background preloader

Sécurité

Facebook Twitter

Pour renforcer sa sécurité, le Conseil Régional d'Ile de France passe à l'analyse de logs. Avec Cyberfiltre, OBS apporte plus de sécurité aux TPE/PME. Comment apporter un surplus de sécurité aux petites et moyennes entreprises qui n'ont pas vraiment de personne spécialement formée à cette question à l'heure où les menaces se démultiplient sur les réseaux. Pour répondre à cette problématique, OBS a développé Cyberfiltre qui se présente comme un firewall physique ou virtuel. A l’occasion de son dernier Show hello, le 20 avril dernier à la salle Pleyel à Paris, le PDG d’Orange Stéphane Richard a annoncé plusieurs nouveautés et notamment une solution de sécurité baptisée Cyberfiltre, qui sera disponible début 2018.

Taillée pour les TPE et les PME, Cyberfiltre est un firewall - disponible sous la forme d’une appliance physique ou virtuelle - bénéficiant de toute l’expertise d’Orange Business Services (OBS). Proposée sous la forme d'un boitier physique ou d'un service managé par OBS, Cyberfiltre apporte un surplus de sécurité aux TPE/PMI.

(crédit : D.R.) Cisco Live : La sécurité passe désormais par le cloud. Après la virtualisation du réseau, notre seconde journée à Cisco Live Berlin a été consacrée à la sécurité avec le passage en revue des derniers firewalls du fournisseur et l'arrivée en Europe de services cloud opérés depuis l'Allemagne. En direct de Berlin. Après l’introduction des pare-feux Firepower 9300, des bêtes de course pour les datacenters, puis des Firepower 4100 en haut de gamme, Cisco décline son architecture vers le bas avec la famille Firepower 2100. « Nous arrivons en milieu de gamme avec des fonctionnalités développées à l’origine pour l’architecture Firepower 9300, à savoir orchestration et services en fonction du trafic véhiculé », nous a indiqué Philippe Roggeband, cybersecurity business developpement manager chez Cisco EMEA.

C’est aussi l’arrivée du code AMP (Advanced Malware Protection) - issue du rachat de Sourcefire - sur tous les composants actifs du fournisseur pour améliorer la détection de potentiels malwares. Paris, capitale du Security Day le 21 juin 2017. Le groupe de presse IDG organise dans le monde 10 événements le même jour dédiés à la cybersécurité dans 10 pays dont la France. Maître Polyanna Bigle, directrice de département au cabinet Alain Bensoussan Avocats et co-présidente du Cefcys interviendra notamment autour du thème de la GDPR. Le 21 juin prochain aura lieu un événement mondial unique, dédié à la cybersécurité. Il se déroulera le même jour dans dix villes, de dix pays différents, sur trois continents, à l'initiative du groupe IDG, présent dans 80 pays. Sa filiale, IT News Info (*) organise en France cet événement qui suivra le mouvement du soleil. En France, nous organiserons cet événement, avec nos propres invités, sous la forme d'un petit-déjeuner interactif.

Quels sont les points de vigilance à respecter ? L'occasion de partager des idées, des témoignages, des solutions face aux défis actuels de la sécurité des données. (*) IT News Info, éditeur des sites LeMondeInformatique, CIO et Distributique. Les dépenses mondiales en sécurité attendues à 105 Md$ en 2025. Le cabinet IDC a revu à la hausse sa prévision de croissance pour les dépenses mondiales de sécurité de 3,4 milliards de dollars. Le rythme de progression annuelle moyen est estimé à 8,7%. Les nouvelles prévisions d'IDC pour le marché mondial de la sécurité vont donner un peu plus le sourire aux acteurs du secteur. Selon le cabinet d'études, les ventes cumulées de services, de matériels et de logiciels tournés vers la protection des SI vont atteindre 105 Md$ en 2020 en suivant un rythme de progression annuel moyen de 8,7%. Datant d'octobre 2016, ses dernières projections portaient plutôt sur une hausse moyenne de 8,3% aboutissant à 101,6 Md$ de revenus dans quatre ans. « Le développement rapide de la transformation digitale met la pression sur les entreprises de tous les secteurs pour qu'elles investissent dans la sécurité et se protègent ainsi des menaces connues ou non », explique Eilenn Smith, analyste chez IDC.

Un risque sous-estimé. Le souci de la sécurité est omniprésent dans les entreprises. Toutes ont mis en place des mesures pour sensibiliser chaque collaborateur. Les comités de direction sont également informés des mesures de sécurité adoptées, chaque développement, en particulier dans le digital, étant soumis à cette sécurité. Tout y passe, les réseaux, les PC, les logiciels, la mobilité, le cloud doivent se référer à des règles strictes. Mais, comme le village d'Astérix, un élément important de la sécurité reste en dehors du monde qui l'entoure : les imprimantes. Qu’est-ce qu’une imprimante ? Un périphérique, c’est-à-dire un élément du parc de l’entreprise et donc de son système d’information.

Des failles élevées Pour preuve, l’Institut Spiceworks a mené une enquête auprès de 300 décideurs informatiques. Dans le détail, l’étude montre que les imprimantes sont jugées comme étant une menace pour la sécurité externe dans 16% des cas. Un phénomène ancien Les chiffres de Spiceworks paraissent très clairs. Fortinet combine la sécurité cloud et SD-Wan. Avec la dernière version de FortiOS, Fortinet simplifie le management de la sécurité à travers les environnements variés comme le cloud et le SD-Wan. Fortinet vient de lancer la dernière version de son système d'exploitation FortiOS qui vient faciliter la vie des administrateurs pour la gestion des infrastructures étendues et hétérogènes. « FortiOS 5.6 apporte en effet une visibilité sur les cloud publics, dont Azure et AWS, ainsi que privés.

Il en outre possible de gérer les fonctionnalités de sécurité à travers les environnements SD-Wan », déclare John Maddison, senior vice-président de l'éditeur de solution de sécurité en charge des produits. Fortinet a également dévoilé son FortiCASB (Cloud Access Security Broker). Disponible d'ici la fin du trimestre, cette solution apporte un meilleur contrôle des applications SaaS. Il sera possible de la gérer depuis la plate-forme Security Fabric. Les inspection SSL et les VPN adossés aux SD-Wan. Les entreprises peinent à appliquer leur stratégie cybersécurité. D'après une étude mondiale commanditée par Intel, 90% des entreprises ont défini une stratégie de cybersécurité mais ont du mal à l'appliquer. Le chevauchement des technologies de sécurité entraine également des risques de vulnérabilités. L'une des failles de sécurité les plus flagrantes ne vient pas d'une nouvelle forme de menaces, mais de l'écart interne dans les entreprises entre leur stratégie et son application.

C'est le constat d'une étude menée, à l'initiative d'Intel, par le cabinet d'études Vanson Bourne qui met en lumière trois incohérences majeures. D'abord, les entreprises seraient trop rigides, trop défensives, entravées par les processus internes et le poids des hiérarchies. Les cybercriminels font au contraire preuve de ce qu'il faut bien nommer une forme d'innovation avec des outils performants. L'étude met le doigt sur d'autres paradoxes.

Cybersécurité : 5 astuces pour se protéger en ligne. 9 mars 2017 - 1 commentaire - Temps de lecture : 3 minute(s) - Classé dans : Réseau & Sécurité Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android Dans un contexte où la CIA développe des programmes de piratage destinés à transformer les smartphones ou les télévisions connectées en appareils d’écoute, où la messagerie d’Hilary Clinton a pu être accédée frauduleusement, où Yahoo révèle avoir été victime d’une vulnérabilité ayant affecté 32 millions de comptes, les internautes ont pris conscience des risques liés aux cyberattaques.

Communiqué de presse – Multiven livre ses préconisations pour faire face aux attaques informatiques. En 2016, 24 000 cyberattaques contre le gouvernement ont été bloquées en France par les services de sécurité de l’Etat, a récemment rappelé Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Aux chefs d’États, ministres, chefs militaires, banquiers, dirigeants d’entreprises, … À tous… Vous avez aimé cet article ? (8 votes, note : 4,13 sur 5) Loading... Comment sécuriser les objets connectés.

Les objets connectés sont désormais partout : Dans le salon, la cuisine, la chambre des enfants, le jardin ou encore la voiture. Ils sont encore autour de votre poignet, dans le cartable des enfants et même sur vos animaux domestiques. Incontournables, ils présentent de nombreux avantages comme la protection de votre domicile ou le suivi de votre santé. Mais attention aux risques de piratage ! Eh oui, imaginez un peu, qu’un petit malin décide de hacker le système de sécurité de votre maison pour vous jouer un mauvais tour. Les risques en cas de piratage Si vous possédez des objets connectés sécurité pour votre maison comme un système de protection, le premier risque en cas de piratage est bien sûr sa désactivation par des personnes malintentionnées pour s’introduire chez vous et dérober vos objets de valeur. Vous avez uniquement un bracelet d’activité ou un capteur de plantes dans votre jardin et ne vous sentez pas concerné ?

Protégez votre identité et vos données personnelles. Sécurité des données & entreprises. 2 mars 2017 - Aucun commentaire - Temps de lecture : 5 minute(s) - Classé dans : Réseau & Sécurité Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android Une clôture, un chien de garde et un drone patrouilleur, OK, mais qu’en est-il si on a laissé une porte dérobée ouverte ? Pourquoi les entreprises devraient-elles apporter le même soin à la sécurité de leurs données qu’à celle de leur propriété ?

Avis d’expert par William Culbert, Directeur Technique de Bomgar – Dans le monde numérique, on échange constamment des données contre différents produits et services. De l’enseigne de grande distribution américaine Target au FAI britannique TalkTalk en passant par l’organisme de réglementation de la radiodiffusion Ofcom, de multiples menaces se profilent émanant de sources nouvelles. Les entreprises n’ignorent pas les risques. La conviction commune est que les entreprises à qui l’on confie des données devraient les protéger à l’identique de leurs propres biens personnels. Loading... Pour renforcer sa sécurité, le Conseil Régional d'Ile de France passe à l'analyse de logs. Cybersécurité : Les mesures essentielles à prendre en 2017.

L'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) et le club des experts de la sécurité de l'information et du numérique (Cesin) ont publié leurs bonnes pratiques pour protéger l'informatique et les données de l'entreprise. Certaines s'avèrent très simples à mettre en oeuvre mais n'en demeurent pas moins efficaces. A l'heure où les menaces en tous genres (ransomware, spear-phishing...) ont atteint un niveau d'intensité jamais observé - avec 4 165 cyberattaques détectées en France en 2016 selon PWC (et 24 000 contre le ministère de la Défense) -, les entreprises sont heureusement loin d'être démunies pour y faire face. Avant de se lancer dans la mise en oeuvre de solutions complexes et coûteuses - bien que souvent nécessaires - quoi de mieux que de suivre les meilleures pratiques pour éviter le pire ?

Quand le risque cyber s'invite dans la campagne présidentielle Du chiffrement robuste en renfort.