background preloader

C9 Les charges calculées

Facebook Twitter

Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes. La valeur des immobilisations est répartie, en comptabilité, sur leur durée d’utilisation probable au moyen d‘amortissements.

Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes

Voici les principales caractéristiques des amortissements comptables d’immobilisations : qu’est-ce qu’un amortissement ? Quels sont les biens amortissables ? Quelles durées choisir pour amortir une immobilisation ? Quelles sont les différentes méthodes d’amortissement ? Comment calculer une dotation aux amortissements ? Précision : un autre article traite de manière plus détaillée la comptabilisation des amortissements d’immobilisations. Qu’est-ce qu’un amortissement comptable ? Un amortissement correspond à une constatation de perte de valeur d’un bien, du fait de son usage (usure physique), de l’évolution technique (obsolescence de l’actif) ou bien tout simplement du temps. La comptabilisation d’amortissement est obligatoire à la clôture de chaque exercice comptable, même si le résultat comptable d’un exercice se traduit par une perte.

Les amortissements exceptionnels. Le Code Général des Impôts autorise la constatation d’amortissements exceptionnels pour certaines immobilisations et dans certains cas.

Les amortissements exceptionnels

Compta-Facile fait le point sur ces amortissements exceptionnels : quelles sont les immobilisations concernées ? Comment comptabiliser un amortissement exceptionnel ? Les immobilisations concernées par l’amortissement exceptionnel La loi prévoit essentiellement quatre types d’amortissements exceptionnels. Deux d’entre eux ont une traduction comptable, le dernier étant géré de manière extra-comptable. Les amortissements dérogatoires : application obligatoire. Contrairement aux amortissements comptables, les amortissements dérogatoires sont comptabilisés en l’application de textes fiscaux.

Les amortissements dérogatoires : application obligatoire

Toute entreprise est tenue d’avoir recours à la constatation d’amortissements dérogatoires lorsqu’elle est confrontée à une divergence entre les règles comptables et les règles fiscales (notamment en termes de base d’amortissement ou de durée d’amortissement). Cet article de compta-facile aborde les cas de recours obligatoires (c’est-à-dire imposés par la loi) aux amortissements dérogatoires, les modalités liées à leur calcul et la comptabilisation de ces amortissements. Un autre article traite des amortissements dérogatoires facultatifs. Comptabilisation obligatoire des amortissements dérogatoires lorsque l’immobilisation a une valeur résiduelle Lorsque l’entreprise a l’intention de revendre le bien après l’avoir utilisé, il possède une « valeur résiduelle » qui est assimilée à la valeur de revente du bien après « X » années de détention.

Qu'est ce que l’amortissement fiscal ? Comprendre et Calculer son amortissement fiscal. L’amortissement fiscal est un dispositif fiscal ayant pour objectif d’inciter à l’investissement.

Qu'est ce que l’amortissement fiscal ? Comprendre et Calculer son amortissement fiscal

Les biens inscrits à l’actif immobilisé ne peuvent en principe faire l’objet d’une déduction immédiate. En contrepartie, il est possible de passer des amortissements permettant d’opérer une déduction échelonnée dans le temps. A côté des amortissements pouvant être passés en comptabilité (amortissement linéaire, dérogatoire ou dégressif), il existe des amortissements constituant des avantages fiscaux prévus par le législateur : les amortissements fiscaux. Qu’est-ce qu’un amortissement (amortir un actif en comptabilité) ? 3 à 5 ans pour les ordinateurs, 5 ans pour les véhicules, 5 ans pour les brevets. 20 à 50 ans pour les locaux commerciaux, 20 ans pour les bâtiments industriels, 15 ans pour la maçonnerie,

La loi Macron et le suramortissement. Afin de stimuler l’économie française, la loi Macron prévoit des mesures visant à libérer les forces vives du pays.

La loi Macron et le suramortissement

Ce texte se révèle être des dispositions sociales, juridiques et fiscales comme l’instauration d’un suramortissement. Peuvent en bénéficier, les entreprises soumises à l'impôt sur le revenu(IR) et au régime réel d’imposition exerçant une activité industrielle, commerciale ou agricole. La loi vise plusieurs biens (matériels de manutention, installations pour l’épuration des eaux, etc). Le suramortissement est une déduction exceptionnelle de 40% de la valeur d’origine hors frais financiers des biens éligibles.. La loi Macron et le suramortissement : les bénéficiaires Sont concernées par le suramortissement les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole.

L’amortissement excédentaire en 2018 : calcul, plafond. Les entreprises ayant inscrit un véhicule à l’actif peuvent l'amortir afin de réduire leur résultat imposable.

L’amortissement excédentaire en 2018 : calcul, plafond

Toutefois, afin d’éviter les abus (comme l’utilisation à des fins professionnelles de véhicules coûteux sans lien direct avec l’activité exercée), l’amortissement ouvrant droit à déduction est plafonné. Le surplus devant être réintégré est appelé amortissement excédentaire. Petit point sur les règles applicables en la matière en 2018. Le suramortissement fiscal de 40% des immobilisations. Certaines entreprises qui procèdent à des investissements entre le 15 avril 2015 et le 14 avril 2017 (ou certains amortissements réalisés en 2016) peuvent pratiquer un suramortissement de 40 %.

Le suramortissement fiscal de 40% des immobilisations

Compta-Facile vous résume les points essentiels à retenir : entreprises éligibles au suramortissement, biens concernés par le suramortissement et modalités de calcul et de déduction du suramortissement. Quelles entreprises peuvent pratiquer le suramortissement de 40% des investissements ? Seules les entreprises relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), des bénéfices agricoles (BA) et de l’impôt sur les sociétés (IS) peuvent bénéficier de ce régime. Les titulaires de bénéfices non commerciaux (BNC) sont expressément exclus du dispositif. Quelles immobilisations sont concernées par le suramortissement ? Remarques : En quoi consiste le suramortissement ?

Point de départ du suramortissement Calcul du suramortissement Modalités de déduction du suramortissement. L'amortissement exceptionnel des robots industriels. La loi de finance 2014 instaure la mise en place d’un dispositif d’amortissement exceptionnel sur 24 mois pour les dépenses relatives aux robots industriels acquis ou créés par des PME, sur la période allant du 1er octobre 2013 au 31 décembre 2015.

L'amortissement exceptionnel des robots industriels

Ce dispositif a été prorogé en 2016. Voici une fiche d’information sur le dispositif d’amortissement exceptionnel prévu pour les robots industriels acquis ou créés par des PME. 1. Champ d’application de l’amortissement exceptionnel des robots industriels Pour bénéficier de l’amortissement exceptionnel sur les robots acquis ou créés par des PME, des conditions doivent être remplies au niveau de l’entreprise qui entend bénéficier du dispositif et au niveau de l’opération réalisée.

A. Le dispositif est réservé aux entreprises qui répondent à la définition des PME au sens communautaire, c’est-à-dire aux entreprises qui : B. Les robots industriels doivent répondre aux conditions suivantes pour pouvoir être amortis exceptionnellement sur 24 mois : 2.