background preloader

Latin -> FR

Facebook Twitter

Marouzeau. Table des matières. Du latin au français. Leçon 1. On trouvera ci-dessous la première leçon (les autres suivront dans les billets hebdomadaires à venir) d’une initiation au latin du français qui reprend les principes exposés l’an dernier sur ce carnet : j’en rappelle les principes en renvoyant le cas échéant aux billets concernés. Malgré les efforts de renouvellement de l’enseignement du latin, on constate que si 23% des collégiens choisissent l’option latin en 5e, ils ne sont plus que 5% au lycée[1]. Dès le collège les élèves veulent fuir l’option facultative et les enseignants les plus motivés sont bien conscients que malgré leurs efforts (visites, voyages, activités ludiques), ils n’arrivent pas à motiver l’enseignement du latin.

Mais quel doit être l’objectif d’un apprentissage du latin ? Le principe fondamental mis en en application ici est que l’initiation au latin faite au collège ne doit pas être tournée vers l’antiquité mais vers le présent : Leçon 1 Reprenons pacem de si vis pacem, si tu veux la paix. Noms féminins Noms masculins. Du latin au français. Leçon 2. L’Ara pacis augustae est un monument que l’on peut voir à Rome et qui a été édifié par l’empereur Romain Auguste (les villes d’Autun, d’Aoste et le mois d’Aout lui doivent leur nom), et qui a été reconstitué récemment.

On peut voir sur le côté du monument la procession des proches de l’empereur au moment de la consécration du monument. - ara, arae désigne ici un petit temple au milieu duquel était élevé un autel où l’on célébrait un culte et qui donne son nom à l’ensemble. C’est un mot féminin de la première classe des noms (comme vita, ae) L’autel désigne un bloc de pierre rectangulaire de taille variable qui se trouvait soit dans une maison particulière, soit dans un lieu réservé au culte. Sur ce bloc de pierre, un foyer allumé permettait de bruler une partie de ce qui était offert à la divinité : vin, encens, puis un animal domestique que l’on vient d’abattre et dont on brule une partie, le reste étant partagé dans un repas ou vendu en boucherie. Mots masculins et féminins Mots neutres. Du latin au français. Leçon 3. Du latin au français. Leçon 4. - errare humanum est, errare est un infinitif qui a donné en français errer proche de error, oris masculin, qui a donné erreur.

On constate que beaucoup de mots français sont plus courts que le mot latin qui en est à l’origine comme : errare errer, vita vie, populus peuple : pour comprendre ceci il faut découvrir qu’en latin il existe un phénomène que l’on repère encore en italien ou en anglais mais qu’on ne remarque pas en français. Prenons l’exemple du nom de la ville de Rome, qui en latin est Roma, ae et en italien se dit Roma : en français on l’écrit Rome et le e final est un e muet, c’est-à-dire que l’on ne le prononce pas, comme s’il était écrit Rom. Les italiens disent en fait la même chose que nous : dans Rom(a), l’accent est mis sur la syllabe rom, le a étant à peine entendu. L’italien est la langue la plus proche du latin : chez les romains le o de Roma était dit en prenant son temps, le a étant très court. . - nihil obstat : nihil est indéclinable en latin et signifie rien.

Du latin au français. Leçon 5. Nous n’avons traité jusqu’à présent que des mots au singulier (noms ou adjectifs), regardons maintenant des expressions qui comportent des mots au pluriel. Forme ordinaire Première classe Masculin - missi dominici : missus, i masculin, l’envoyé, fait au pluriel missi, les envoyés ; dominicus, a, um adjectif, du maitre, (ou de l’empereur), qui appartient au maitre, les envoyés du maitre Si l’expression fait référence aux missi dominici de Charlemagne, ces envoyés hors hiérarchie ordinaire et dégagés de liens d’appartenance avec ceux qu’ils inspectent, elle s’emploie encore aujourd’hui dans le même esprit et s’applique aux groupes d’inspecteurs allant par deux (censés se contrôler l’un l’autre) envoyés par un pouvoir, politique ou économique.

Quand l’envoyé est seul, on emploie l’image du « bras droit » pour désigner quelqu’un qui ferait exactement ce que le détenteur du pouvoir ferait. Féminin. Neutre Deuxième classe Complément du verbe Féminin Masculin ou féminin Complément du nom Hors classe. Du latin au français. Leçon 6. Nous terminons aujourd’hui la découverte de l’ensemble des formes pour les noms et les adjectifs ce qui va nous permettre de nous confronter à un vrai texte latin en vue de sa compréhension. Il sera simplifié quant aux formes verbales. Nouvelles expressions : - rebus sic stantibus : avec cette expression nous voyons une nouvelle hors classe où deux mots sont très fréquents, res, rei féminin, la chose et dies, diei masculin ou féminin le jour ; sic adverbe, ainsi ; stans, stantis participe présent de sto, stare se tenir debout (stature), demeurer : les choses demeurant en l’état.

Rebus et stantibus sont au complément de circonstances pluriel : de la hors classe spécifique pour res (voir le tableau ci-dessous) et de la deuxième classe des adjectifs pour les participes présents comme stans. Le complément de circonstances est utilisé dans des phrases isolées avec le participe présent comme verbe de la phrase pour indiquer précisément des circonstances. Récapitulation du vocabulaire ascendi quem. Du latin au français. Leçon 7. Nous allons nous confronter aujourd’hui avec la célèbre formule de Jules César, veni, vidi, vici et auparavant, voici quelques données correspondant à sa représentation.

On sait que les fouilles récentes menées à Arles dans la boucle du Rhône ont permis la découverte d’un buste attribué à César. Or on trouve au musée de la fondation Bodmer à Genève, musée qui possède une riche collection de manuscrits anciens, un buste également attribué à César qui ressemble beaucoup, me semble-t-il, à celui découvert à Arles Leçon 7 En ce qui concerne les verbes, nous avons déjà vu quelques impératifs, quelques infinitifs et les verbes être et aimer au présent (tableau de la leçon 4) : Nous allons reprendre ces formes d’une manière systématique et regarder aussi un temps du passé. Nouvelle expression - non possumus : on reconnait la terminaison sumus du verbe être, nous sommes. On constate une alternance du radical pot- et du radical pos- avant le verbe sum toujours présent.

Classement des verbes. Du latin au français. Leçon 8. Pourquoi parle-t-on grec aujourd’hui à Athènes et ne parle-t-on pas latin à Paris ? En effet, le grec moderne a beaucoup évolué depuis le grec classique et si l’appellation est la même, c’est que les locuteurs ont toujours eu conscience de parler la même langue. Pourquoi ce phénomène a-t-il eu lieu en Grèce et non en France ? On dira qu’il y a eu dans la partie latine de l’Empire romain les grandes invasions qui ont épargné sa partie orientale mais sur cette question, la conviction actuelles des chercheurs [1] est plutôt que ces grandes invasions qui seraient venus progressivement de l’extrême Orient et qui, de proche en proche, auraient poussés d’autres peuples vers l’ouest, correspondent plus à la perception romaine de l’époque, reprise par divers nationalismes qui ont mis par exemple au 19e siècle l’accent sur les Goths en Allemagne.

Les élites romaines s’amalgament progressivement aux élites barbares et prennent acte de la transformation de la langue. Leçon 8 Nouvelles expressions : Du latin au français. Leçon 9. Comme annoncé, l’exercice de compréhension de cette leçon portera sur un texte de Césaire d’Arles dont les sermons datent du début des années 500. Le style en est simple (sermo humilis) afin d’être compris par tous, (y compris des débutants en latin d’aujourd’hui). Il s’agit de l’homélie XIV, De die judicii, Du jour du jugement, qui commente le texte de l’évangile de Matthieu (chapitre 25) où les bons seront mis à la droite de Dieu et les méchants à sa gauche. Le critère du jugement, c’est l’attitude envers les pauvres avec une identification entre la divinité et le pauvre : « ce que vous avez fait au plus petit des miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25/40). Cette identification de la divinité et du pauvre est antérieure au christianisme. Par exemple dans l’Odyssée (Chant XIV), Ulysse revient chez lui et se présente sous la forme d’un vieillard en haillons, portant “une sordide besace, qui n’étaient que lambeaux pendus à une corde”[1].

Leçon 9 Nouvelles expressions : Phrase 3 : Du latin au français. Leçon 10. Après 9 leçons d’initiation au latin du français, les principales régularités de l’ensemble des expressions latines du français ont été vues et, moyennant quelques ajouts, doivent permettre d’explorer les expressions non vues (à peu près la moitié du corpus retenu). Ceci fait que cette leçon 10 et celles à venir présenteront des règles issues des textes étudiés et non plus seulement des expressions latines du français. Nous continuons l’exploration des textes latins utiles pour la compréhension de l’histoire européenne et donc de notre condition présente : nous avons là la deuxième finalité des présentes leçons, en plus de la compréhension en profondeur des expressions latines du français.

Nous prendrons comme texte à comprendre une péripétie qui aurait pu figurer dans les Lieux de Mémoire[1] : il s’agit de l’épisode du vase de Soissons. On jugera sur pièce plus loin, mais plusieurs raisons expliquent ce jugement et invitent à le remettre en cause. Leçon 10 imparfait du verbe être. Du latin au français. Leçon 11. Cogito ergo sum Renati Des-Cartes Principia philosophiae Source: Gallica Le Cogito fait partie de la langue philosophique : sa première expression, « je pense, donc je suis » a pourtant été faite en français (Discours de la méthode, 1637) alors que l’expression latine cogito, ergo sum se trouve dans les Principia philosophiae de 1641 (Première partie, article 7), passage qui va nous servir de texte d’étude.

Le texte ne présente pas de difficultés particulières du fait que, même s’il comporte une phrase très longue à la manière du latin classique, l’ordre des mots y est très proche de celui du français. Ce sera l’occasion d’une première confrontation avec la proposition infinitive. Est-il raisonnable de proposer à un élève de 5e un texte aussi philosophique que celui du « cogito » ? Plus important peut-être est le fait qu’en faisant traduire un texte comme celui-ci, on marque l’importance qu’il a eu pour toute la pensée moderne. Leçon 11 Participe présent Démonstratifs - Hic, haec, hoc : Du latin au français. Leçon 12. Tous les tableaux des formes publiés dans les précédentes leçons se trouvent désormais dans la page Récapitulation du présent carnet qui restera fixe quant à sa place, mais qui sera mise à jour en fonction des nouveaux apports. Après une parenthèse consacrée à l’histoire du latin, reprenons des expressions latines du français et récapitulons celles qui utilisent l’impératif dont certaines, déjà vues, sont rappelées pour mémoire.

Du point de vue de la forme, quatre situations sont possible à l’impératif (dont seulement trois seront rencontrées dans notre ensemble d’expressions). 1) impératif présent singulier : c’est la racine du verbe, - festina lente : festino, as, are, avi, se hâter, se dépêcher ; lente, adverbe, lentement. Hâte-toi lentement : le conseil semble contradictoire mais incite en fait à la réflexion dans l’action, au rejet de la précipitation. - salve regina : salveo, es, ere, être en bonne santé ; à l’impératif, salve est devenu un simple salut, bonjour, je te salue. . [1] Cf. Salutem tibi dat. Si au 18e siècle on veut abandonner l’usage des inscriptions latines sur les monuments, le 20e siècle n’y a pas toujours renoncé : nous sommes à Dunkerque, face à la gare, détruite pendant la dernière guerre, reconstruite en 1955.

On s’adresse encore aux arrivants en latin, non que l’on suppose que les voyageurs puisse décrypter le texte mais parce qu’il faut que le lieu, reconstruit, retrouve de la noblesse. Les nombreuses dates ont la signification suivante : en 1646, Condé prend la ville, en 1652 elle redevient espagnole, en 1658, Turenne la reprend et la remet aux anglais. La Révolution est évoquée par 1793, puis vient la guerre de 1914-1918. L’année 1962 marque le tricentenaire du port. Au-dessus des flots suggérés, on a l’inscription Salutem tibi dat. À l’arrivée dans la gare, Dunkerque salue les voyageurs, ou plus exactement, Nostra late pollens Civitas navibus Ferratisque viis Tentons une traduction : Prochain rendez-vous le 29 aout. Imprimer ce billet Posté dans : Pédagogie. Memoriae Renati Descartes. Descartes ne repose pas au Panthéon mais à l’Église Saint-Germain-des-Prés dans une chapelle latérale à droite.

Voici une vue d’ensemble de l’inscription funéraire que nous allons ensuite agrandir pour en examiner le détail. Début Suite Transcription Interprétation Memoriae Renati Descartes, à la mémoire de René Descartes ; praecellentissimi, du plus éminent ; laude, par le mérite ; reconditioris doctrinae, de sa doctrine (plus) profonde ; subtilitate ingenii, par la pénétration de son intelligence. Qui primus a renovatis in Europa, qui le premier depuis la renaissance en Europe ; studiis bonarum litterarum, des études des belles-lettres ; vindicavit et asseruit, revendiqua et se fit le défenseur ; iura rationis humanae, des droits de la raison humaine ; salva fidei christianae autoritate, étant sauve l’autorité de la foi chrétienne. Nunc veritatis quam unice coluit, Maintenant de la vérité qu’il a tout particulièrement cultivée ; conspectu fruitur, il jouit face à face. Imprimer ce billet. Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne.

L’exposition consacrée aux rites funéraires à Lugdunum qui est présentée par le Musée gallo-romain de Fourvière est prolongée jusqu’au 26 septembre 2010. A défaut d’une visite qui s’impose aux élèves de langues anciennes de la région, il est possible de trouver en ligne une galerie de photos, le livret de la visite et l’audio-guide. L’exposition, basée sur les découvertes récentes faites dans la région par le biais de l’archéologie préventive, tente de reconstituer (sous forme d’une scénographie) ce qu’aurait pu être une veillée funèbre puis est imaginée sous forme d’une grande fresque ce que pouvait être le cortège funéraire, puis l’incinération par le biais d’un film et de la reconstitution d’un espace funéraire. L’exposition, outre l’argumentaire scientifique, tente de faire comprendre ce que signifiaient ces rites au plan humain. Elle présente aussi plusieurs inscriptions dont l’épitaphe et le masque mortuaire de Claudia Victoria, morte à 10 ans.

Tentons de transcrire le texte : Les citations latines : de la parodie à l’utilisation pédagogique. Voici un marchand de vin polyglotte : ses propositions de vente sont faites en français et en anglais mais son enseigne, de vinis illustribus est évidemment une parodie du de viris illustribus. Un usage parodique des citations latines se trouve évidemment dans les albums d’Astérix. Si on les regroupe, comme par exemple cela a été fait ici, on a l’impression qu’elles sont très nombreuses. En fait, si on examine quelques albums pris au cours des années, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas si fréquentes : - La serpe d’or (1962) 2 citations : Vade retro, Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ? - Le tour de Gaule d’Astérix (1965) 2 citations : Exegi monumentum aere perennius, Victrix causa diis placuit, sed victa Catoni. - Le bouclier arverne (1968) 8 citations : Diem perdidi, O tempora !

O mores ! , Vade retro ! Pour ce qui est des citations latines, leur problème est celui des pages roses du petit Larousse qu’il faut maintenant envisager. Les pages roses du petit Larousse. Urbi, orbi, etc…Le latin est partout ! Inscriptions romaines (1) Inscriptions romaines (2). Res gestae : le “rapport moral et financier” d’Auguste. Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus. Lorem ipsum : quesaco ??