auteur du livre Les Français jihadistes, spécialiste reconnu du mouvement jihadiste, a poussé un coup de gueule à ce sujet dans C à vous, le 23 mars. Entretien. Quel est en général le profil des faux experts ? Sur quel CV s’appuient-ils pour légitimer leur parole ? Syndicat National des Journalistes | Premier syndicat français de journalistes.

Préambule Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. Ce droit du public de connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément. Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici. Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Déclaration des devoirs Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements, sont : 2) défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;

Faut-il débrancher les «experts»? Mardi soir, le Finale de la grande série policière «Les Experts» a été déprogrammé par TF1. L’épisode commençait par un attentat suicide. Sur les autres chaînes, en revanche, il y avait un festival d’experts conviés à donner leurs avis sur les deux attentats qui avaient ensanglanté Bruxelles le matin même. Le bon goût avait conduit TF1 à suspendre la diffusion de la série américaine ; il aurait dû contaminer les autres chaînes. L’overdose anti-experts gagne et la colère monte sur les réseaux sociaux.

On ne citera pas les noms de ces experts autoproclamés qui squattent les plateaux télés pour combler notre soif inextinguible de comprendre. Mais leur omniprésence peut finir par façonner l’opinion publique et influer sur la politique. . (1) Bien sûr, il existe des chercheurs, des universitaires, des journalistes qui sont très au fait de ces sujets. Johan Hufnagel. Les Nouveaux Chiens de garde (film) Les Nouveaux Chiens de garde est un film documentaire réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, sorti en France le 11 janvier 2012. Il s'agit d'une libre adaptation au cinéma de l'essai du même nom de Serge Halimi (paru en 1997 et réédité dans une version actualisée en 2005 ; qui reprend le titre du célèbre ouvrage de Paul Nizan). Le film, comme le livre, explore les collusions entre les médias français et le pouvoir politique.

Le film fait l'objet d'un suivi particulier de la part de ses réalisateurs et sympathisants, puisqu'il est régulièrement projeté dans des salles françaises et belges, et suivi de débats[1]. Les médias modernes aiment à se proclamer « contre-pouvoir », et se vanter de leur « indépendance », se constituant en rempart de la liberté de parole et de pensée. Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir économique et politique. Autres sites : Le “sociologue-expert” à la télévision :un sens pour la posture sociologique ?

Journalistes et experts. Les journalistes sont-ils de bons porte-parole des experts ? Documentation > Effet de serre > Scientifiques > Les journalistes sont-ils de bons porte-parole des experts ? Les média et le changement climatique : diffuser correctement l'information, mission impossible ? Dernière modification : août 2012 site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com " L'empire des journaux doit croître à mesure que les hommes s'égalisent.

"Alexis de Tocqueville - De la Démocratie en Amérique, tome II, 1840. Il est assez fréquent que, à la fin d'une conférence, on me demande comment il se fait que "on ne soit pas au courant" de ce dont je fais état, tellement cela semble énorme. L'abondance des combustibles fossiles peu chers, qui fonde toute notre civilisation moderne, pourrait prendre fin d'ici quelques décennies, et le changement climatique pourrait peser gravement sur le confort de vie - voire sur la survie - de nos (arrière-)petits enfants, et "cela ne serait pas dans le journal" : comment est-ce possible ?

A mon avis, trop peu !