background preloader

Permaculture

Facebook Twitter

Permaforêt. Pédofaune ou faune du sol. La faune du sol ou pédofaune est généralement bien mal connue, même et y compris des jardiniers ou des paysans. Bien sûr, tous connaissent les vers de terre, beaucoup ont observé des " mille pattes " ou des " vers blancs ", quelques autres sauront dire les dégâts que leur causent les taupins ou les noctuelles, bien peu connaissent, même de nom, les collemboles, les nématodes ou les tardigrades, mais tous marqueront leur incrédulité quand on leur dira le poids par hectare de toutes ces bestioles. La faune du sol est extrêmement nombreuse. Bien que très variable d'une saison à l'autre ou d'un sol à l'autre, on peut estimer que son poids à l'hectare est en moyenne de 2.5 tonnes. Dans certains sols, soit naturellement riches en matières organiques, soit enrichis en fumier, compost ou résidus de récoltes, ce poids atteint 5 tonnes à l'hectare et même davantage.

La faune du sol est très variée. La faune du sol est en équilibre. Mais cet équilibre est fragile. 1) Les vers de terre. Sans titre. Bonjour, « Je vis sur une petite montagne où je pratique l’agriculture. Je n’ai pas de connaissance, je ne fais rien. Je travaille la terre sans cultiver, sans fertilisant, et sans produit chimique » (1), ainsi se présente Masanobu Fukuoka, petit agriculteur japonais. Tout au long de sa vie, il a appris à laisser travailler la nature à sa place. C’est elle qui lui a montré qu’elle pouvait être généreuse, pour peu qu’on la laisse tranquille. De cette conversation avec la nature est née un livre majeur, « La révolution d’un brin de paille », principes pour une agriculture naturelle.

Quatre grands principes. Premier principe, ne pas cultiver la terre qui travaille seule, aidée par les racines, les plantes, les micro-organismes, et les autres petits locataires de l’écosystème. Trois décennies pour mesurer ses efforts. Masanobu Fukuoka naît en 1913, dans un petit village agricole de l’ïle de Shikoku, au sud de l’archipel nippon. Cultiver pour apprendre à philosopher. (2) Wikipedia. Sans titre. NE PAS LABOURER (Microbiologie des sols) - Le blog de semeurs ceuilleurs. En effet, du fait d'un labourage du sol, la couche supérieure de la terre (les matières organiques en décomposition, ou Humus, riche en vie microbienne aérobie, dont se nourissent les vers de terre) se retrouve inversé avec la deuxième couche (riche en minéraux lessivés par l'Humus) . Il en résulte une perturbation immense du cycle de la nature car : 1 / Les vers de terre ne remontent plus à la surface pour leur nourriture, ce qui est une catastrophe pour plusieurs raisons : - Les vers de terre, en passant régulièrement de la seconde à la première couche de terre pour chercher leur nourriture, "aérent" le sol.

Les Anciens les appelaient les "laboureurs". Les trous laissés par leurs passages permettent une bonne absorbtion de l'eau par le sol. Celà évite et prévient de l'Erosion. - C'est dans l'intestin du ver de terre que se forme la substance la plus complexe au monde chimiquement : le "complexe Argilo-Humique", qui est vital pour une bonne fertilité de la terre.

En clair Donc - Le B.R.F. Simple trellis for green beans (organic forum at permies) I like growing green beans almost as much as I like eating them. We grow both pole beans and bush beans. I prefer the pole beans because if properly trellised take up less room, but have always detested the complicated trellis systems that I have used in the past. Last year I discovered a simpler way. First, I keep my rows around 10 feet long and 2 feet apart; I put a wood steak at the ends of the rows sticking about 6 feet out of the ground.

Then I tie a stick at the top of each steak to connect them. Then I tie an old piece of bailing twine to the cross stick and let it dangle down to the bean plant. The beans will climb the twine and because it dangles, it makes it easier to harvest reaching between the plants as they sway freely. Building your own renewable energy systems from recycled materials. Steward Community Woodland was born five years ago, when a group of us looking to set up a sustainable living and working woodland project bought and moved into Steward Wood on the edge of Dartmoor in Devon. With a need for electrical power but no thoughts of having a connection to the grid, we looked into renewable ways of producing this.

Using reclaimed parts from skips and recycling centres has meant that a lot of the systems we have used to produce power, especially in the early years, cost little or nothing to build. It makes so much sense, both financially and in terms of our environment, to Reduce, Reuse, Repair and Recycle. Bike generators: starting out with human power Humans provided our first source of power through cycle generators. A person cycles to turn a generator that produces electricity that is either used immediately (the most efficient way) or stored in batteries (which is less efficient but can be more convenient). Micro Hydro Power A Pelton Wheel generator. Le compost magique de Jean Pain, vieille invention française (presque) oubliée. Trente ans après sa mort, le Français Jean Pain fait des émules jusqu’en Amérique du Nord.

Sa méthode de chauffage par compost, décrite dans une mystérieuse vidéo YouTube, fait aussi son retour dans le Sud. Des tomates qui poussent par -35°C, en janvier, le tout sans « un sou d’électricité ». La prouesse a fait grand bruit au Canada. Fin mars, l’agronome Vincent Leblanc a enfin expliqué au Journal de Montréal comment il a procédé : « J’ai récupéré du fumier d’une écurie du coin et j’ai ajouté des copeaux de bois pour avoir un bon compost.

Sur sa page Facebook, l’homme dit s’inspirer d’un système en vogue ces derniers mois en Amérique du Nord, appelé « méthode Jean Pain ». Une 2CV qui roule au compost J’ai demandé à Ben Falk d’où il avait tiré cette idée géniale. En interrogeant ce dernier, je découvre que le récent attrait pour la méthode Jean Pain est décidément une histoire de vidéos. . « Toutes des héritières de Jean Pain » Jean Pain (Vincent Gobbe) Pas possible pour un particulier ? Fermes d'avenir - Cultiver son propre tabac à rouler. Législation Nous allons commencer cet article par un petit rappel de la loi française. Il est interdit à quiconque de faire profession de fabriquer pour autrui ou de fabriquer accidentellement en vue d’un profit, des cigarettes avec tabac sauf dans les conditions prévues par le décret mentionné aux 2 de l’article 565 (1) ou, lorsque cette fabrication est effectuée au domicile du consommateur dans la limite de ses besoins personnels, par lui-même, par les membres de sa famille par des gens à son service.

Voir le texte de loi La vidéo qui résume ce que j’ai écrit plus bas dans l’article: Le tabac : Faire son tabac est tout à fait possible. Lorsque votre plant de tabac est en fleurs, vous devez couper ces dernières afin de favoriser le grossissement des feuilles du haut. Lorsque les feuilles sont vertes à taille adulte, c’est le moment de la récolte. Lorsque vous aurez atteint ce stade, ébouillantez les feuilles et suspendez-les de nouveau jusqu’à obtenir le séchage final. La culture : 1. 2. Le keyhole garden - monjardinenpermaculture.fr. Le Keyhole Garden (jardin en trou de serrure) est composé d'un trou cen­tral dans lequel on fait du com­post, et d'un espace de culture autour qui bénéficie des apports du compost (nutriments, humidité).

La technique potagère du Keyhole Garden a été mise au point et expérimentée en Afrique par l'ONG « Send a Cow » il y a une vingtaine d'années. La construction d'un Keyhole Garden se fait en 5 étapes : Délimiter un espace circulaire de 3m à 3m50 de diamètre, avec un rond central de 60-80 cm à 1m. Monter le muret, sur la périphérie du cercle délimité, y compris dans le trou de serrure.

Les Incroyables Comestibles ont développé un mode opératoire détaillé : flyerkeyholegarden-sept-2015.pdf. Gérer la période d'installation d'un jardin-forêt en permaculture. J’ai un petit potager (120 m2) en bandes permanente de 1.20 m X 6 m. Je fais mon compost et j’utilise un paillage permanent. Je ne retourne jamais la terre, j’aère avec ma grelinette. Ayant une terre qui est devenue très souple, c’est vite fait. En fin de culture, je sème un engrais vert dru (plutôt moutarde et phacélie chez moi) qui maintient une bonne structure du sol l’hiver et qui nourrit le sol un fois coupé s’il n’a pas gelé. je n’achète aucun engrais (même bio) ni traitement (même bio).

En cultivant mon potager ainsi, je n’ai pas de travail de désherbage ou très peu, pas besoin de motoculteur, la vie du sol est protégée, ça grouille d’insectes et de vers de terre, mon sol est bien nourrit, je n’ai pas de maladie sur mes légumes et j’ai de très bonnes récoltes. Cela pour vous dire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des hectares pour manger des légumes sains. Mes aubergines et poivrons sont toujours en place, ça donne encore beaucoup, on m’a même demandé si mes plants sont greffés. Le Jardin Comestible - Permaculture, agroécologie, sobriété heureuse - Ressources d'ici et d'ailleurs.

Culture sur buttes - Le jardin vivant. Dernière mise à jour le 8 août 15. En dehors de son indéniable esthétique dans le paysage et outre que la terre est moins basse, son revers n’est pas moins important en créant du stress aux plantes, parce que la culture sur buttes fertiles crée une inconstance du milieu qui se caractérise par le fameux stress hydrique. Pour une plante comme pour un être humain, le manque d’eau est la pire des choses car il contraint son développement et affaiblit son système immunitaire. Pour le combattre, la hauteur de la butte dépend donc du niveau de l’eau. Et c’est d’ailleurs sur cette base que les amérindiens la calculaient eux-aussi. (1) Même s’il est trop souvent négligé, le niveau de l’eau conditionne la hauteur de la butte et justifie son édification.

Exemple ci-dessous avec la culture de pommes de terre sur buttes en zone humide au Pérou. Images extraites d’un documentaire diffusé sur France5 Peuples bergers : le Pérou. L'Ecolieu Au Petit Colibri. 6 mai 2019 Pour petits et grands, sur l'écolieu AU PETIT COLIBRI de Marsac Manon vous propose de vous initier à l'art de vous amuser avec la nature ! Et c'est gratuit :-) Belle journée à chacunRichard Wallner 24 avril 2019Un peu de nouvelles ! Un verger diversifié planté cet hiver La ferme AU PETIT COLIBRI (Richard et surtout son salarié Rémy) a planté près de 350 arbres fruitiers de janvier à mars 2019 : pommiers, pêchers, cerisiers, poiriers, plaqueminiers(kaki), pruniers, noyers, noisetiers, figuiers, ...

Tous achetés au conservatoire d'Aquitaine, avec pour l'essentiel des variétés anciennes, dont celles qui ont eu un franc succès sur la ferme dans le premier petit verger test planté en 2005 : pomme de sore, poire conférence par exemple. TRICO : répulsif de chevreuils, produit naturel dégageant une odeur désagréable aux chevreuils), à moyen terme (aller leur parler, hum... leur faire peur quoi !) Et à long terme (le grillage à mouton autour des vergers). Côté association IMAGINE UN COLIBRI. Pailler le sol - monjardinenpermaculture.fr. VideoQuestionDePermaculture8. En permaculture, il est entendu que le sol n'a pas besoin d'être travaillé, pourtant, on voit nombre de personne construire des buttes ce qui représente un gros travail du sol.

Peut-on travailler le sol ou pas ? 2'33 : "j'ai peu de sol" 3'27 : utilité de la butte en terrain hydromorphe 5'40 : ergonomie des buttes 8'04 : microclimat 15'25 : le travail biologique du sol 23'45 : comptabilité énergétique de la butte 26'13 : la butte augmente-t-elle la surface cultivée ? Avec Moilamain, designer et formateur en permaculture, et Thomas un article pour approfondir : Les livres sur le sujet, disponible à la Librairie PermaCulturelle : QDPblogannoncejardinagesolvidéo.

Permaculture : le paradis des plantes. Myfood | Permaculture et Système Aquaponique. Comment ça fonctionne ? - monjardinenpermaculture.fr. Un sol vivant est un sol dans lequel sont présents des êtres vivants, comme de tout petits animaux (collemboles, acariens, cloportes...), des micro-organismes (bactéries, champignons), des vers de terre. Cette faune va travailler le sol et décomposer la matière organique déposée en surface (feuilles mortes, paillis) ou les racines mortes. Grâce aux bactéries et aux champignons, la matière organique est transformée en humus. Un humus stable est précieux parce qu'il libère progressivement les éléments nutritifs dont les plantes ont besoin (azote, phosphore, potassium, magnesium, ...), stocke l'eau et la restitue au fur et à mesure, amortissant l'impact des inondations et des sécheresses.

Tutoriel, plans et kit pour fabriquer une serre d'hiver (châssis) pour la permaculture, isolée, écologique, et sans besoin d'arrosage. Présentation Aspect extérieur d'une serre en bois en hiver : Compter au moins 2 serres d'hiver de 3 m de long pour fournir l'alimentation de deux personnes. Autre serre, que j'ai réalisé en béton il y a 40 ans, toujours utilisée : Aspect à l'automne, avec les légumes d'été arrachés, les poireaux d'hiver qui pointent leur nez, la claytone et la chicorée rouge de Vérone déjà bien formées, La même serre en hiver avec claytone de Cuba, poireaux d'hiver, laitue frisée de Changins : La même serre en été avec poivrons, carottes, aubergine et salades d'été mélangés aux poireaux d'hiver exceptionellement encore présents.

Conduite de la serre - dès que les températures sont supérieures à +5°C ouvrir impérativement les ouvrants, au moins le jour. . - au printemps utiliser le potelet de 1m pour ouvrir en grand les ouvrants jusqu'à ce que les risques de gèle et giboulées soient écartés, - après les Saints de glace démonter et remiser l'ouvrant dans l'obscurité pour une meilleur conservation. Coupe de principe. Des réalisations - permacultureselonregis.simplesite.com. Livre la permaculture en pratique. Un nouveau livre vient de paraitre en français sur le sujet qui nous passionne tous sur ce blog à savoir la permaculture et ses applications. Le livre en quelques mots… On ne va pas vous faire un long discours ;), cet ouvrage est sans aucun doute l’un des meilleurs livres sur la permaculture qui soit sortie en librairies ces dernières années.

Il est clair, bien illustré, explique bien le concept de la permaculture et son application de manière contextuelle. Il nous plait d’autant plus qu’il est très axé sur la mise en place concrète de la permaculture dans son jardin et qu’il traite de nombreux sujets allant de la gestion de l’eau, à la fertilité du sol. Le seul petit bémol que nous pourrions mentionner est dans la partie « design ». Tout d’abord mentionnons qu’il y « a » une partie design, coeur de la permaculture, alors que dans de nombreux ouvrages, celle-ci est peu ou pas présente.

La permaculture en pratique de Jessie Bloom, Georg Gassner & Paul Kearsley A qui s’adresse ce livre ? ACCEUIL PERMACULTURE. » Quelques Livres en PDF sur la Permaculture. PermacultureDesign. La Permaculture Simplifiée. Permaculture urbaine. La Méthode OBREDIM.