background preloader

Actu IST/sida

Facebook Twitter

Pénurie d’antibiotiques : la syphilis est de retour car la production de la pénicilline qui permet de la soigner n’est plus profitable. Atlantico : selon l'Organisation Mondiale de la Santé, la France ferait partie des 18 Etats actuellement en situation de pénurie de pénicilline alors que de moins en moins de laboratoires en commercialisent.

Pénurie d’antibiotiques : la syphilis est de retour car la production de la pénicilline qui permet de la soigner n’est plus profitable

Mais alors que les stocks mondiaux de ce médicament baissent, de plus en plus de vieilles maladies refont surface, telle que la pénicilline. Comment expliquer le retour de ces maladies presque oubliées? Quels sont les risques d'attraper une syphilis aujourd'hui? Quels dangers encourons-nous? Stéphane Gayet : La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) ou encore vénérienne, due à une bactérie très allongée, spiralée et mobile, appelée tréponème pâle.

La syphilis et la gonococcie sont les deux maladies vénériennes les plus anciennement connues. Après un rapport sexuel contaminant, la période d'incubation de la maladie dure environ trois semaines. La syphilis primaire est donc purement locale. Atlantico sur facebook notre compte twitter Intéressé par cet auteur ? Décret du 28 avril 2017 relatif à la coordination de la lutte contre les IST et le VIH. La section 7 du chapitre Ier du titre II de la troisième partie du code de la santé publique (dispositions réglementaires) est modifiée comme suit : I.

Décret du 28 avril 2017 relatif à la coordination de la lutte contre les IST et le VIH

-L'intitulé de la section 7 est remplacé par l'intitulé suivant : « Coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le virus de l'immunodéficience humaine ». II. VIH : Plaidoyer pour une nouvelle prévention - 5 notes de synthèse de l'IREPS Auvergne-Rhône-Alpes. VIH et handicap. Guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes vivant avec le VIH - CNSA. "Mettez 3 paires de gants" : séropositif, je suis victime de discrimination à l'embauche.

Franck Hardy a lancé sa propre association pour lutter contre la sérophobie.

"Mettez 3 paires de gants" : séropositif, je suis victime de discrimination à l'embauche

(F. H.) Ma vie a été gâchée par des problèmes de santé. Cancer, paralysie faciale… À chaque fois, c’était un nouvel obstacle à surmonter, une nouvelle épreuve à affronter. Heureusement, je m’en suis toujours sorti. Mais en 2009, la malchance m’a rattrapé : j’ai appris que j’étais séropositif. Je n’ai pas été la seule victime de cet homme et une procédure a été lancée. Le jour où j’ai appris que j’étais séropositif À l’époque, j’étais en couple. À aucun moment je n’ai envisagé que je pouvais avoir été contaminé par le VIH. Anéanti, j’ai tout de suite réfléchi à la manière dont je devais en parler à mon compagnon.

"Monsieur, on va faire le texte, mais il y a vraiment peu de chance pour que vous ne soyez pas contaminé vous aussi. " Finalement, ça n’a pas été le cas, mais depuis nous nous sommes séparés. Ma séropositivité n’est pas incompatible avec ma formation "Je ne partage pas vos choix de vie. " "Très bien. Plus d'excuse aux idées reçues sur le SIDA et le VIH - Sciencesetavenir.fr. Le Sidaction, c'est du vendredi 24 au dimanche 26 mars 2017.

Plus d'excuse aux idées reçues sur le SIDA et le VIH - Sciencesetavenir.fr

A cette occasion, comme chaque année, l'association a publié un sondage IFOP/ Bilendi (à la fin de l'article). Et s'alarme des résultats : encore beaucoup trop d'idées reçues et de méconnaissances autour du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et du syndrome d'immunodéficience acquise (Sida). Pourtant 71% des Français déclarent que le Sida leur fait peur (80% des 15-24 ans). Et semblent être demandeurs d'une meilleure communication sur cette maladie puisque 64% des personnes sondées estiment que les médias du web n'informent pas suffisamment sur le sujet (72% pour les réseaux sociaux).

Sciences et Avenir fait donc le point avec le Dr Diaz, médecin urgentiste, pour rectifier les erreurs les plus notables qui ressortent de ce sondage. Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France. VIH : la PrEP, un outil pour réduire la transmission du virus mais qui ne remplace pas le préservatif. En parallèle de ses nouvelles recommandations sur la stratégie de dépistage du VIH, la Haute Autorité de Santé (HAS) publie aujourd’hui également une fiche de bon usage de la PrEP (prophylaxie pré-exposition) par Truvada® à destination des professionnels de santé qui seraient amenés à prescrire ce médicament à l’hôpital et dans les CeGIDD (primo-prescription et renouvellement annuel) ainsi qu’en médecine de ville (renouvellement trimestriel).Pour la HAS, la PrEP par Truvada® est un outil complémentaire pour réduire la transmission du VIH dans des populations à haut risque, mais qui ne remplace pas le préservatif.

VIH : la PrEP, un outil pour réduire la transmission du virus mais qui ne remplace pas le préservatif

Qu’est-ce que c’est ? La PrEP est un nouveau moyen de prévention du VIH qui repose sur la prise d’un médicament par une personne non infectée par le VIH ayant des conduites à risque d’infections. Quelle efficacité ? Quels risques ? VIH : pour éradiquer l’épidémie, le dépistage doit être renforcé. Depuis plusieurs années en France, le nombre de nouvelles infections ne diminue pas : il est estimé à plus de 7 000 par an.

VIH : pour éradiquer l’épidémie, le dépistage doit être renforcé

A ce constat s’ajoutent des chiffres tout aussi préoccupants : 40% des infections sont diagnostiquées tardivement et 20% des personnes atteintes ignoreraient encore leur séropositivité. Sidaction 2017 : quand arrivera-t-on enfin à en finir avec le sida ? SANTE - Comme chaque année depuis 1994, chaînes de télévision, radios et bénévoles se mobilisent pendant trois jours, du vendredi 24 au 26 mars, pour le Sidaction.

Sidaction 2017 : quand arrivera-t-on enfin à en finir avec le sida ?

L'année dernière, 4,2 millions d'euros de dons ont été récoltés pour la recherche et la prévention contre le sida. Un récent sondage, commandé par l'association, rappelle que les Français, notamment les jeunes, ont une très mauvaise perception de l'impact du VIH ou encore des moyens de prévention. A n'en pas douter, ces flous doivent aussi exister dans la connaissance de l'état de la recherche. En France, et ce depuis plusieurs années, on peut vivre avec le virus du VIH dans l'organisme sans être malade, grâce à la trithérapie. Ces traitements antirétroviraux permettent de limiter la prolifération du virus et l'empêche d'être actif dans le corps. Le problème des cellules réservoirs Pour autant, cela ne veut pas dire que l'on est guéri. Un drapeau pour repérer les cellules infectées D'autres marqueurs d'ici un an ou deux?