Oradjar

Facebook Twitter

Aborigène. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le terme d'aborigène (par abus de langage et erreur, le terme arborigène, littéralement originaire des arbres, est utilisé) vient du latin ab origines et est employé pour qualifier les habitants premiers ou peuples premiers de certains territoires, par exemple dans les cas suivants : Il est également utilisé par les linguistes pour un groupe de langues austronésiennes, dit « malais aborigène », parlées par des populations autochtones de la péninsule Malaise. Sens commun[modifier | modifier le code] L'acception commune du mot aborigène renvoie à celui dont les ancêtres sont les premiers habitants connus de sa terre natale.

Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : aborigène, sur le Wiktionnaire. Langues khoïsan. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Langues khoïsan

Répartition des langues khoïsan, en jaune sur la carte Sur le plan morpho-syntaxique, les langues khoïsan sont plutôt isolantes. Vedda. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vedda

Homme vedda Les Vedda ou Wanniyala-Aetto sont un peuple indigène du Sri Lanka, linguistiquement relié aux Singhalais, ethniquement aux Australoïdes. Aborigènes de l'Inde. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aborigènes de l'Inde

Nombre de groupes tribaux parmi les plus petits sont très sensibles à la dégradation écologique entraînée par la modernisation de l'Inde. La sylviculture industrielle et l'agriculture intensive se sont avérées destructives sur les zones forestières qui étaient utilisées pour pratiquer la culture sur brûlis pratiquée par les Ādivāsī depuis des siècles. Vue d'ensemble géographique[modifier | modifier le code] Les aborigènes constituent 8,6 % de la population totale de l'Inde, soit plus de 104 millions de personnes selon le recensement de 2011. Une partie importante d'entre eux vit dans une ceinture longeant l'Himalaya et traversant le Jammu-Kashmir, l'Himachal Pradesh et l'Uttaranchal à l'ouest jusqu'à l'Assam, le Meghalaya, le Tripura, l'Arunachal Pradesh, le Mizoram, le Manipur et le Nagaland au nord-est.

Critères de tribalité[modifier | modifier le code] Éducation[modifier | modifier le code] Aïnous (ethnie du Japon) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aïnous (ethnie du Japon)

Cet article concerne le peuple aïnou du Nord du Japon. Pour les autres significations, voir Aïnou. Aïnous Aïnous en 1904. Ils étaient il y a peu en voie d'extinction ; on compte, de nos jours, environ 150 000 membres de ce groupe ethnique [réf. nécessaire], mais aucun recensement exact n'a été tenu car beaucoup d'Aïnous cachent leur origine ou, dans bien des cas, ne la connaissent même pas, leurs parents la leur ayant dissimulée pour les protéger de la discrimination et du racisme. Ce peuple de pêcheurs et chasseurs possède une structure sociale patriarcale et polygamique. Un Aïnou, vers 1880. Aborigènes de Taïwan. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aborigènes de Taïwan

Aborigènes de Taïwan 臺灣原住民 Les Aborigènes de Taïwan (chinois : 原住民; pinyin: yuánzhùmín) sont les peuples les plus anciens à habiter Taïwan. Ils sont venus par vagues successives il y a 5 000 ans en provenance du sud-est de la Chine ou du Sud-Est asiatique. Sous le nom de Gaoshan, ils constituent une des 56 minorités nationales que reconnaît la République populaire de Chine. Aeta. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aeta

Femme Aeta des Philippines Les Espagnols ont surnommé cette population « Negritos », en raison de leur petite taille et leur apparence physique qu'ils trouvaient semblable à celle des Africains. Certains anthropologues rattachent les Aetas, qui sont génétiquement distincts des Austronésiens, aux Andamanais autochtones dans l'océan Indien. Une autre théorie sur l'origine des Aetas avance qu'ils sont les descendants des premiers habitants des Philippines qui arrivèrent il y a 30 000 ans, lorsque le niveau des mers était beaucoup plus bas qu'aujourd'hui et que les îles étaient reliées au continent asiatique. Les Aetas sont longtemps restés insoumis à la loi coloniale espagnole, se réfugiant dans les montagnes. Aborigènes de Tasmanie.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aborigènes de Tasmanie

Une image des quatre derniers aborigènes tasmaniens de "lignée pure" vers 1860s ; Truganini, la dernière survivante de l'ethnie est située à l'extrême droite de l'image. Les aborigènes de Tasmanie (noms aborigènes : Lutrawita ou Trouwunna) sont un peuple indigène d'Australie, vivant sur l'île de Tasmanie. En l'espace de 30 ans (1803 - 1833), la population des aborigènes de Tasmanie a été réduite de 5 000 à 300 individus. Cette chute de la population s'explique largement par les maladies apportées par les colons britanniques mais aussi par les conflits entre colons et aborigènes. Depuis 1876 on les considère comme une ethnie éteinte puisque la dernière femme à avoir des ancêtres entièrement indigènes est morte à cette date. La plupart des langues de ces aborigènes (ils parlaient plusieurs dialectes) ont été perdues, de même que la plus grande partie de leur patrimoine culturel.

Histoire[modifier | modifier le code] Aborigènes d'Australie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aborigènes d'Australie

Aborigènes d’Australie (Peuple natif des îles d'Australie, 1981). Drapeau aborigène, créé par Harold Thomas en 1971 (« nous hommes noirs sur la terre rouge, sous le soleil »). Les Aborigènes d’Australie sont les premiers humains connus pour en avoir peuplé la partie continentale. Ils constituent, avec les indigènes du détroit de Torrès, la population autochtone de cet État océanien. Le mot commun aborigène désigne plus généralement celui dont les ancêtres sont les premiers habitants connus de sa terre natale (du latin ab origine, « depuis l’origine »). Aborigènes. Réfugié. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Réfugié

Un réfugié vietnamien Camp de réfugié de Um Piam en Thaïlande (2009)) Un réfugié – au sens de la Convention relative au statut des réfugiés et des apatrides – est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle ; qui craint avec raison d’être persécutée du fait de sa "race", de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de ladite crainte[1].

Caraïbes (peuple) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caraïbes (peuple)

Les Kalinagos, Caraïbes, Karibs ou Caribes, sont des populations amérindiennes originaires du nord du Venezuela ayant migré vers les îles des Caraïbes vers la fin du IXe siècle de notre ère[1]. Le nom international de « Caraïbes » leur a été définitivement attribué après l'arrivée des Européens dans le Nouveau Monde.

De ce fait ce peuple préfère l’appellation Kalinago plus proche de leur nom originel tel qu'il a été enregistré par le prêtre missionnaire français Raymond Breton au début du XVIIe siècle, les hommes s'appelaient eux même Callinago et les femmes Calliponam. Droit d'asile. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mot asile provient du grec ancien άσυλον (asylon) « que l’on ne peut piller » et du latin asylum « lieu inviolable, refuge ». Par référence à la Rome antique, il est défini par Bersuire en 1355 comme « lieu ou un bois en la cite de Rome previlegié que quiconques s'enfuioit en celi lieu il estoit saux de quelque crime que il eust fait » et, par extension, Scarron en 1657 évoque comme asile « tout lieu où l'on se met à l'abri d'un danger »[1].

C'est au XIXe siècle que le sens se modifie pour désigner des établissements d'infirmes, de vieillards et d'aliénés... établissements d'accueil et de bienfaisance mais aussi de mise à l'écart et de confinement. La notion devient alors ambivalente, pouvant signifier des valeurs diamétralement opposées d'hospitalité ou de mise à l'écart. Droit d'asile ancien (Antiquité, Moyen Âge)[modifier | modifier le code]

Boat-people. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Bateaux vietnamiens de boat-people dont les passagers ont été recueillis fin avril 1984 au sud de la mer de Chine par le cargo Cap Anamur, spécialement affrêté par Rupert Neudeck, dans le cadre de l'opération "Un bateau pour le Viêt Nam" ; Celui-ci contenait 52 personnes quand il a été secouru. Il est exposé actuellement comme monument à la mémoire des boat-people à Troisdorf en Allemagne. Les boat-people (terme construit à partir des mots anglais « bateau » et « gens ») sont à l'origine des migrants qui fuyaient le Viêt Nam par voie de mer, pays à économie dirigée et interdisant la liberté du commerce et la liberté d'opinion.

Ils fuyaient donc leur pays pour des raisons politiques et économiques sur des embarcations. Souvent en surcharge et sans sécurité, ces embarcations ont fait de très nombreuses victimes pour cause de noyade, famine et froid. Réfugié écologique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les réfugiés climatiques ou écologiques ou écoréfugiés sont une catégorie de réfugiés environnementaux[1]. Ce sont des personnes ou groupes qui sont obligées de se déplacer - de façon temporaire ou permanente - à cause de la dégradation de leur environnement local ou biogéographique qui ne leur permet plus de vivre normalement en sécurité et subvenir à leurs besoins primaires.

Ce sont souvent des agriculteurs, mais aussi parfois des chasseurs-cueilleurs, des pêcheurs ou des éleveurs[2]. Colonisation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La colonisation est un processus d'expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires, l'invasion, l'occupation et l'exploitation d'un espace géographique, la mise sous tutelle et la domination politique, culturelle, religieuse et économique, voire le génocide, des populations qui s'étaient établies préalablement sur ce territoire.

La colonisation, à différencier du colonialisme lequel est une doctrine ou idéologie, est pratiquée par certains États sur des peuples ou d'autres États[1] alors contraints d'accepter des liens de dépendance[2]. Il s'agit d'un processus expansionniste d'occupation, qui consiste en l’établissement d’une ou plusieurs colonies par la mise sous influence étrangère d'autres territoires. Lorsqu'il y a domination politique du territoire et assujettissement de ses habitants, on parle alors d'impérialisme de la part du centre politique de décision appelé métropole. Décolonisation. Migration. Migration humaine. Diaspora. Bouquins (Bernheim) Mondialisation. Tradition. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans le langage courant, le mot tradition est parfois employé pour désigner un usage, voire une habitude, consacré par une pratique prolongée au sein d'un groupe social même restreint (par exemple une tradition familiale).

Coutume. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La coutume est un « usage juridique oral, consacré par le temps et accepté par la population d'un territoire déterminé »[1]. La coutume est une des sources du droit. La coutume[1][modifier | modifier le code] Ce terme provient de Justinien dans ses compilations. Réseau. Internet. Échange. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sur les autres projets Wikimedia : échange, sur le Wiktionnaire Un échange est un acte entre deux parties et des échanges désignent des relations entre des personnes physiques, des Organisations, des États. Un échange est positif si les deux parties y ont un avantage, il est neutre si cela ne change rien pour les deux parties, et il est négatif s'il est désavantageux pour les deux parties.

Il est déséquilibré si les deux parties n'y ont pas le même avantage. Commerce. Marchandisation. Transport. Télécommunications. Modernité.