background preloader

EOLIENNES

Facebook Twitter

Collectif Levezou Eolien. Effet stroboscopique nuisance éolienne Lot Beersel. Eliennes Nuisances graves pour la santé. témoignages du monde entier. « Wind and the City », énergie et biomimétisme - Science. Utiliser les vibrations et oscillations de la ville pour créer de l'énergie, voilà le pari d'une équipe de chercheurs de l'université d'État de l'Ohio.

« Wind and the City », énergie et biomimétisme - Science

Il y a presque deux ans, la start-up française NewWind faisait la Une de l'actualité high-tech - développement durable en Hexagone. En cause, un nouveau concept : « l'Energy Harvesting », ou la « moisson des énergies perdues », ainsi qu'un prototype, celui de l'arbre à vent, permettant d'utiliser les courants d'air des villes pour créer de l'électricité. Aujourd'hui, des chercheurs de l'université d'Etat de l'Ohio veulent aboutir sur un projet qui pousse ce concept encore plus loin. Restons dans le monde du biomimétisme : comme pour l'arbre à vent français, les scientifiques américains se sont inspirés de l'oscillation des forêts dans la brise. Les médecins allemands demandent l'arrêt total de l'éolien.

Elle attire l’attention sur les graves carences des critères de danger retenus et tout particulièrement sur les risques liés aux basses fréquences et infrasons.

Les médecins allemands demandent l'arrêt total de l'éolien

Ce rapport souligne les effets sanitaires néfastes des fréquences éoliennes inférieures à 1 Hz et mentionne leurs effets potentiels même en l’absence de toute rotation des pales, sous la seule action des vibrations solidiennes générées par le mat. La motion considère que ces effets peuvent se propager jusqu’à 10km. Ajoutons qu’une étude de Düsseldorf avait déjà insisté sur l’importance de ce phénomène en imputant même à ces vibrations du mat l’apparition de fissures dans une maison riveraine. Saluons « Renewable Energy News » qui relaye avec transparence cette information parue dans « The Australian », mais qui ne semble pas avoir eu beaucoup d’écho en Europe et aucun en France, au moment inopportun où nos députés votaient la loi concernant la distance de sécurité convenable entre éoliennes et habitations.

« Il faut se réapproprier le vent » Thomas Plassard est un passionné d’éolienne, il en a fabriqué une cinquantaine dans sa vie.

« Il faut se réapproprier le vent »

Depuis 2005, il forme des débutants, des bricoleurs, des curieux, des retraités, des étudiants, bref, tous ceux qui le souhaitent, à la construction d’éolienne Piggott, cet éolienne robuste, accessible à tous et inventée par un écossais il y a quarante ans. Il participe ainsi à une démarche encourageant les gens à se réapproprier les énergies, trop souvent monopolisées par les grandes entreprises. Thomas Plassard Reporterre - Comment avez-vous commencé à vous intéresser à l’éolien ?

Thomas Plassard - Ma passion pour l’éolien est née en Bretagne sur une réflexion autour du nucléaire. Comment cette passion vous a conduit à Tripalium ? J’ai travaillé quelques temps en Afrique pour une ONG qui installait des éoliennes manufacturées là-bas. Quelle est la particularité de l’éolienne Piggott ? Elle est, avant tout, faite par quelqu’un qui n’est pas un ingénieur. Oui, comme par un processus d’addiction. Investissement citoyen dans les énergies vertes : le retard français.

En Allemagne, 51 % des capacités de production d’énergie durable appartiennent à des acteurs privés.

Investissement citoyen dans les énergies vertes : le retard français

Une situation largement favorisée par une réglementation souple en faveur de l’investissement citoyen. La France se met tardivement au financement participatif des énergies vertes et à l’investissement coopératif. Les projets se multiplient en France grâce au crowdfunding Un parc éolien en Loire-Atlantique, des panneaux solaires sur la toiture d’un Biocoop d’Ille-et-Vilaine, la production de biogaz local à partir de déchets verts au coeur des Pyrénées-Atlantiques : autant de projets qui ne demandent qu’à être financés. Les sommes requises vont de 120.000 à 500.000 euros. Le succès est tel que les plates-formes se sont multipliées en France ces dernières années, à l’image de Lendosphère(1), ou Lumo(2). L’énergie pour le peuple Résultat : de plus en plus de projets voient le jour grâce aux citoyens. L’Allemagne et ses coopératives d’énergie soutiennent les énergies vertes.