background preloader

SHOWROOMING

Facebook Twitter

Radio : Quand la musique nous manipule. Une question étonnante à la quelle s'intéresse Daniel Fiévet dans info sciences aujourd'hui : la musique peut-elle nous manipuler et influencer notre comportement de consommateur ? La musique peut-elle nous manipuler et influencer notre comportement de consommateur ? Une question abordée dans "Le cerveau mélomane" paru chez Belin. Plusieurs scientifiques font le point sur les différentes façons dont la musique peut agir sur notre cerveau.

Parmi eux Nicolas Gueguen, enseignant-chercheur en psychologie sociale, explique pourquoi nous devrions davantage nous méfier de la musique qui est diffusée lorsque nous entrons dans un magasin ou dans un restaurant. Cette musique pourrait avoir une influence non négligeable sur ce que nous consommons et donc sur le montant de la facture à l'arrivée. Plusieurs études le montrent. Une influence commerciale Musique folklorique allemande = davantage d'achats de vins blancs du Rhin L’importance du tempo Le volume Le cerveau mélomane est publié chez Belin. Bilder & De Clercq, l'étonnant concept qui... Bilder & De Clercq : Les photos Pour découvrir les photos de Bilder & De Clercq, cliquez sur l'image ci-dessous L'origine de Bilder & De Clercq Il y a bien longtemps que les épiciers ont intégré le besoin de satisfaire à l’évolution des modes de vie urbains.

Mais aucun d’entre eux n’avait poussé aussi loin le raisonnement, ni tenter sa transposition opérationnelle : organiser l’offre par solutions repas plutôt que par familles d’articles. Le concept de Bilder & De Clercq Le parti pris de Bilder & De Clercq relève d’une compréhension fine de la clientèle urbaine, de ses contraintes et de ses attentes : d’un côté des vies bien remplies et le manque de temps pour soi, de l’autre une volonté de bon et de sain dans l’assiette. L’inspiration naît de la présentation de l’offre à travers des solutions repas. L’aide provient de l’adaptation aux courses en centre-ville, petites quantités et petits contenants pour des ménages qui stockent peu. Fiche Signalétique. Le comportement d'achat du client en magasin s'analyse aussi via mobile. Pour connaître les comportements d'achat des consommateurs à l'intérieur même du magasin, les caméras ou le Kinect peuvent être la solution.

Apparemment, le mobile aussi ! En entrant dans un magasin ou en regardant simplement par la vitrine de celui-ci, les consommateurs sont loin de se douter qu'un logiciel est en train d'analyser leur comportement. Le temps qu'ils ont passé dans ce magasin, ce qu'ils y ont acheté, s'ils sont allés dans une autre boutique de la même enseigne... autant d'informations que Nomi analyse et transmet aux vendeurs possédant l'application. Cette application n'est pas la première du genre, la startup française Anaxa Vida, ou encore Shopperception travaillent elles aussi à l'élaboration d'outils permettant de mieux analyser le comportement des consommateurs. Des informations obtenues via les signaux des téléphones Un outil au service des entreprises. Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat! | Sylvie Bédard - La vie 2. Depuis environ dix ans, les ventes en ligne n’ont cessé de croître et l’offre aussi.

Nous achetons tout en ligne ou presque. Oui, plusieurs gammes de produits souffrent un peu de l’intangibilité du Web, mais l’avenir pourrait bien changer ce fait. En effet, acheter des chaussures en ligne ou même des vêtements apparaissait improbable et pourtant même avant le Web, Sears vendait par catalogue des vêtements et des chaussures. Comment ont-ils réussi ce tour de force? Simplement en permettant le contact avec le vêtement soit par le biais de leur magasin ou par le biais d’un achat sans risque autorisant les retours sans questionnements. Dans cette poussée d’achats Internet, le showrooming est une nouvelle tendance en forte croissance qui irrite les commerçants qui tiennent boutique avec pignon sur rue.

Showrooming une opportunité pour les magasins traditionnels! Que dire du « Pretailing » maintenant? Un nouveau mot fait son apparition dans le langage marketing. Êtes-vous prêts ? Like this: Le showrooming et son usage par les clients : 74, 46, 6/10 et 62 – Les chiffres de Connected Store. Aujourd’hui, pour les chiffres de Connected Store, nous revenons sur une étude de l’IAB en partenariat avec Ipsos Media CT au sujet du phénomène de showrooming. Intitulée “Showrooming : Empowering Consumer Electronics Shoppers“, l’étude s’intéresse aux consommateurs d’électronique et cherche à identifier les évolutions des comportements d’achats. On y apprend que : 74% des interrogés se rendent en magasin pour essayer et voir le produit.46 % s’y rendent pour le côté pratique.Quasiment 6 shoppers sur 10 ont fait une recherche en ligne après une visite en magasinMais les utilisateurs de mobile en magasin sont davantage susceptibles d’effectuer cette recherche en ligne après une visite : 62% des interrogés la feront sur ordinateur.

(source) Il est intéressant de noter que les shoppers adeptes du showrooming ont besoin de faire des recherches après leur visite en magasin sur un ordinateur. Pour les besoins de cette étude, Ipsos a interrogé 482 consommateurs d’électronique durant 6 mois. Le phénomène du showrooming : fatalité ou opportunité ? Si tous les ingrédients du mauvais marketing semblent réunis, entre pratiques anti-commerciales et remise en cause du célèbre précepte « Le client est roi », le magasin a tout de même le mérite d’avoir soulevé une question épineuse : comment les magasins traditionnels peuvent-ils lutter contre la montée du showrooming ?

Si l’on pousse le raisonnement plus loin, l’on est également amené à se demander si la croissance exponentielle du e-commerce doit nécessairement signifier la fin des commerces brick & mortar. Ou si, plutôt qu’une lutte sanglante entre ces deux modèles, il n’est pas envisageable de développer une solution alternative, qui pourrait bénéficier à l’ensemble des acteurs concernés, consommateurs compris. Une pratique en fort développement Le showrooming consiste pour le consommateur à faire du shopping dans un magasin physique, à comparer ses prix avec ceux des vendeurs en ligne grâce à un smartphone, puis, la majorité du temps, à effectuer l’achat en ligne. 1. Showrooming : quand les magasins deviennent de simples vitrines - Chronique économique - Opinion.

J’ai un ami d’un certain âge qui me reproche parfois de consacrer trop de chroniques à ces nouveaux outils de communication qu’il considère comme des gadgets. En réalité, si je le fais, ce n’est pas parce que je suis un fou de technologie, mais parce que ces smartphones ont un impact économique énorme. Un exemple ? Vous avez sans doute remarqué que pas mal de gens autour de vous se rendent dans une boutique n’achètent rien sur place, essaient le produit sur place, comparent les prix affichés en boutique avec ceux de vendeurs en ligne, et finalement achètent sur Internet !

Ce phénomène est appelé le « showrooming » et consiste à utiliser les boutiques ou magasins comme de simples vitrines avant de faire ses achats sur Internet. Le « showrooming » est déjà responsable de 50% des ventes de l’e-commerce. C’est surtout le cas pour les produits électroniques ou les produits de luxe.