background preloader

UE 56 Politiques publiques de la culture

Facebook Twitter

UN LABORATOIRE POUR TRANSFORMER LES POLITIQUES PUBLIQUES. Le droit à la culture. « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la Communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. »(Extrait de l’Article 27 de la Déclaration des droits de l’homme) Pour en savoir plus sur la culture, consulte le chapitre « La Culture c’est toi !

Le droit à la culture

» Définition de la culture Le Petit Robert définit la culture comme «l’ensemble des formes acquises de comportement dans les sociétés humaines». Relativisme culturel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Relativisme culturel

Le relativisme linguistique est une forme de relativisme culturel qui considère que le langage influence notre vision du monde et que, par conséquent, les représentations mentales d'individus parlant des langues distinctes diffèrent aussi ; c'est l'hypothèse dite de Sapir-Whorf. Histoire[modifier | modifier le code] L'idée de Protagoras est que « l'homme est la mesure de toutes choses ». Protagoras considère que chaque individu croit ce qui est vrai pour lui. En ce sens il peut être considéré comme un précurseur philosophique du relativisme culturel, pour qui chaque individu tient pour vrai ce que sa culture tient pour vrai. Droits culturels. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Droits culturels

Les droits culturels visent à garantir à chacun la liberté de vivre son identité culturelle, comprise comme « l’ensemble des références culturelles par lesquelles une personne, seule ou en commun, se définit, se constitue, communique et entend être reconnue dans sa dignité » (Déclaration de Fribourg sur les droits culturels, 2007). Origine des droits culturels[modifier | modifier le code] Actualités.

UE 56 Droit de la culture et politiques culturelles

03 rapport igf igac culture economie. Observatoire des politiques culturelles. Les politiques publiques de la culture en France. On comprend aisément, à la lecture de la somme considérable d’informations contenues dans le cadre des 124 pages réglementaires du « Que-sais-je ?

Les politiques publiques de la culture en France

» sur la politique culturelle française, la pertinence du pluriel de son titre. Pierre Moulinier a été chargé d’études et de recherche au ministère de la Culture et de la Communication, ce qui lui vaut une connaissance approfondie de la question, à laquelle s’ajoute une indéniable virtuosité pour dresser d’une façon claire, méticuleuse et organisée un tel inventaire – que l’on veut espérer exhaustif – des interventions de l’État et des collectivités territoriales dans les champs, désormais multipliés, concernés par les politiques publiques de la culture. Les nouveaux enjeux des politiques culturelles.

Avenir et enjeux des politiques culturelles Pour célébrer ses vingt ans, l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) de Grenoble avait en mai 2009, au sein d’une année particulièrement riche en manifestations diverses, organisé un important colloque, principalement destiné aux jeunes chercheurs et intitulé « Culture, territoires et sociétés en Europe ».

Les nouveaux enjeux des politiques culturelles

Ce sont les actes de ce colloque que viennent d’éditer les Éditions La Découverte dans la collection « Recherches/Territoires du politique ». Denis Llavori. Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine. Philippe Poirrier, maître de conférences à l'université de Bourgogne, et Bibliest ont fait oeuvre utile : il n'existait pas d'ouvrage de vulgarisation sur l'histoire des politiques culturelles.

Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine

Cette synthèse, complète, bien pensée et bien conçue, couvre donc une lacune. La longue durée Philippe Poirrier n'entend pas une telle histoire comme relevant du seul XXe siècle, voire ne remontant qu'à la création du ministère des Affaires cultuelles par André Malraux. Il situe cette histoire dans la longue durée, héritière, à de multiples titres et quand bien même pour s'en distinguer, de l'Ancien Régime. L'auteur signale donc les dates et faits importants d'une telle histoire : la création des Académies, marquant une première institutionnalisation de l'exercice artistique ; le mécénat royal, aux multiples objectifs - soutien à une forme de création et encadrement des artistes.