background preloader

Narrations

Facebook Twitter

Faut-il jeter le JT ? Non, pourquoi ?! William Irigoyen - Arte Reportage Dans un essai à charge, William Irigoyen, ancien présentateur du journal d’Arte, appelle à faire table rase du journal télévisé. Jeter le JT - Réfléchir à 20h est-il possible? Est publié aux éditions François Bourin, est un pamphlet contre le 20h. L'argumentaire, nourri par une étude comparée des journaux télévisés des années 1982, 1992, 2002 et 2012, soulève de vraies questions, mais manque parfois de nuances et flirte avec une forme règlement de compte.

Faut-il tuer le JT ? Oui. Pour ce post, je me suis nourri de la longue interview accordée à Ziad Maalouf dans l’émission L'Atelier des médias sur RFI (ci-dessous), pas du livre que je n’ai pas lu. Vous ne lirez pas dans ce texte d’éloge du 13h de TF1, ni de son 20h que je ne regarde qu’occasionnellement, par curiosité, pour en prendre le pouls. La personnalisation du journal est-elle à placer dans la catégorie "faiblesses". Des "sujets trop formatés" ? Des efforts et un mouvement de réforme © D. Y'a t-il une erreur de ton chez la gauche critique? S’il est un sentiment qui recueille une certaine unanimité, de quel bord politique que l’on soit, c’est que nous vivons une époque de grisaille idéologique, où la démarcation de deux camps qui s’affronte semble dépassée.

Cette bouillie intellectuelle donne de curieux résultats. Chaque courant de pensée est dépeint comme l’idiot utile de son adversaire. L’élite intello-médiatique se donne des allures de pourfendeuse de la pensée dominante, voire de mal aimée de la « doxa », terme dont elle abuse de l’équivocité. Pour le dire plus schématiquement cela devient : « Ce avec quoi JE ne suis pas d’accord, c’est la pensée dominante (là vous pouvez placer tous les "tyrans" les plus indéfinis possible, du genre : les musulmans, l’empire, les bobos, la mondialisation, l’ennemi sans visage, etc.…). Par contre, MOI, je suis contre la pensée dominante. MOI, je suis l’antidote ». Clownerie irréaliste ou branlette intellectuelle ? Autodérision et esprit politique du Youtubeur. Leçon de stratégie politique à l'usage de ceux qui veulent changer le monde.

Par Pablo Iglesias. Leader de Podemos, parti espagnol issu du Mouvement des Indignés qui, en même pas un an d'existence, est devenu la deuxième force politique en Espagne. Les sondages le donnent même en tête des intentions de vote pour les élections générales qui approchent à grands pas. Une petite leçon de politique par Pablo Iglesias, citoyen madrilène, professeur de sciences politiques et homme du peuple, devenu en quelques mois le porte-voix de tous ceux que la crise a frappés et que les pouvoirs publics ont abandonnés.

L'intervention (traduite ci-dessous) est disponible en version originale ici : Je sais pertinemment que la clé pour comprendre l'histoire des cinq siècles passés est l'émergence de catégories sociales spécifiques, appelées “classes”. Laissez-moi vous raconter une anecdote. Ils étaient désespérés : “Ils ne comprennent rien ! [A eux je dis], “Ne voyez-vous pas que le problème, c'est vous? YA dystopias teach children to submit to the free market, not fight authority. Pierre Dardot et Christian Laval « Néolibéralisme et subjectivation capitaliste », Cités 1/2010 (n° 41), p. 35-50. Origine : Selon une acception très répandue, le terme de néolibéralisme désigne tout à la fois une idéologie prônant un « retour » au libéralisme des origines et une politique économique consistant à retirer à l’État pour donner toujours plus au marché.

En somme, la caution d’Adam Smith venant légitimer une marchandisation impitoyable de la société. Ainsi, après la parenthèse de l’État providence, le capitalisme néolibéral donnerait à voir un capitalisme pleinement adéquat à son essence, ou encore un « capitalisme pur. » [1 On est alors en droit de se poser la question : en quoi cette phase se distingue-t-elle des périodes précédentes ? Le capitalisme n’est-il pas d’emblée animé d’une propension à substituer aux relations sociales traditionnelles la froide logique du calcul d’intérêt ? C’est précisément déjà en quoi nous avons affaire à un phénomène pleinement nouveau.

L’imposition de cette forme de la concurrence n’a rien de naturel. Odio le fabbriche. Odio le fabbriche Credo che fosse una delle mie prime occupazioni, una fabbrichetta dismessa a Milano che durò giusto il tempo di farci una cena militante prima che arrivasse la polizia. Ricordo che salii all’ultimo piano, dove c’erano tre o quattro stanzoni che una volta contenevano macchinari pesanti, di cui rimanevano solo graffi sull’impiantito e cavi penzolanti. Tutti gli stanzoni si aprivano nei muri divisori con una finestra orizzontale protetta ancora da vetri sporchi. Ero con un compagno più vecchio – anche se più giovane di come sono ora – e gli chiesi a cosa servisse. Lui mi fece mettere di fronte alla finestra del primo stanzone, che scoprii essere perfettamente allineata alle altre. Pensai che un posto costruito per il controllo fosse un abominio.

Da bambino, a casa mia arrivava due volte il giorno il suono di una sirena. E come campano gli operai se chiudono le fabbriche? Lo so. Star Trek, Batman, The Avengers: All Anti-Empathy Entertainments - Noah Berlatsky. The cutthroat behind-the-scenes histories of superhero and sci-fi franchises jibe philosophically with the stories those franchises tell: Icons matter, and people don't. Paramount Art, we're often told, encourages empathy. By watching or reading about different people, or different situations, we become able to understand and sympathize with a broader range of perspectives.

Fiction connects you to other people—or as Chuck Klosterman said, "Art and love are the same thing: It's the process of seeing yourself in things that are not you. " There was even a study last year that found that "experience-taking changes us by allowing us to merge our own lives with those of the characters we read about, which can lead to good outcomes. " Literature broadens you; science says so. Does it always work that way, though? This isn't just the sense you get from watching the behind-the-scenes monetary negotiations; it's often the barely repressed narrative of our most popular fictions themselves. J.J. 03. MAJEURE : Contre-fictions politiques.

Campagnes publicitaires, propagandes soft et discours politiques nous racontent des histoires pour inciter à l’achat, au vote, à la conduite recherchée. Ne devons‑nous pas trouver ou créer nos propres contre‑fictions pour opposer de jolis coups de colère ou de beaux éclats de rire à ce storytelling et aux programmes les plus abrutissants du divertissement de masse ? Ce dossier cherche à définir ces contre‑fictions , multiples récits fictifs dont l’objet serait de transformer la réalité actuelle dans un projet de lutte contre la reproduction d’un donné mutilant. Les fictions nous gouvernent de leur implacable réalité. Les Romains avaient leur louve, leurs haruspices, leurs empereurs divinisés, leurs apologues des membres et de l’estomac.

Nous avons notre Marianne, nos taux de croissance du PIB, nos réalités augmentées et nos triples A de la finance. Depuis la fin du xviie siècle, toute une (...) On essaie ici de définir la notion de contre-fiction en esquissant trois types possibles. 534773_349403508504864_843158108_n. Ecrire son histoire… au passé ou au présent ? | Clément Hourseau. Accueil > Votre style littéraire > Ecrire son histoire… au passé ou au présent ?

Devez-vous écrire votre histoire au passé ou au présent ? Cette question vous paraît peut-être sans grand intérêt… Pourtant, une histoire narrée dans un temps passé n’aura pas le même impacte sur vos lecteurs qu’une autre écrite au présent. Les deux temps peuvent bien sûr être utilisés, mais il important d’en comprendre leurs « avantages » et « inconvénients ». L’utilisation du passé ou du présent dans la narration n’est pas une chose anodine et peut avoir d’importantes répercutions sur la façon dont les lecteurs vont se l’approprier. Dans le fond, il n’y a pas vraiment de règle s’imposant aux auteurs. Bien sûr, un même texte peut mélanger sans aucun problème les deux temps, à la condition que l’utilisation de chacun soit parfaitement claire et définie.

Article diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND J'aime : J'aime chargement… Le progressisme à l'épreuve de la fiction. « La gauche est morte. » Ce constat, Michel Le Bris le posait en... 1981, dans Le paradis perdu. Le livre parut entre les deux tours de l’élection présidentielle qui allait voir la victoire de François Mitterrand. Il aura donc fallu deux grosses décennies pour que la vérité du diagnostic s’impose aux yeux de tous ; un diagnostic d’autant plus grave que la référence à « la gauche », pour cet ancien de la Gauche prolétarienne (GP), désignait bien davantage qu’un engagement partisan : « Lorsque nous nous disions autrefois “de gauche”, cela tenait de l’évidence et dépassait infiniment la référence à un parti ou un programme de gouvernement : une manière d’être, une certaine idée, obscure sans doute, toujours implicite, mais têtue, de ses rapports aux autres et au monde, une capacité d’indignation, le refus de la “paix intérieure”, une espérance qui donnait son sens à l’action - et c’est bien cette espérance qui, aujourd’hui, n’est plus. » L’échappée de la littérature.

Revealed: US spy operation that manipulates social media | Technology. The US military is developing software that will let it secretly manipulate social media sites by using fake online personas to influence internet conversations and spread pro-American propaganda. A Californian corporation has been awarded a contract with United States Central Command (Centcom), which oversees US armed operations in the Middle East and Central Asia, to develop what is described as an "online persona management service" that will allow one US serviceman or woman to control up to 10 separate identities based all over the world. The project has been likened by web experts to China's attempts to control and restrict free speech on the internet.

Critics are likely to complain that it will allow the US military to create a false consensus in online conversations, crowd out unwelcome opinions and smother commentaries or reports that do not correspond with its own objectives. OEV is seen by senior US commanders as a vital counter-terrorism and counter-radicalisation programme. La littérature est-elle dangereuse ? Je ne sais pas comment les autres enseignants réussissent à contenir ou à neutraliser l’énergie personnelle, proprement démoniaque, de la littérature moderne. Pour moi, c’est difficile. Aujourd’hui, l’enseignement de la littérature demande beaucoup de technique, de sérieux et de science, mais après avoir expliqué tout ce qui pourrait l’être … arrive quand même le moment du témoignage direct.Lionel Trilling Parler de l’enseignement de la littérature moderne, c’est aussi une manière de parler du rapport entre la littérature et la société, un thème si vieux que l’on ne trouve presque plus l’envie de l’affronter.

Il faut dire que les choses ne vont pas toujours pour le mieux. Mais, en est-il vraiment ainsi ? Si un grand nombre parmi nous continuent à s’occuper des problèmes de l’enseignement, c’est précisément pour chercher à réparer les dommages produits par l’institution où nous avons passé des années de notre vie, d’abord comme étudiants, puis comme enseignants. Mais voici le passage : Ultragonzo.com revisite le journalisme de l’ultrasubjectivité sur la toile « Horizons médiatiques – Edition Europe. Oubliez tout ce que vos profs de journalisme vous ont appris à l’école. Relayez les faits, oui, mais surtout, ajoutez-y votre touche perso, soyez délire, et aussi, donnez votre avis. Ceci n’est pas une blague de mauvais goût, non… juste le parti pris du journalisme de l’ultrasubjectivité, également appelé journalisme gonzo.

Cette technique d’investigation popularisée par Hunter S. Thompson dans les années 60 prône la prise de position du journaliste dans son traitement des faits. En cela, elle va à l’encontre de la sacro sainte objectivité plébiscitée par les médias qui fait fureur à l’ère de l’obsession du factuel, du chiffre, des données. Un demi-siècle après Thompson et avec pas mal d’humour, la bande de journalistes d’Ultragonzo déboule sur la toile pour nous livrer des articles totalement gonzo friendly.

Horizons Médiatiques / Marilyn Epée : Ultra gonzo, qu’est ce que c’est ? HM/M.E : Donc vous pensez que ce n’est pas possible d’être objectif lorsque l’on fait du journalisme ? Droit d’auteur et enseignement en France : état d’urgence ! On parle beaucoup de la question du plagiat en milieu scolaire et universitaire, mais le droit d’auteur a bien d’autres impacts sur la sphère éducative.

Enseigner et étudier implique en effet souvent de reproduire et diffuser des textes, des images, des vidéos, de la musique. C’est le cas traditionnellement pour les enseignants qui ont besoin d’utiliser des oeuvres pour illustrer leurs cours, mais aussi de plus en plus pour les élèves, qui sont invités à créer eux-mêmes des supports pédagogiques, pour développer l’interactivité et stimuler leur implication.

Dans le contexte actuel, ces usages collectifs d’oeuvres en milieu scolaire passent de plus en plus souvent par le recours aux Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE), dont le développement constitue un enjeu important au niveau national. Warning Light. Par chidorian. CC-BY-SA. Source : Flickr État d’urgence ? Ce que dit la loi DADVSI Le piège des accords sectoriels Dysfonctionnements inquiétants. Le rêve américain à l'écran 1/4 : Le Western, à la conquête de la loi - Idées.

Pour commencer cette semaine consacrée au thème du rêve américain porté à l'écran, Adèle Van Reeth reçoit Yves Pedrono à propos du Western, genre à la conquête de la loi. Yves Pedrono Laure Andrillon©Radio France Extraits : - Bande originale de High Noon (Le train sifflera trois fois) - Extrait du film de Anthony Mann, 1952, Bend of the river (Les Affameurs), avec James Stewart et Arthur Kennedy - Woody Guthrie, Cowboys Waltz - Extrait du film de John Ford, 1950, Wagonmaster (Le convoi des braves), avec Ben Johnson et Elder Wiggs - Extrait du film de Fred Zinnemann, 1952, High noon (Le train sifflera trois fois), avec Gary Cooper et Grace Kelly - Extrait du film de Martin Ritt, 1963, Hud (Le plus sauvage d'entre tous), avec Paul Newman et Melvyn Douglas - MC Solar, Nouveau western Lectures : - Extrait de Et Dieu créa l'Amérique : de la Bible au western, l'histoire de la naissance des USA, par Yves Pedrono, Kimé 2012, p. 313 Réalisation : Mydia Portis-Guérin Un autre prolongement possible :

Le rêve américain à l'écran 2/4 : 24 heures chrono et The Wire, le rêve s'effondre. - Idées. Stealing for science. Students at the University of Twente have stolen thirty laptops from various members of the university’s staff. They were not prosecuted for this, so they could just get on with their studies. Indeed, these students even received ECTS credits for these thefts. UT researcher Trajce Dimkov asked the students to steal the machines as part of a scientific experiment. Stealing these laptops turned out to be a pretty simple matter. Trajce Dimkov will be awarded his PhD at the University of Twente on 23 February. His doctoral research dealt with organizations’ security policies. Under the pretext of conducting a user survey, Dimkov loaned laptops to thirty, randomly selected, university staff members. The members of staff who had loaned the laptops were asked to make sure that these machines were always chained to their desks.

To prevent such thefts in the future, Dimkov has developed a prototype model (a sort of navigation system) to identify ways in which laptops can be stolen. Vincent Brown VS Klaus Masuch - 5 min suffisent à un vrai journaliste pour mettre KO un Oligarque. Ça veut dire quoi «occuper le terrain médiatique»?

Lisbonne

Wu ming. Le Monopoly: une histoire du capitalisme.