background preloader

Discrimination scolaire

Facebook Twitter

Mallette des parents - La Mallette des parents, du CP à la 3e. Des outils pour mettre en œuvre concrètement la coéducation Largement utilisée depuis 2010 dans les écoles et les établissements, la Mallette des parents se modernise et se généralise cette année à toutes les équipes volontaires, sous l'impulsion des référents « parents d'élèves » désignés par les recteurs.

Mallette des parents - La Mallette des parents, du CP à la 3e

Elle doit être, partout où elle est mise en œuvre, l'occasion de repenser les conditions d'accueil des parents et leur participation à la vie scolaire. Les supports de la Mallette des parents ont fait l'objet d'une actualisation et d'une réédition. Ils peuvent être utilisés dans le cadre des rencontres-débats, et plus largement pour améliorer la qualité de la relation École-parents. Ces outils sont diffusés dans chaque académie par le référent parents d'élèves.

Toutes les ressources sont également accessibles sur le site mallette des parents qui sera enrichi progressivement. Authentication CAS nécessaire ! Quels objectifs prioritaires ?

Authentication CAS nécessaire !

La pluralité des objectifs – la dimension linguistique comme vecteur d’insertion sociale et professionnelle, la compréhension des codes et habitus scolaires, l’appropriation des valeurs et normes sociales, etc. – constitue à la fois la force et la faiblesse de cette opération. Si elle permet une grande souplesse et une certaine adaptabilité en fonction de l’offre de dispositifs qui préexiste sur un territoire et des besoins identifiés, elle invite à réfléchir à l’articulation de ces dispositifs les uns avec les autres, et à leur priorisation, aux logiques à l’œuvre dans chacun d’eux et aux effets induits (rôle du choix de tel ou tel dispositif en fonction des objectifs visés : insertion sociale, professionnelle…).

Aussi, éviter ces écueils nécessite une grande vigilance. "Dans l'école, les classements ethniques sont en usage" – Françoise Lorcerie. Par François Jarraud Spécialiste des questions ethniques dans la société française, Françoise Lorcerie éclaire pour nous la question de le discrimination scolaire.

"Dans l'école, les classements ethniques sont en usage" – Françoise Lorcerie

On parle souvent des inégalités sociales à l'Ecole, y compris les officiels, les autres discriminations sont souvent tues. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce parce que le problème est négligeable ? Les disparités de réussite selon les catégories d’élèves sont inégalement reconnues, c’est vrai. - Georges Felouzis : Pour casser les ghettos il faut rendre plus attractifs les établissements. C'est en étudiant les collèges aquitains que Georges Felouzis a mis en évidence la ségrégation ethnique qui frappe l'école républicaine.

- Georges Felouzis : Pour casser les ghettos il faut rendre plus attractifs les établissements

Déjà mis à mal dans d'autres domaines, l'idéal républicain d'une école où chacun aurait sa chance en est sérieusement écorné. Quels mécanismes expliquent cette ségrégation ? Comment y remédier et assurer une école pour tous ? FJ- Vos travaux ont levé un tabou en mettant en évidence l'importance de la ségrégation ethnique à l'école en France. Par exemple, dans l'académie de Bordeaux, 10% des établissements scolarisent un quart des élèves étrangers. GF- On ne peut pas parler de xénophobie ou de racisme. Mais ce n'est pas le fruit du racisme. Le tabou de la discrimination ethnique à l'Ecole enfin levé ? Par François Jarraud La discrimination scolaire peut-elle se résumer à la question sociale ?

Le tabou de la discrimination ethnique à l'Ecole enfin levé ?

Ou faut-il faire entrer dans la discrimination scolaire la question ethnico-raciale ? Ces dernières années plusieurs travaux sont allés en ce sens. On peut penser à ceux de G Felouzis, sur les collèges du Bordelais, ou à ceux de F Lorcerie. Mais d'autres montrent aussi une bonne réussite d' enfants immigrés. Pour la Halde et l'Acsé, Fabrice Dhume, Suzana Dukic, Séverine Chauvel et Philippe Perrot ont entreprise d'éplucher la totalité des études parues en France sur cette question depuis un demi-siècle. La Diversité face à la discrimination. Si la revue Diversité voulait montrer qu'elle est un lieu de débat elle a réussi. Elle fêtait le 18 décembre ses 40 années. Presque un demi siècle pour passer d'un bulletin de liaison de formateurs à une revue qui est passée de l'analyse territoriale à la sociologie de l'intégration. Pour l'événement, la revue avait invité trois experts, G Felouzis, F Lorcerie et P Picard pour échanger sur l'intégration et confronté des points de vue qui se sont avérés assez différents.

Le défi que pose l'intégration à l'école française fait encore débat. Sociologue, professeur à Genève, Georges Felouzis a soulevé le premier le tabou de la discrimination ethnique dans l''école française dans un travail sur les collèges bordelais publié il y a presque 10 ans. Patrick Picard (IFé) reste dans la notion d'échelle pour demander qu'on se focalise au plus près du terrain. Pour G Felouzis, la taille même des inégalités scolaires, comme Pisa le montre, ne peut pas relever que de la pédagogie. François Jarraud. Fabrice Dhume : Discriminations : il faut dédramatiser ces questions. "Il y a des lois ou des circulaires de nature discriminatoire, dont celle de 2004 mais pas exclusivement".

Fabrice Dhume : Discriminations : il faut dédramatiser ces questions

Fabrice Dhume revient sur la polémique qui a accueilli son rapport. La meilleure réponse, selon lui , c'est déjà de le lire. Comment fonctionne, selon vous, la discrimination dans le système scolaire ? Ce que l'on sait à partir des travaux dont nous disposons, c'est que la discrimination fonctionne de manière très diffuse : elle ne se concentre pas à un seul endroit du système scolaire, mais à tous les niveaux et dans toutes les dimensions de son fonctionnement. Par exemple, dans le domaine des interactions avec les élèves ; on connait bien cela concernant le genre, la classe sociale, mais il y a moins de travaux sur les questions ethnico-raciales. Est-ce trop tabou pour qu'on se penche sur ce problème ? Oui, il y a un vrai problème de reconnaissance, un défaut de légitimité de ces questions dans l'institution scolaire, mais aussi dans le champ scientifique.

Le rapport.