background preloader

Économie

Facebook Twitter

A qui profite la dette ? On veut savoir ! Vidéos.

Entreprise

Un dossier pour comprendre le sommet européen. A l'approche du Sommet européen des 28 et 29 juin, Alternatives Economiques propose un état des lieux à travers ses articles sur le bilan de la politique publique et les défis qui attendent les institutions européennes face à la crise de l'euro.

Un dossier pour comprendre le sommet européen

Quel est l’avenir de l’Union européennes en temps de crise ? C’est ce qu’a tenté de définir le Parlement européen le 13 juin, en adoptant un paquet législatif sur la gouvernance économique en zone euro. Au programme : une intégration et une surveillance renforcées des Etats membres, ce qui complèterait les mesures du « six-pack » de novembre 2011. Celles-ci prévoient des sanctions envers les pays membres appliquant une mauvaise gestion des fonds publics, tandis que le « two-pack » adopté ce mois-ci s’attache à ne pas aggraver la situation des Etats en situation de déficit de paiement envers la Banque centrale européenne (BCE).

Europe : le changement c'est urgent ! "L'austerité met à mal le modèle social européen" - Économie & Social. Poussés par l'urgence, les dirigeants européens ont, les 28 et 29 juin, décidé de renforcer leur solidarité financière.

"L'austerité met à mal le modèle social européen" - Économie & Social

Au terme d'un bras de fer opposant l'italien Mario Monti, l'espagnol Mariano Rajoy à la chancelière allemande Angela Merkel, les dirigeants de la zone ont approuvé la création d'une instance unique de supervision des banques de la zone euro, et la recapitalisation directe des établissements en difficulté par le Mécanisme européen de stabilité financière (MES), brisant le cercle vicieux unissant banques et Etats. Ces décisions ont fait immmédiatement retomber la fièvre sur le marché des dettes espagnole et italienne.

Les États membres se sont également accordés sur la mise en place d'un plan de relance économique de 120 milliards d'euros. Le sommet européen vu par les économistes atterrés - Économie & Social. Chiffres tronqués pour idée interdite, par Gilles Ardinat. Désappointés par le regain d’intérêt politique que suscite le protectionnisme (1), les partisans du libre-échange mettent régulièrement en avant le risque de représailles douanières.

Chiffres tronqués pour idée interdite, par Gilles Ardinat

La logique est la suivante : si un pays instaurait des quotas d’importation et des taxes aux frontières, le reste du monde serait tenté de répliquer en pénalisant ses exportations. Dans le cas de la France, par exemple, la fermeture des marchés étrangers aux produits hexagonaux provoquerait la ruine des entreprises exportatrices. Selon la présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef), Mme Laurence Parisot, l’impact social du phénomène serait considérable. « N’oubliez jamais, prévient-elle, qu’un salarié sur quatre en France dépend, vit grâce à l’exportation. L’inquiétude de la représentante du patronat français et de M. Jacob se fonde sur un indicateur appelé taux d’ouverture. Une question se pose : l’indicateur choisi est-il fiable ? La crise économique mondiale.

Confrontée à la détérioration rapide de l'économie américaine, qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le reste du monde, George W.

La crise économique mondiale

Bush avait annoncé, le 18 janvier 2008, un plan de relance qui laisse les experts sceptiques. La chute des Bourses mondiales observée en 2008, s'est ajoutée à la crise dite des subprimes qui touche les classes moyennes américaines. Celles-ci ont contracté des crédits à taux variable pour acheter un logement et ne peuvent plus rembourser leurs dettes. Pour de nombreux observateurs, le risque d'une récession mondiale de l'économie n'est pas à exclure.

Capitalisme

Macro éco. A. Smith démythifié par A. Sen. Un partage de la richesse de plus en plus inégal. Pour réduire les inégalités de revenus, il est possible de jouer sur deux leviers.

Un partage de la richesse de plus en plus inégal

Le premier porte sur les revenus d'activité et du patrimoine, le second relève du système de redistribution, via les prestations sociales et les prélèvements. Des riches plus riches, des pauvres plus pauvres. C'est ce qui ressort clairement de l'évolution des niveaux de vie (*) entre 2002 et 2009. Alors que les inégalités avaient plutôt eu tendance à diminuer lentement jusqu'en 2002, elles ont recommencé à s'accentuer depuis. Ainsi, le dixième le moins favorisé des ménages a vu son niveau de vie reculer en moyenne de 2,1 %, tandis que le dixième le plus favorisé l'a vu augmenter de 9,6 % (et même de 12 % pour le vingtième le plus favorisé). En s'accentuant, ces inégalités nuisent non seulement à la cohésion sociale, mais aussi au bien-être et à la santé de toute la société [1].

Regarder vers la durée effective de travail. Le retour de l'équité. Chris Dillow, économiste et journaliste, rapporte l'expérience suivante.

Le retour de l'équité

Des personnes doivent former autant de mots (anglais) qu'elles le peuvent en quatre minutes, en utilisant seulement les lettres a, d, e, r, s, t, w. Trois groupes sont formés : dans le premier, les joueurs ne touchent rien ; les seconds sont payés pour chaque mot formé ; et les résultats des derniers détermineront la somme d'argent perçue non par eux-mêmes, mais par le prochain participant. Etonnamment, Margaret Lee et Ye Li (université Columbia), auteurs de cette expérience, ont remarqué que les personnes jouant pour leur propre compte sont les moins efficaces, avec seulement 25 mots trouvés. C'est moins que le groupe des joueurs cherchant bénévolement (29 mots).

Plus surprenant encore : les plus efficaces sont ceux qui jouaient pour d'autres (30 mots en moyenne) ! Un débat en ligne vient ainsi d'être ouvert par la World Economics Association. Gilles Raveaud Alternatives Economiques n° 312 - avril 2012.

Polanyi

Econosphères. DES CHIFFRES ET DES COURBES.