background preloader

Techno & Carto

Facebook Twitter

Le numérique et nous (3/4) : Géolocalisation, une théorie de la dérive. Au delà des usages économiques, la géolocalisation de l’homme moderne est une révolution anthropologique : il est désormais presque impossible de se perdre dans le monde physique.

Le numérique et nous (3/4) : Géolocalisation, une théorie de la dérive

A l’occasion de la création d’un portail documentaire sur le site de France Culture Collection Enquêtes Un documentaire de Laurent Védrine et Julie Beressi Internet, les GPS et les smartphones offrent des millions de cartes en accès libre, informations de guidage et de positionnement qui tiennent désormais dans nos poches. Comment les géographes et les gens de terrain s’adaptent- ils à ces nouveaux usages de l’espace ? Risque-t-on un jour de ne plus savoir s’orienter, à force de trop naviguer au cœur du réseau ?

Avec : Boris Beaude, chercheur à l’Ecole polytechnique de Lausanne Alain Berthoz, professeur au Collège de France Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon, concepteurs du RANDOM GPS Hervé Quinquenel, géomaticien à l’IGN Pour aller plus loin : Spaceknow, l’entreprise qui analyse le monde en croisant images satellites et intelligence artificielle. L’entreprise emploie une trentaine de salariés, qui cherchent à lire en permanence des milliers de photographies satellites pour en tirer des informations.

Spaceknow, l’entreprise qui analyse le monde en croisant images satellites et intelligence artificielle

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger (Austin (Etats-Unis), envoyé spécial) Peut-on déterminer le niveau de l’activité d’une usine automobile en calculant le taux d’occupation de ses parkings ? Celui d’un port de commerce en dénombrant, depuis l’espace, le nombre de mouvements des navires ? Celui d’une raffinerie par le nombre de camions y déchargeant du pétrole brut ? Pavel Machalek en est convaincu. Pour une pratique féministe de la visualisation de données - Catherine D'Ignazio - Visionscarto. La visualisation de données, ou infographie, est à la mode et chacun s’enthousiasme pour les nouveaux outils qui permettent d’en produire — nous en avons dénombré, avec mon collègue Rahul Bhargava, plus de cinq cents.

Pour une pratique féministe de la visualisation de données - Catherine D'Ignazio - Visionscarto

Malgré cette richesse technique, on manque souvent d’outils permettant une réflexion critique sur la politique et l’éthique de la représentation. Et comme le grand public est plutôt facile à impressionner avec des graphiques, la « data visualization » acquiert un grand pouvoir rhétorique. Quand bien même nous savons rationnellement que ces images ne représentent pas « le monde entier », nous avons tendance à l’oublier, et à accepter les graphiques comme des faits car ils sont généralisés, scientifiques et semblent présenter un point de vue neutre et expert. Quel est le problème ? Comment le dire plus clairement ? Le truc divin, tour de passe-passe de Dieu ! Et pourtant, il existe des façons de procéder à des représentations plus responsables. 1. 2. 3. Comment procéder ? Animer les villes. Exploration dynamique de bases de données urbaines harmonisées dans le temps long. Animer les villes.

Animer les villes. Exploration dynamique de bases de données urbaines harmonisées dans le temps long

Exploration dynamique de bases de données urbaines harmonisées dans le temps long Contexte et objectifs L’outil proposé est un site de cartographie dynamique et interactive sur Internet, mis en place dans le cadre du projet Harmonie-cités [1], qui présente des bases de données urbaines, harmonisées dans le temps et dans l’espace selon des modèles conceptuels, statistiques et informatiques. Ces bases de données portent sur les États-Unis et la France, et prochainement sur l’Afrique du Sud. Concours géovisualisation et cartographies dynamiques. Pratiquer la ville, pour une technologie de la dérive. Un usage grandissant d’applications mobiles se revendique du situationnisme.

Pratiquer la ville, pour une technologie de la dérive

Reposant souvent sur la géolocalisation, ces technologies de la dérive "augmentée" sont porteuses d’un renouvellement des pratiques de la ville… ou bien d’un retour aux sources. Urban After All S01E20 La ville événementielle gagne du terrain. Publicitaires et “designers d’ambiance” apposent leur signature sur de nombreux domaines de l’urbanité. L’urbanisme de situation oriente de plus en plus nos parcours urbains, jusqu’à transformer la ville en parc à thèmes. Une technique du déplacement sans but. Que sont ces technologies de la « dérive augmentée » ? Outiller la lecture urbaine Certaines applications mobiles oscillent entre la promenade aléatoire assez passive et la démarche créative. La dérive trouve des ressources inédites dans certaines applications de téléphonie conçues pour ces usages. La dérive situationniste en cinq leçons De quel situationnisme les technologies mobiles sont-elles le nom?