background preloader

Si la pollution était négligée...

Facebook Twitter

Québec : Monsanto plus puissant que le gouvernement ? – Epoch Times. Le Round Up de Monsanto. (FlickR ) Devant les analyses accablantes sur la dégradation des écosystèmes d’Amérique du Nord, le réveil est douloureux pour le gouvernement québécois et pour les agriculteurs, habitués à utiliser le Round Up de Monsanto. Le ministre québécois de l’Agriculture n’a pas laissé l’ombre d’un doute. Dans sa déclaration au micro de Radio Canada, le 28 octobre dernier, Pierre Paradis a déclaré « Monsanto et les autres de ce genre sont encore plus puissants que le gouvernement du Québec ». Les enjeux environnementaux font pourtant l’objet de recherches de la part des autorités sanitaires canadiennes.

Récemment, l’administration québécoise a même fait part d’objectifs ambitieux pour le développement d’une agriculture saine. Développer l’agriculture souvraine Le Québec compte 42 000 agriculteurs et 2 % du territoire est consacré à l’agriculture – à titre de comparaison, on compte en France 515 000 exploitations agricoles sur 58 % du territoire. Après moi le déluge. 3) L’eau, future ressource rare ? L’extension des zones d’habitation, l’artificialisation rapide des sols et des surfaces agricoles due à l’urbanisation menace tout d’abord la biodiversité, c’est à dire les ressources végétales (déforestation) et les espèces animales (disparition d’espèces). 35 Millions de km2, soit le 1/4 des terres émergées sont soumis à un phénomène de dégradation.

Lors de la dernière mesure, en 1991, ce taux n’était que de 15%. On estime qu’un tiers environ de la superficie des terres émergées du globe, soit environ 4 milliards d’hectares sont menacés de désertification dont 600 millions d’hectares sont en voie de désertification dans le monde. Près de 5 milliards d’hectares de terres sont fortement dégradés, ce qui correspond à 70% des zones sèches de la Terre… (UNESCO) < Les zone de désertification dans le monde Au total, en environ 20 ans, c’est l’équivalent de la surface agricole des États-Unis qui aurait été perdu selon le magazine Géo.

L’épuisement des végétaux. Le monde de demain... A quoi ressemblera la planète dans 50 ans ? Une étude prédit la fin de notre planète avant l'an 2100. Un article de la revue Nature intitulé "Approaching a state-shift in Earth’s biosphere" a fait l'effet d'une petite bombe dans la communauté scientifique en prédisant une fin imminente à notre planète. Cette fatalité aurait lieu d'ici l'année 2100 et serait due à l'emballement des changements radicaux des écosystèmes et du climat de la Terre.

Une étude de la Simon Fraser University (SFU) de Vancouver publiée dans la revue Nature montrerait qu'un effondrement total de la planète se produirait d'ici la fin du siècle. L'étude, menée par 18 scientifiques, soulève plusieurs points inquiétants : la dégradation générale de la nature et des écosystèmes, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes et le changement radical du bilan énergétique global. Ces modifications finiraient par arriver à un point de non-retour, c'est-à-dire qu'elles deviendraient irréversibles. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter. Activités humaines et pollutions des sols et de l'eau. Inondations : pourquoi les rivières débordent. Viande : impact sur l'environnement, la santé et les animaux.

La majorité des produits vendus en supermarché liés à la déforestation illégale. Il y a quelques jours, on apprenait que le taux de déforestation de la forêt vierge amazonienne avait grimpé de 29% en un an. Une étude réalisée par des organisations américaine et britannique montre que la plus grande partie de la déforestation actuelle - au Brésil, mais aussi en Indonésie, en RDC ou en Papouasie Nouvelle-Guinée - se déroule dans des conditions illégales, dans le but d’exporter des matières premières - papier et bois, mais surtout désormais soja, huile de palme, viande - vers les marchés occidentaux et asiatiques.

L’opacité de ces filières d’approvisionnement fait que la grande majorité des produits vendus dans nos supermarchés présentent un risque d’être liés à la déforestation illégale. Inter Press Service présente les résultats de l’étude, réalisée par les ONG Forest Trends (États-Unis) et Earthsight (Royaume-Uni) : Lire l’intégralité de l’article (en anglais). Celui-ci explique également les propositions mises en avant par la société civile pour remédier au problème. Réchauffement. Selon le Giec, le monde a consommé deux tiers de son "crédit carbone" - L'Usine de l'Energie. Le monde industriel a déjà émis 2000 milliards de tonnes de CO2. Pour ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique, il ne faudra pas dépasser 2900 milliards de tonnes.

Telle est la dernière alerte du Giec. Ce dimanche 2 novembre, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) présentait la synthèse de son 5ème rapport d’évaluation. Le document insiste de nouveau sur les preuves qui lient les émissions humaines de CO2 au réchauffement climatique et tire la sonnette d’alarme sur l’urgence d’agir. "La science a parlé. Ce lundi 3 novembre, plusieurs des experts français étaient réunis au ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. De fait, la synthèse égrène des faits et chiffres chocs : "la période 1983-2013 est la plus chaude depuis 1400 ans", assure ainsi Sylvie Joussaume, climatologue, directrice de recherches au CNRS qui a participé à l’élaboration du rapport.

Les gouvernants prêts à entendre le message Ludovic Dupin. L'efficacité énergétique, cadet des soucis des États membres. Climat : le rapport qui donne l’alerte. Impacts: humain & environnemental. Vidéo > Interview 1/5 : l'impact de l'Homme sur le climat. Nos Magazines Nos services Vidéos Afficher plus de tags Mots-clés | climatologie, gaz à effet de serre, Réchauffement climatique, développement durable Interview 1/5 : l'impact de l'Homme sur le climat L’Homme brûle des combustibles fossiles : pétrole, charbon, gaz naturel, principalement pour produire de l'énergie.

Cette activité a pour conséquence des changements dans la composition de l'atmosphère en produisant des gaz à effet de serre. 20/10/2014 - Par Jonathan SARE, Futura-Sciences 13 commentaires Réagir Par la combustion d'énergies fossiles et la déforestation, les activités humaines ont un impact sur la composition atmosphérique. L'évolution de la composition atmosphérique se fait à vitesse rapide. Vidéo précédente Interview 5/5 : les clés de la recherche spatiale connexes Actualité Voir plus Dossier Définition Livre À voir aussi : Vos réactions Chargement des commentaires Les + récentesLes + vues Toutes les vidéos Top 3 Actualité Top 3 Dossier Restez connecté Nos magazines Nos Services.

En vidéo : la fonte inquiétante des glaciers arctiques. La fonte des glaciers en Arctique inquiète mais la situation est également préoccupante en Antarctique. On voit ici un iceberg tabulaire. Il est de forme plate, avec une longueur supérieure à cinq fois sa hauteur. Les tabulaires sont caractéristiques de la zone antarctique et de ses nombreuses « barrières de glace », certaines longues de plusieurs kilomètres. Elles dérivent dans l’océan austral au gré des vents et des courants. © cc by sa 2.0, Michael Clarke, Wikipédia En vidéo : la fonte inquiétante des glaciers arctiques - 1 Photo Les images sont certainement l’un des meilleurs moyens pour faire prendre conscience au grand public de l’importance des problèmes découlant du réchauffement climatique et de la nécessité de prendre des mesures pour y faire face.

Les membres du Catlin Seaview Survey l’ont bien compris et c’est pourquoi ils sont en train de réaliser un Google Street View des récifs coralliens de la planète afin de surveiller leur évolution pendant le XXIe siècle. Jean Jouzel : « il faut moins d'énergies fossiles » La petite sirène du port de Copenhague, où s'est tenue en 2009 une conférence sur le climat qui a surtout montré les difficultés à agir, n'est pas encore sous les eaux, comme dans ce montage. Mais la hausse des températures et du niveau des mers semblent inéluctables. Nous pouvons néanmoins les réduire. © elv, Flickr - Licence Creative Common (by-nc-sa 2.0), Futura-Sciences Jean Jouzel : « il faut moins d'énergies fossiles » - 3 Photos Ce week-end s’est tenu à Paris un sommet mondial des régions sur le changement climatique. Pourquoi cette échelle plutôt que celle des nations ? Jean Jouzel : L’initiative du « R20 » (R pour régions et 20 pour faire écho au G20) est venue d’Arnold Schwarzenegger, alors gouverneur de Californie, après l’échec du sommet de Copenhague en 2009.

Puisque les accords au niveau des nations semblaient difficiles, l’idée a été de se réunir à l’échelle des régions. Quelles sont les bonnes pistes ? Jean Jouzel : On sait quoi faire. Sur le même sujet. RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE "Dans dix ans, on clamera : il fallait nous le dire !" : Sciences et Avenir. « A la question ‘’Est-ce que le réchauffement qu’on commence à percevoir est lié aux activités humaines ?’ ‘ je vous rappelle que les rapports du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ont successivement répondu : « on ne sait pas » (1990), « peut-être » (1995), « probablement » (2001), « très probablement » (2007) »… C’est ainsi que le climatologue Jean Jouzel, vice-président du GIEC, médaille d’or du CNRS, s’exprimant sur « L’avenir du climat », jeudi 13 mars lors d’un petit déjeuner extrêmement instructif à l'Institut Diderot , a commenté l’évolution prudente mais… claire de la façon dont les rapports de l’homme et du climat ont été envisagés au cours de ce dernier quart de siècle.

Pour la version 2013 du rapport du GIEC (en train d’être rendu public par morceaux successifs – le deuxième morceau est pour la semaine prochaine), on imagine que la réponse à la question sera : c’est quasi-sûr ! Cela étant dit, que va-t-il se passer en France, s’interroge-t-on ? La France jugée "incohérente" dans sa lutte contre le changement climatique. La Cour des comptes s'était déjà penchée en 2013 sur l'inconsistance avec laquelle les pouvoirs publics traitaient le développement des énergies renouvelables, enjeu majeur quand on sait que la France importe chaque année de l'énergie pour 70 milliards d'euros.

Ce jeudi, elle juge cette fois que la politique française en matière de lutte contre le changement climatique manque de "cohérence", qu'elle est "insuffisamment évaluée" et qu'elle a négligé les secteurs les plus polluants que sont le transport et l'agriculture. Selon un nouveau rapport, "les mesures prises au niveau national sont foisonnantes" mais "insuffisamment évaluées et n'ont pas la cohérence nécessaire", a résumé le premier président de la Cour, Didier Migaud, en présentant le rapport de la Cour devant la commission d'Évaluation et de Contrôle des politiques publiques de l'Assemblée nationale. "La Cour recommande de renforcer le pilotage de cette politique qui est interministérielle par nature", a-t-il ajouté. 2036 ou quand le réchauffement climatique atteindra un seuil critique.

2036 pourrait être une année charnière dans l’histoire du réchauffement climatique. Selon les calculs du climatologue Michael Mann, c’est en 2036 que la température à la surface de la Terre atteindra un seuil dangereux pour nous, humains. Il détaille ses recherches dans un article de Scientific American. Le modèle arithmétique de Michael Mann, bien qu’expliqué par le scientifique, reste un vrai casse-tête. Mais dans une précédente publication, le climatologue expliquait pourquoi 2036 représentait, selon lui, l’année critique. publicité D’abord, qu’est-ce que ce seuil jugé dangereux pour l’homme? D’après le quatrième rapport du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publié en septembre 2013, si la température à la surface de la Terre augmente de 2 degrés par rapport à celle de la fin du XIXe siècle, alors nous aurons de quoi nous inquiéter sérieusement.

Pourtant, ces dernières années, on entendait beaucoup parler d’une «pause» du réchauffement climatique. Réchauffement climatique : l'humanité est dans une posture "suicidaire" Les scientifiques et délégations des pays membres doivent désormais débattre et adopter, en vue de sa publication le 12 avril, un "résumé pour décideurs". Avec pour objectif les futurs accords de Paris en 2015. Mais que peut-on en espérer devant ce qui semble être une indifférence globale au problème. Quand ce n'est pas sa négation pure et simple. Pour Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et philosophe, pionnier de l'agroécologie, initiateur du Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, aujourd'hui mouvement Colibris, l'humanité est dans une posture purement "suicidaire", inconsciente des enjeux.

Par défaut d'intelligence collective. Sud Ouest. Pierre Rabhi. Vous pensez qu’il n’est pas trop tard pour intervenir sur l’environnement, pour retrouver cet équilibre nécessaire entre activité humaine et respect de la nature ? Le destin humain a toujours oscillé ainsi entre « il n’est jamais trop tard » et « il est trop tard ». C'est notre destinée tragique. C'est exact. Absolument ! Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer. Ce qui s'est passé dans la région cet été inquiète au plus haut point Jason Box, spécialiste de la glace et activiste climatique. Jason Box est un chercheur spécialiste de la glace. C'est pourquoi ce qui s'est produit cette année l'inquiète au plus haut point. Il revient tout juste d'un séjour au Groenland. A l'heure actuelle, la neige y est... noire. La glace sombre contribue au recul des glaciers. Le manteau neigeux du Groenland est recouvert de crevasses qui s'entrecroisent et laissent s'écouler l'eau de fonte très profondément sous la glace.

La calotte glaciaire du Groenland n’a jamais été aussi noire que cette année. Jason Box et son équipe tentent de déterminer les facteurs qui ont rendu si inhabituelle cette saison de fonte. Jason Box plante des drapeaux noirs –couleur de circonstance– sur les sites qu'il a étudiés. Baptisé «Dark Snow» («Neige noire»), le projet de Jason Box est la première expédition scientifique à bénéficier d'un financement participatif. Eric Holthaus. Protégeons et restaurons la Nature, il y a urgence ! L’agriculture française pourrait réduire ses émissions de GES d’un tiers d’ici 2030. Note de veille, 1 octobre 2013 Le secteur agricole représente environ 30 % des émissions mondiales de GES (gaz à effet de serre), en incluant les changements d’usage des sols et la déforestation.

Le secteur serait responsable de 60 % des émissions mondiales de N2O (protoxyde d’azote) et de la moitié de celles de CH4 (méthane) [1]. Or, ces deux gaz ont un impact beaucoup plus important que le CO2 dans le processus mondial de réchauffement climatique (25 fois plus pour le CH4). L’agriculture a donc aussi un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pourtant, elle a longtemps été « épargnée » par les politiques internationales et nationales, d’une part parce qu’il est estimé que sa capacité à nourrir une population mondiale croissante constitue la priorité, d’autre part parce que l’estimation des sources et du volume exact des émissions agricoles est très complexe. 10 sous-actions ont ainsi été identifiées et sont présentées dans le tableau ci-dessous.

Tout savoir (mais vraiment tout) sur les sacs plastiques - Infographie. / Monde Sacs à poignées et fermetures, sacs poubelle et petits sachets plastiques – nous utilisons des emballages en polyéthylène tous les jours sans songer au préjudice que nous causons à l’environnement. Retrouvez une liste des problèmes écologiques créés par l’omniprésence des sacs en polyéthylène dans cette infographie de RIA Novosti. Les sacs plastiques sont une source de pollution considérable, durant tout leur cycle de vie. Leur production consomme des produits pétroliers, de l’eau, de l’énergie, et émet des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique.

La fin de vie des sacs plastiques est particulièrement nocive pour l’environnement : il apparaît que leur recyclage n’est pas rentable d’un point de vue écologique et économique. Fin des ressources naturelles. LES perspectives énergétiques, entre bio et technologies. Le Japon promet de ralentir sa pêche au thon rouge. La couche d'ozone menacée par du tétrachlorométhane de source inconnue.

Le monde de demain... Eau | FNE. La planète Terre vit à crédit depuis le 19 août. Météo : le climat apocalyptique des années à venir. Climat : les météorologues brossent un tableau apocalyptique. Réchauffement : le Giec constate des impacts déjà importants. Terre. Naissance de la vie. Les cinq planètes les plus semblables à la Terre. Découverte de trois exoplanètes potentiellement habitables. Une exoplanète de taille terrestre dans la zone habitable.

Deux super-Terres dans une zone habitable. Notre nature en danger, biodiversité en danger.