background preloader

G-th2-nourrir les hommes

Facebook Twitter

Des AOC à la carte : cartographier les appellations d’origine contrôlée. Cet article propose un jeu de 4 cartes sur les AOC/AOP françaises.

Des AOC à la carte : cartographier les appellations d’origine contrôlée

Il s’agit ici de revenir sur la genèse de ces cartes. Pour un commentaire plus complet et problématisé sur la place des AOC et des produits de terroir dans la dynamique des espaces ruraux, nous renvoyons le lecteur vers le Bouron-Georges*, dont la publication prochaine permettra de retrouver deux des cartes présentées ici. * Jean-Benoît BOURON & Pierre-Marie GEORGES, Les territoires ruraux en France, une géographie des ruralités contemporaines, Ellipses, Paris, 454 p., 2015.

(disponible à partir du 8 septembre 2015). COMMENT NOURRIR L'HUMANITÉ AU XXIème SIÈCLE ? - France Culture Plus. Paysages agricoles du Patrimoine champardennais. Produisons autrement- ministère agriculture. L'agriculture raisonnée : Observation et statistiques. Au 30 juin 2006, 1 597 exploitations sont qualifiées au titre de l’agriculture raisonnée en France, soit 0,3 % des exploitations.

L'agriculture raisonnée : Observation et statistiques

Les exploitations qualifiées sont plus nombreuses dans le Languedoc-Roussillon, le Centre et, dans une moindre mesure, la Picardie. Les cultures les plus pratiquées par les exploitations qualifiées sont les grandes cultures et la viticulture. Viennent ensuite les cultures fruitières et les cultures légumières, puis les élevages bovins. Les exploitations qualifiées "agriculture raisonnée" au 30 juin 2006. Famine en Ethiopie - chanson "We Are the World"

Brésil : la marche des bucherons en Amazonie. La filière bois dans l'État du Pará est née, au début des années 1980, du désenclavement routier de l'Amazonie et de sa mise en valeur par l'État fédéral en répondant à des besoins nationaux brésiliens et au marché international des bois tropicaux.

Brésil : la marche des bucherons en Amazonie

L'État du Pará fournissait, dans ces années, 80% des bois produits par l'Amazonie légale [2]. Il est largement couvert de forêts : les conditions de relief, la grande extension des rivières navigables, le climat pluvieux avec tout de même une saison sèche bien définie offrent des conditions favorables pour l'activité forestière. Le bois, en 2005, était le deuxième produit exporté, en valeur, par le Pará et l'activité forestière représentait encore près de 20% de son PIB. Mais l'extraction forestière, effectuée sans souci de pérennité, n'a pas permis aux exploitants de se fournir en essences locales de qualité sans engendrer une irrémédiable déforestation.

L'activité agricole a pris de l'ampleur à Paragominas. Notes et ressources. Biocarburants, agrocarburants au Brésil. Les biocarburants sont des combustibles liquides d'origine agricole obtenus à partir de matières organiques végétales ou animales non fossilisées (contrairement au charbon et au pétrole).

Biocarburants, agrocarburants au Brésil

Mais comme le préfixe bio- a acquis au fils des ans, en France, une connotation particulière, celle de la production agricole sans pesticides ni engrais chimiques (dans d'autres langues le problème ne se pose pas puisqu'on parle plutôt d'agriculture organique), certains préfèrent plutôt parler d'agrocarburants.

La fazenda Santa Maria da Amazônia de Sorriso (Mato Grosso) — Géoconfluences. La fazenda Santa Maria da Amazônia est située à Sorriso (figure ci-dessous à droite), la plus grande commune productrice de soja du pays, dans la zone naguère couverte d'une forêt de transition (entre savanes arborées et forêt dense amazonienne).

La fazenda Santa Maria da Amazônia de Sorriso (Mato Grosso) — Géoconfluences

Le climat y est de type tropical continental à saisons alternées (1 800 mm concentrés sur la saison pluvieuse d'octobre à avril). D'une superficie totale de 13 000 hectares, la fazenda était à l'origine tournée vers l'élevage, une activité qui y avait été développée lors de la première vague de migration du début des années 1970, à la suite de l'ouverture de la route BR-163 (Cuiaba-Santarem) et d'une phase de colonisation privée individuelle dans le cadre de grandes fazendas dépassant les 10 000 ha. À partir de 1975, la colonisation sur les terres non occupées a été organisée par l'entreprise de colonisation Colonizadora Feliz, qui attirait des producteurs venant des États du Parana, du Santa Catarina et du Rio Grande Do Sul.

Notes. Cartes du "land grabbing" dans une agriculture mondialisée. Musée en ligne Nourrir les hommes. Global Forest Change par University Maryland sur google. Pour mieux se nourrir, un collectif veut apposer de nouveaux logos sur les emballages. SANTE Une pétition a été lancée mardi...

Pour mieux se nourrir, un collectif veut apposer de nouveaux logos sur les emballages

C.B. avec AFP Créé le Mis à jour le Mots-clés alimentation. La « faim invisible » frappe 2 milliards d’humains. L’indice de la faim dans le monde montre que seize pays continuent d’afficher un niveau de sous-nutrition « extrêmement alarmant » ou « alarmant ».

La « faim invisible » frappe 2 milliards d’humains

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Encore aujourd’hui, une personne sur huit, et même un enfant sur six, souffre de la faim dans le monde. « Seize pays continuent d’afficher un niveau de faim “extrêmement alarmant” ou “alarmant” », alerte l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri) qui publie lundi 13 octobre, à trois jours de la journée mondiale de l’alimentation, un état des lieux de la faim dans le monde. Ce centre de recherche international basé à Washington établit chaque année un indice (Global hunger index, GHI) qui mesure le niveau de la faim, à partir des données de mortalité infantile, de sous-alimentation et d’insuffisance pondérale infantile pays par pays.

La moyenne mondiale masque de fait d’importantes disparités entre pays et régions. L'homme dans la châine alimentaire -Niveau trophique humain. Les fronts pionniers du Mato Grosso (Brésil): des défrichements à la mise en culture intensive. Les fronts pionniers du Mato Grosso (Brésil): des défrichements à la mise en culture intensive L’État du Mato Grosso, au sud de l’Amazonie brésilienne, est l’État où la déforestation sévit le plus en Amazonie.

Les fronts pionniers du Mato Grosso (Brésil): des défrichements à la mise en culture intensive

Selon l’Institut national de recherches spatiales (Instituto nacional de pesquisas espaciais, INPE), 37% de la déforestation détectée en Amazonie depuis 1988 a été observée au Mato Grosso. Les facteurs de déforestation sont divers (agriculture, élevage, exploitation du bois) mais «l’avancée fulgurante du soja» (Bertrand, 2004) est reconnue comme un élément moteur. En effet, le Mato Grosso est aujourd’hui le premier producteur de soja au Brésil (15,275 millions de tonnes sur 5,075 millions d’hectares en 2008) alors que cette culture n’y est apparue qu’au milieu des années 1980. Un front pionnier est une portion de l’espace en voie d’incorporation à l’œkoumène (Monbeig, 1952).

Carte sur la situation alimentaire dans le monde.