background preloader

Isac93

Facebook Twitter

OUTILS COLLABORATIFS

Apprentissage collaboratif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Apprentissage collaboratif

Dans le domaine de l'apprentissage et de la gestion communautaire des savoirs, la collaboration repose sur un but commun, chaque membre réalisant une part de la tâche globale, en puisant dans les ressources de l'environnement (mémoire organisationnelle), dans ses ressources propres (compétence individuelle) et dans celles du groupe : on parle alors de communauté de pratique voire de communauté d'apprentissage et d'apprentissage collaboratif. Les TICE (Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Éducation) et l'apparition de plates-formes virtuelles d'apprentissage collaboratif (Claroline...), ainsi que de nouveaux outils (logiciel Wiki par exemple) ou de produits (dont Wikipédia) permettent aujourd'hui d'intégrer des interactions interpersonnelles et de produire un nouveau mode de travail, basé sur un esprit de communauté (parfois dite « virtuelle ») dans un esprit collaboratif.

Intérêt[modifier | modifier le code] Apprendre avec de nouveaux outils : les pratiques collaboratives dans l'enseignement — Enseigner avec le numérique. Download SMART Notebook - SMART Technologies. Hattie et ses stratégies efficaces d’enseignement. Certaines approches d’enseignement sont-elles plus susceptibles que d’autres d’avoir un effet positif sur l’apprentissage des élèves?

Hattie et ses stratégies efficaces d’enseignement

Quels facteurs ont un impact significatif sur la réussite scolaire? Lesquels ont moins d’impact? Le chercheur en éducation John Hattie a voulu répondre à ces questions. Enseignement : la méta-analyse de John Hattie. Quand trop de données tue l’information : les limites des méta-analyses. Pourquoi certaines équipes sont-elles plus intelligentes que d’autres. Anita Wooley, spécialiste de l’étude des comportements de groupes, Thomas Malone, directeur du Centre pour l’intelligence collective du MIT et le psychologue Christopher Chabris, nous expliquent dans une tribune pour le New York Times ce qui fait la qualité d’un groupe sur un autre.

Pourquoi certaines équipes sont-elles plus intelligentes que d’autres

Pour cela, ils convoquent une étude de 2010 menée par Alex Pentland du MIT (cf. « Big Data : vers l’ingénierie sociale ? ») qui montrait que certaines équipes réussissaient mieux que d’autres, même si elles n’étaient pas spécialistes des sujets qu’elles devaient traiter.