background preloader

Du 13 mai au 25 octobre 2012

Facebook Twitter

Espagne : les Indignés reprennent possession de la Puerta del Sol. Espagne : Le mouvement des Indignés, c’est aussi une floraison artistique. Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur l’Europe en crise.

Espagne : Le mouvement des Indignés, c’est aussi une floraison artistique

Du 12 Mai (12M) au 15 Mai (15M) [en espagnol], l'Espagne a vécu un mouvement social qui s'en est pris à la domination des banques et revendiqué un système plus démocratique, participatif et équitable. Avec la multiplication des manifestations et le mécontentement général, le mouvement 15M a atteint son but, grossir et rester dans les rues. Les collectifs citoyens continuent à fonctionner à travers les assemblées populaires, commissions et groupes de travail permettant le débat sur les sujets qui concernent les gens et ils accomplissent des actes de coopération.

Les Espagnols “indignés” ont fait des émules dans de nombreux pays, et la contestation a continué à démontrer son caractère planétaire le 15 octobre dernier, avec des manifestations dans plus de 900 villes et 82 pays. Le 12 mai 2012, des rassemblements ont été organisés à nouveau dans toute l'Espagne et au niveau mondial. "Un autre monde est possible"

Le mouvement du 15 mai réveille la société civile. Un an après son apparition spontanée, le mouvement des "indignés" n'est pas mort, loin s'en faut.

Le mouvement du 15 mai réveille la société civile

Il a donné naissance a une multitude d'initiatives populaires qui remplissent les vides laissés par le désengagement de l'Etat. Un lundi de juillet 2011, à Madrid. Comme toutes les semaines, une réunion du groupe de San Blas se tient à 18 heures. C'est l'une des assemblées locales d'"indignés" qui existent encore. Ce jour-là, une quarantaine de personnes étaient rassemblées à Plaza Blanca pour parler de la création d'une "banque du temps", un système permettant d'échanger des services entre voisins sans faire appel à l'argent. Têtes connectées Voilà comment fonctionne le 15-M : ce sont des milliers de têtes connectées, sur les places publiques et sur les réseaux sociaux, qui cherchent à sortir de la crise. Occuper le vide La question de l'emploi occupe actuellement une grande partie des efforts et des réflexions des militants. Espagne : #PasUnEuroDePlus pour la banque Bankia. [Sauf mention contraire, les liens redirigent vers des pages en espagnol] Le net s’est enflammé depuis l’information, révélée voici une semaine, du projet du gouvernement visant à injecter de l’argent public pour sauver Bankia, la quatrième banque du pays et l’institution financière la plus exposée au marché immobilier.

Espagne : #PasUnEuroDePlus pour la banque Bankia

Depuis le début de la crise en 2008, l’État a déjà versé 33 milliards d’euros à Bankia. Le plan de sauvetage actuel pourrait atteindre les 10 milliards d’euros. Cette annonce a été faite le même jour que celle de la démission du président de l’institution, Rodrigo Rato, ancien ministre de l'Économie du gouvernement Aznar et ancien président du Fonds monétaire international.

Espagne: des milliers de manifestants contre les coupes dans l'éducation. Ils étaient quelque 3000 à Barcelone, selon la police, et plus de 18 000 selon les syndicats d'enseignants et associations de défense de l'éducation publique qui organisaient la manifestation.

Espagne: des milliers de manifestants contre les coupes dans l'éducation

En tête de cortège, des enfants de six ans brandissaient une pancarte colorée tandis que d'autres agitaient des panneaux où était écrit : "contre les coupes dans l'éducation", "couper c'est voler". "Education publique de qualité! ", "Non à la privatisation", criaient aussi les manifestants dont certains étaient venus en famille tandis que des enseignants arboraient des chemises jaunes sur lesquelles était écrit "SOS éducation publique". "Il se s'agit pas seulement des professeurs et des élèves. Cela nous touche tous. "Nous sommes tous obligés de descendre dans la rue et crier pour réclamer une éducation et une santé de qualité, comme on a eu jusqu'à maintenant", dit aussi Joanna Marti Virgili, étudiante en philosophie de 29 ans.

Nouvelle folie espagnole : contre la crise, un casino géant ! Pour lutter contre la crise, Madrid et Barcelone s’arrachent depuis des mois les faveurs du roi américain des casinos, rêvant de décrocher la construction d’un gigantesque temple du jeu, quitte à assouplir les lois... et retomber dans les pires excès qui ont justement précipité l’Espagne au cœur de la tourmente économique, dénoncent les opposants au projet.

Nouvelle folie espagnole : contre la crise, un casino géant !

Il ne reste que quelques jours : « La décision sera prise en mai » et annoncée d’ici l’été, ont affirmé les responsables de Las Vegas Sands, propriété du magnat américain Sheldon Adelson, quatorzième homme le plus riche du monde, selon Forbes. Depuis des mois, la traque de ce roux dégarni et ventripotent occupe autant les paparazzis espagnols qu’une image de Penelope Cruz, Ronaldo et Messi dansant ensemble sur « Ai Se Eu Te Pego ». Sous ce petit nom donné en Espagne au projet, se cachent : 6 casinos,12 hôtels avec 36 000 chambres,9 salles de spectacle,3 terrains de golf. Plutôt un « centre européen des congrès »... Espagne : Une initiative pour marquer le premier anniversaire des Indignés.

Espagne : “Occupation” des banques, dans la rue et sur le Web. [Liens en espagnol] La semaine dernière les médias ont annoncé la semaine la plus difficile de l'économie espagnole depuis le passage à l'euro.

Espagne : “Occupation” des banques, dans la rue et sur le Web

Les nouvelles apportées par la crise de la dette ont eu raison de la patience de la population. La somme d'argent public injectée pour le sauvetage de Bankia pourrait atteindre un total de 23 milliards d'euros. Cependant le gouvernement et les gestionnaires de la banque ne semblent pas prêts à mettre au jour les responsabilités et expliquer les causes de cette crise aux Espagnols, c'est à dire à ceux qui en souffrent le plus. De plus, la nationalisation de Bankia, selon les déclarations de Mariano Rajoy, sera seulement partielle : elle permettra un assainissement de l'entité, évitant ainsi l'effondrement de l'économie, mais l'activité sera de nouveau destinée à la vente d'actions.

A Madrid, le combat des "indignés" contre la pauvreté. "C'est là que je me fournis en fruits et légumes.

A Madrid, le combat des "indignés" contre la pauvreté

C'est une aide énorme", confie Jhenny, une immigrée équatorienne de 35 ans, assise sur une chaise entourée de sacs en plastique chargés d'épicerie. Ce n'est pas une organisation caritative, ni l'église catholique, qui distribuent la nourriture, mais des militants du mouvement des "indignés". Car depuis leur apparition il y a un an, les occupations de places et les grandes manifestations du printemps 2011 pour dénoncer les conséquences de la crise économique, les "indignés", beaucoup plus discrets, se sont lancés dans l'action sociale à travers toute l'Espagne. "Nous essayons de créer une économie plus durable et plus juste", explique Diego Gutierrez, un militant qui charge dans une camionnette rouge un sac de pommes de terre, don d'un magasin tenu par un couple de Roumains.

Espagne : Les Indignés portent plainte contre la banque Bankia. [Liens en espagnol, sauf mention contraire] Finalement ils l'ont fait, et beaucoup plus rapidement que prévu.

Espagne : Les Indignés portent plainte contre la banque Bankia

Le mouvement 15M a déposé une plainte devant l‘Audiencia Nacional [Fr] à Madrid, pour falsifications de comptes et escroquerie contre les responsables de Bankia, et parmi eux l'ancien président Rodrigo Rato, ancien ministre de l'Economie espagnol et ex-directeur général du FMI. La plainte, déposée au nom de 13 petits actionnaires qui ont perdu leurs économies, réclame des peines d'emprisonnement, des interdictions d'exercer, ainsi que la saisie des biens des membres du conseil d'administration à l'époque de l'entrée en bourse, en juillet 2011. Bien que la plainte ait été déposée officiellement en tant qu'action particulière afin d’ “éviter une caution chiffrée en millions”, elle constitue “une action populaire contre les banques, car des milliers de personnes y participent” explique un membre de l'équipe juridique.

Voici quelques-uns des tweets publiés le matin du 14 juin : La crise force les jeunes Espagnols à inventer un autre mode de vie. La misère peut sembler moins pénible au soleil.

La crise force les jeunes Espagnols à inventer un autre mode de vie

Mais, à 24 ans, on espère un peu mieux que d’être les visages de la crise espagnole. 45% des moins de 25 ans sont sans-emploi. Alors, lorsqu’on croise dans les rues de Madrid Alexia et Enrique, une cigarette roulée à la main et quelques oranges au fond d’un sac plastique, il ne faut pas s’imaginer qu’ils sont des marginaux. Elle termine une maîtrise en philosophie et lui est licencié en technique audiovisuelle. Et, comme beaucoup d’universitaires aujourd’hui en Espagne, ils sont confrontés à un marché de l’emploi totalement bouché. Enrique explique que "pour trouver un travail, certains jeunes suppriment de leur CV leurs diplômes. Alexia poursuit : "C’est difficile parfois, mais cela nous force à mettre en place des réseaux de solidarité.

Un nouveau modèle de société Et c’est ainsi tout un modèle de société qu’une partie de la jeunesse espagnole est en train de redéfinir. Espagne : Les mineurs et la cyber-résistance. [Tous les liens sont en espagnol] Le 23 mai dernier, les mineurs se sont mobilisés pour une grève illimitée dans les bassins miniers en organisant des barrages routiers et des barricades dans les rues.

Espagne : Les mineurs et la cyber-résistance

Le mouvement ouvrier du secteur minier proteste contre une réduction de 63 % des subventions de l’État accordées à l’industrie minière. Pas la moindre alternative n’accompagne la volonté de faire disparaître l’industrie du charbon : aucune reconversion professionnelle n’est proposée aux mineurs espagnols, ils iront rejoindre les chômeurs déjà très nombreux en Espagne. Les réseaux sociaux se sont fait écho de la lutte de ce secteur. Espagne: les mineurs ont traversé Madrid dans le noir, lampe au front. Portant leurs uniformes de travail bleu foncé, les mots "Non à la fermeture des mines de charbon", "Pour que renaissent les villes minières" inscrits sur leurs chemises, les mineurs ont défilé vers la place de la Puerta del Sol, en plein centre de la ville, accompagnés par des milliers de Madrilènes.

En grève depuis le début du mois de mai, ils protestent contre la réduction des aides publiques décidée par le gouvernement, qui selon eux condamne des milliers d'emplois. Espagne: policiers et mineurs s'affrontent à Madrid. Espagne: la crise saisit la classe moyenne à la gorge. "Nous ne vivions pas mal, en réalité. Mais brusquement, tout s'est arrêté", se souvient Mercedes Gonzalez, une petite femme énergique de 52 ans, licenciée le jour où le magasin de chaussures qui l'employait a fermé. Dans son appartement de Fuenlabrada, une banlieue sud de Madrid, au salon douillet chargé de cadres, de photos et de bibelots, Mercedes a la même appréhension à chaque fois qu'elle ouvre une facture: le gaz, l'électricité, qui grignotent le budget familial, un vrai casse-tête. "Au départ", raconte-t-elle, "je ne me suis pas trop inquiétée". Mais un an plus tard, en 2008, son mari Juan José, 55 ans aujourd'hui, et son deuxième fils ont à leur tour perdu leur emploi.

Espagne : soutien à la lutte des mineurs, “Oui, ils nous représentent !” [liens en espagnol] Des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour manifester leur soutien et se joindre au mouvement des mineurs espagnols [fr], à leur arrivée à Madrid après avoir marché 400 kilomètres depuis le nord de l'Espagne. La manifestation a débuté à 22h le mardi 10 juillet, à La Moncloa, siège du gouvernement, et s'est terminée dans la nuit à la Puerta del Sol, vers 2h du matin.

Les mineurs du charbon protestent contre les mesures d'austérité du gouvernement de Mariano Rajoy et la réduction des subventions. L'accueil de la “Marcha Negra” (la marche des gueules noires) s'est déroulé dans une ambiance très émouvante, empreinte d'esprit de solidarité. Madrid: manifestation spontanée contre le nouveau plan d'austérité. Scandant des slogans comme "tous ensemble nous pouvons", "ils ne nous représentent pas" ou "mains en l'air ceci est un hold-up", les manifestants mobilisés via des messages sur leurs portables ou sur les réseaux sociaux ont défilé entre le siège du Parti Populaire au pouvoir et la célèbre Puerta del Sol, avant de se diriger vers la Chambre des députés.

"On impose des coupes à ceux d'en-bas mais ils ne diminuent pas leurs conseillers et leurs assistants", affirmait un policier de 35 ans, prénommé Jesus, assurant qu'"avec le salaire d'un conseiller on pourrait payer quatre policiers". Agents de police, pompiers, professionnels de la santé, ainsi que de simples particuliers qui se sont joints à la manifestation à mesure qu'elle progressait, protestaient notamment contre la suppression de la prime de Noël pour les fonctionnaires, la baisse des allocations chômage et le relèvement du taux de TVA. Belga. Espagne: spontanées ou organisées, les manifestations se multiplient. Sans attendre la journée officielle convoquée jeudi par les syndicats, ils se sont jetés dans les rues, par milliers ou par petits groupes, de jour comme de nuit, depuis l'annonce, le 11 juillet, du plan gouvernemental destiné à économiser 65 milliards d'euros, criant le malaise de tout un pays.

"Ces mesures vont ruiner l'Espagne. Nous ne consommons pas, nous n'achetons plus. Nous devons descendre dans la rue, nous ne pouvons pas rester assis", lance Angeles Carrasco, une fonctionnaire régionale de 57 ans qui manifestait à Madrid lundi matin. Espagne: les fonctionnaires crient leur colère dans les rues de Madrid. Un an après les Indignés n'ont pas disparu, ils ont changé de tactique. Au cœur de Madrid, sur la place Puerta Del Sol qui avait vu naître le mouvement des Indignés le 15 mai 2011, des mineurs venus de tout le pays ont établi leur campement. En lutte depuis plusieurs mois contre la réduction des subventions gouvernementales aux mines du nord du pays, les mineurs avaient entamé une marche de 400 kilomètres.

"Non" à la rigueur: les Espagnols appelés à descendre dans les rues. Des pompiers espagnols "à poil" pour protester contre l'austérité. La ville où sont nés les "indignés" Le 15 mai 2011 : à l'issue d'une manifestation de jeunes indignés par la situation politique, économique et sociale, par la corruption et par la précarité, plusieurs centaines de personnes décident de ne pas se disperser, comme le veut l'habitude, et de camper sur la Puerta del Sol, au cœur de Madrid.

Le "mouvement des indignés" (mouvement dit du 15-M) était né. Il allait essaimer dans le pays, puis en Europe et jusqu'aux Etats-Unis. Espagne: manifestations contre la rigueur, incidents avec la police. Des centaines de milliers d'Espagnols ont manifesté, jeudi soir, contre la politique d'austérité du gouvernement de droite de Mariano Rajoy. La crise en Espagne: fracture entre le Nord et le Sud de la zone euro. Espagne: des milliers de chômeurs manifestent à Madrid contre les coupes budgétaires. Le ras-le-bol des Espagnols déborde dans les rues. Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur l'Europe en crise.

(Billet d'origine publié sur GV en espagnol le 20 juillet) Espagne: des militants de gauche jouent les Robin des Bois contre la crise. Mené par Juan Manuel Sanchez Gordillo, élu local au franc parler et à la barbe grise, député régional du petit parti de gauche Izquierda Unida et maire du village de Marinaleda, le groupe a mené des actions coup de poing dans deux supermarchés de Ecija et Arcos de la Frontera, deux villes d'Andalousie.

Tout tourne autour de la crise. « Ni chocolat, ni desserts » : les Andalous se servent au supermarché. Espagne : Des graffiti pour alerter les consciences par temps de crise. Espagne: manifestation contre la visite d'Angela Merkel à Madrid. Le message des Catalans à Madrid… et à leurs élus. Espagne: démission d'Aguirre, figure de la droite et cible des "indignés" Espagne: nouvelle manifestation à Madrid contre l'austérité. L’« Indigné » espagnol, ce balourd. Espagne: nouvelle manifestation contre l'austérité à Madrid. Espagne: quelques milliers de manifestants à Madrid contre l'austérité. Europe : la démocratie ne résistera pas à tant d’austérité. Nouvel appel à la grève générale en Espagne contre la rigueur.

Le gouvernement espagnol muscle sa législation anti-manifestation. Espagne: manifestation près du Congrès des députés aux cris de "démission" Les « Indignés » de retour à Madrid : j’étais dans la manif’ Espagne: des milliers d'indignés manifestent, heurts avec la police. Rigueur: des manifestants de toute l'Espagne déferlent sur Madrid. Le gouvernement reprend en main l’audiovisuel public. Les mineurs font grise mine. Les pompiers affrontent les policiers à Madrid.

Manifestation contre la rigueur: une énorme marée humaine à Madrid. Espagne: des milliers d'"indignés" ont manifesté à Madrid ce vendredi soir. "Nous sommes devenus un pays de nouveaux riches appauvris" "Ne touchez pas à notre avenir" Espagne : Le premier anniversaire des Indignés, un rayon de soleil en pleine crise. Le mouvement des "indignés" fête son anniversaire : 18 interpellations.

Espagne: la police déloge quelques centaines "d'indignés" à Madrid.