background preloader

Isabelledanton

Facebook Twitter

12- Jeu de simulation : dans la peau d'un artisan du changement. 9- Un exemple concret de mise en place d'une démarche RSE. 9- Un exemple concret de mise en place d'une démarche RSE. 8- Megatrends du développement durable et impact RSE des entreprises. 7- Stratégies RSE: Bâtir une feuille de route RSE. La majorité des grandes entreprises se sont engagées de manière formelle dans une démarche de responsabilité sociétale. Cependant, un nombre important d’entre elles n’ont pas encore fait l’effort de se doter d’une stratégie RSE structurée. Je détaille dans ce billet ma vision de ce à quoi peut ressembler une « feuille de route RSE » qui décline les engagements et les priorités d’une entreprise.

Un telle feuille de route a pour avantage d’exposer clairement les priorités RSE de l’entreprise assurant l’appropriation des sujets en interne (condition importante pour mobiliser les décideurs) et une visibilité optimale en externe. La rédaction d’une « feuille de route RSE » intervient après une étape capitale consistant à identifier les enjeux RSE les plus créateurs de valeur pour l’entreprise.

L’étape suivante, qui fera l’objet d’un billet à venir, est la mise en œuvre d’un système de management dédié pour instaurer une démarche d’amélioration continue et l’ancrer dans le temps. 6- Responsabilité sociale de l'entreprise : Transdev. Adoptée en 2010 par 93% des pays membres de l'ONU, la norme internationale ISO 26000 définit la responsabilité sociétale (RS) des entreprises du secteur privé et des organisations du secteur public.

Il s'agit d'un outil pour se positionner, s'évaluer et progresser dans la voie du développement durable. Développer la culture RSE Dans tous les pays, nous avons fait du respect des règles de la diversité une priorité. Pour aller plus loin, en 2011, une feuille de route « Responsabilité sociale de l'entreprise » (RSE) a été élaborée.Inspirée par la nouvelle norme ISO 26000, elle a pour objectif de créer une entreprise responsable dans toutes ses pratiques, internes et externes, et dans tous les champs du développement durable - depuis les relations au travail jusqu'aux impacts sur la société, l'économie et l'environnement.

Porter la voix de la mobilité durable Priorité à la diversité Cet engagement s'exprime en France par la signature de la Charte de la diversité. 5- Étude OVI : le transport routier sous l’influence variable de la RSE. Majoritairement, les flottes publiques ou privées de transport de marchandises ont intégré la "contrainte environnementale" dans leurs exploitations et investissements. Mais elles passent à l’acte avec des moyens divers, voire innovants, et dans une perspective plus ou moins lointaine. C’est ce qui ressort de l’enquête de l’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI), publiée le 29 juin 2015. Elle a été réalisée auprès d’utilisateurs de véhicules industriels, avec un focus sur les initiatives mises en place en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE). Engagement sous la contrainte, par intérêt ou par opportunité ? "La question a été de savoir si les acheteurs et utilisateurs de camions s’engagent dans une démarche environnementale sous la contrainte, ou par intérêt ou par opportunité.

Pour 91 %, cette contrainte représente d’abord un coût, apparaissant comme le "premier obstacle visible". Les réalisations : véhicules propres, renouvellement du parc... 4- Les raisons de la mise en place d'une démarche RSE. 1- Notion de développement durable. TD5 la notion de RSE. Freins et limites de la RSE | Communication & Environnement - Le magazine. Un des facteurs susceptible de limiter l’expansion d’un management RSE semble être d’ordre culturel et éducatif, et serait dû à notre perception du monde « analytique et binaire » qui ne nous aide pas à accéder à une vision holistique, analogique et symbolique ».

Ce qui peut expliquer partiellement que les dirigeants d’entreprises ne soient pas préparés à appréhender la complexité (comme le pense également Edgar MORIN) et ne possèdent pas forcément la capacité d’une vision globale. Ainsi la RSE ne serait pas toujours une initiative mue par une volonté philanthropique d’évolution mais serait plutôt utilisée à des fins de survie de l’entreprise en période de crise, crise qui aujourd’hui se présente sous forme globale : économique, environnementale. La crise financière peut à elle seule expliquer la peur de certains de vouloir se lancer dans une politique de RSE, ne voulant pas faire supporter à l’entreprise de coûts supplémentaires qui serait susceptibles de lui être fatals.

Trackbacks. Qu’est-ce-que la responsabilité sociétale des entreprises ? Lexique de la responsabilité sociétale des entreprises (source INSEE - octobre 2012) La charte de la diversité en entreprise : depuis son lancement en octobre 2004, elle incite les entreprises à garantir la promotion et le respect de la diversité dans leurs effectifs. En la signant, ces entreprises s’engagent à lutter contre toute forme de discrimination et à mettre en place une démarche en faveur de la diversité. L’écoconception correspond à l’intégration des aspects environnementaux dans la conception ou la re-conception de produits. Il s’agit de prendre en compte les exigences environnementales sur le produit : réglementation, image de marque… ainsi que les conséquences environnementales du produit : consommations de ressources, émissions atmosphériques, production de déchets, valorisation du produit en fin de vie… Les exigences et les conséquences doivent être envisagées sur tout le cycle de vie du produit.

En effet, il s’agit d’obtenir une performance globale. En savoir plus sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) RSE/RSO | aC-Croitre. La RSE/RSO est la « responsabilité d’une entreprise/organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui contribue au développement durable, à la santé et au bien-être de la société ; prend en compte les attentes des parties prenantes; respecte les lois en vigueur et qui est en accord avec les normes internationales de comportement; et qui est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations » (selon ISO 26000).

La définition de la responsabilité sociale des entreprises intègre aujourd’hui couramment 3 dimensions : Au travers de la RSE, l’entreprise au delà de son rôle d’acteur économique traditionnel, s’interroge sur les conséquences sociales et environnementales de ses activités en cherchant à concilier performance économique, sociale et environnementale. De ce fait, elle permet de déployer la RSE au sein de votre structure au profit : ENTREPRISE : le profit, finalité essentielle mais pas exclusive « iprofield. ENTREPRISE : le profit, finalité essentielle mais pas exclusive Publié le Mis à jour le A la différence des autres organisations, les entreprises ont pour objectif principal de se faire du profit.

Bien que cet objectif ne soit pas le seul pour celles-ci, il demeure néanmoins prioritaire à leur essor Pour une entreprise, la maximisation du profit ne peut pas en être le seul but. La création de richesses pour les parties prenantes est également une nécessité de long terme : les clients attendent une valeur du produit (bien ou service) vendu par l’entreprise ; les salariés travaillent pour une rémunération ; les actionnaires sont intéressés aux résultats grâce aux dividendes ; les fournisseurs réalisent un chiffre d’affaires en vendant les matières premières ; l’État perçoit des impôts et taxes. Dans cet élan, l’entreprise peut avoir en plus des finalités sociales, environnementales ou sociétales. RSE, intérêt et contraintes L’intégration de la RSE aux finalités des entreprises Cédric KOIVOGUI.

L’entreprise : définition, finalités et classification. L’entreprise est une unité économique et juridique qui a pour principale fonction la production de biens et services destinés à être vendus sur un marché. L’activité d’une entreprise peut être décomposée en deux phases distinctes : l’activité productive, c’est à dire la création de biens ou services.l’activité de répartition des richesses en contrepartie des biens ou services. a. L’entreprise en tant qu’unité de production Par l’opération de production, l’entreprise transforme des flux d’entrée (Intrants ou Inputs) en flux de sortie (Extrants ou outputs). Les intrants peuvent être classés en trois catégories : Le travail fourni par le personnel de l’entrepriseLe capital technique : bâtiments, matériels ……..etc.Les consommations intermédiaires c’est à les matières premières, les produits semi-finis, énergie…..ou les services (publicité, transport, …etc.) incorporés au processus de production. b.

La contrepartie de l’activité de production de l’entreprise se traduit par la vente. 1.1. 1.2. Chapitre 2 : finalité et responsabilité sociale de l'entreprise. Les BRICS ont lancé leur banque de développement. Cette fois, ça y est. Réunis pour leur sixième sommet annuel à Fortaleza, au Brésil, les cinq grands pays émergents, Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud (les « BRICS »), ont signé, mardi 15 juillet, un accord actant la création d'une banque de développement et d'une réserve de change commune. « C'est une contribution importante pour la reconfiguration de la gouvernance économique mondiale », s'est félicitée la présidente brésilienne Dilma Rousseff. « Ces pays cherchent à créer un système alternatif aux institutions dominées par les nations occidentales, Fonds monétaire international (FMI) et Banque mondiale», confirme Yves Zlotowski, économiste en chef de Coface.

La banque de développement, qui sera basée à Shanghai, aura pour objectif de financer de grands projets d'infrastructures dans les pays concernés et, à terme, dans d'autres émergents. Sa capitalisation de départ sera de 50 milliards de dollars, apportés par les cinq participants. Les inconnues sont nombreuses.